Pour les Bédouins du village d’Umm al-Hiran

En 2 mots, les Bédouins du village d’Umm al-Hiran ont fait appel devant la Cour suprême israélienne de la décision du gouvernement de les chasser de l’endroit où ils ont été déplacés en 1956 par le gouverneur militaire. L’Etat lui fournit les services de base : eau, électricité, santé et écoles) mais n’a jamais officiellement reconnu ce village. Umm al-Hiran doit être détruit pour faire place à la future ville (juive) d’Hiran. En attendant, les colons, 30 familles de religieux du mouvement Or (Lumière), תנועת אור, se sont installées à côté dans des préfabriqués fournis par le KKL !

Download/Télécharger (11-01-pour-les-lobbying-days.pdf,PDF, 1.01MB)

Ils font appel à une décision incroyable : l’Etat reconnait qu’ils ont été déplacés de leurs terres tribales dans cet endroit par l’Autorité militaire mais considère que comme ces terres leur ont été mises gracieusement à leur disposition, l’Etat peut les reprendre et en faire ce qu’il en veut (i.e. y installer des familles juives) !

Des manifestations se sont tenues il y a 8 jours mais malheureusement, et sans attendre la décision d’appel, le Cabinet a voté leur éviction dans les 60 jours au plus tard…

Pour ceux qui ne l’ont pas encore fait, il est toujours temps pour écrire à votre (vos) élu(s) pour lui demander de dénoncer publiquement le plan Prawer actuellement en commission à la Knesset. La lettre type à copier/coller/personnaliser éventuellement ainsi que les adresses de vos élus se trouvent à : http://www.ujfp.org/spip.php?article2914

Haaretz

Residents of the Negev Bedouin village Umm al-Hiran, whom the state intends to evict to make way for a new Jewish community on the land they’ve been living on since 1956, go before the Supreme Court today in a bid to block the state’s plans.

The residents are appealing the decision by the Be’er Sheva District Court, which rejected their request to block the destruction of their village. The court ruled that the villagers were not squatters, as the state claimed, since they had received the land for Umm al-Hiran from the state in 1956. However, the court said the state has the right to evict them because it had given them the land without exacting payment. Previously, though, the villagers had wandered from place to place after being expelled from their tribal land by Israeli authorities.

The villagers’ attorney, Suhad Bishara of Adalah – the Legal Center for Arab Minority Rights in Israel, said it is difficult to predict the court’s mood in today’s hearing. “The court might say it won’t interfere in a government decision, and thus the state can destroy the village. Or, they could understand the problematic nature of the eviction and try to find a solution,” she said.

The court could offer a compromise solution, but the families of Umm al-Hiran have said they will not accept one, having already turned down an offer to move to the nearby town of Hura. “The court could avoid making a clear ruling; the bench is very mixed and anything could happen,” Bishara said. The justices hearing the case are Elyakim Rubinstein, Daphne Barak-Erez and Neal Hendel.

Two protest rallies were held Wednesday morning in Jerusalem. Residents of Umm al-Hiran plan to demonstrate with members of an Arab-Jewish grassroots movement, Tarabut-Hithabrut, and Rabbis for Human Rights during the Knesset Interior Committee meeting on the controversial Prawer plan for relocating Negev Bedouin. Another demonstration is planned outside the Supreme Court building during the Umm al-Hiran hearing, and protesters plan to be in the courtroom for the proceedings.

Ofer Dagan of the Negev Coexistence Forum said: “The Supreme Court is the last obstacle before implementation of the racist plan that will lead to the eviction of an entire village.” Last week the cabinet voted to speed up demolition of the village’s homes so work on the new Jewish community can start within 60 days.

Similar posts
  • Les hospitaliers des HUS devant lR... 80 manifestants devant l’Agence Régionale de Santé à Strasbourg à l’appel de trois syndicats hospitaliers, FO, la CGT et la CFTC. Après des prises de parole, ils se sont dirigés vers les quais et au passage ont “décoré” le siège du candidat macédonien Fontanel avec des tenus blanches trouées et des vielles baskets pour souligner [...]
  • La police évacue des grévistes à l... [...]
  • Commémoration du massacre des juifs d... [...]
  • Débrayage chez Punch Powerglide à Str... 70 salariés de l’équipe du matin ont débrayé chez Punch Powerglide, usine du Port du Rhin à Strasbourg contre le PSE qui comprend des départs volontaires et des suppressions d’emploi. De l’autre côté des grilles d’entrée des délégués CGT de plusieurs entreprises privées et publiques s’étaient rassemblés avec des Gilets Jaunes en soutien: cheminots, fonctionnaires [...]
  • Rassemblement devant le rectorat de S... https://www.facebook.com/schlomo44/videos/10157987388948599/ Une petite centaine de personnels de l’Education nationale et des gilets jaunes devant le rectorat de Strasbourg rue de la Toussaint, de la maternelle à l’Université. Tous s’opposent à la casse des retraites solidaires. Les profs de lycée s’opposent à la destruction du bac national avec des épreuves locales qui comptent pour un tiers [...]

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.