Lampedusa: le centre d’accueil de réfugiés vidé après une polémique

INTERNATIONAL – Le gouvernement italien a annoncé qu’il videra mardi 24 décembre le centre d’accueil des réfugiés de Lampedusa après une polémique sur les conditions d’hébergement des migrants qui a donné lieu aussi à des protestations dans un centre près de Rome.

“D’ici la fin de la journée, le centre de Lampedusa sera vidé de ses quelque 200 immigrés”, a déclaré le vice-ministre de l’Intérieur Filippo Bubbico dans un interview au quotidien Avvenire.

“Un premier groupe de cent réfugiés est en train de quitter le centre pour être transféré par avion à Palerme. Un deuxième groupe partira dans l’après-midi avec un nouveau vol spécial”, a confirmé Khalid Chaouki, député du Parti démocrate (PD) principal parti de la gauche, cité par les médias.

Khalid Chaouki, d’origine marocaine, s’était “barricadé symboliquement” dimanche dans le centre bondé de Lampedusa, affirmant qu’il y resterait tant que les migrants, qui y sont pour certains depuis des mois, ne seraient pas transférés ailleurs. “J’ai trouvé ce que je craignais: un lieu indigne où il pleut des toits”, avait-il dit.

Les conditions d’accueil des migrants revues en janvier

Les conditions d’hébergement et la durée de leur séjour ont aussi suscité une protestation spectaculaire d’immigrés maghrébins qui se sont cousus la bouche samedi pour protester contre leur détention dans un “Centre d’identification et d’expulsion” (CIE).

Dans le CIE de Ponte Galeria, près de l’aéroport de Rome-Fiumicino, quatre Tunisiens emmenés par un imam participent à cette protestation, imités par cinq Marocains. Ils ont refusé que leur soit ôté le fil unique qui relie leurs lèvres mais ne les empêche pas de boire. Ils poursuivent parallèlement une grève de la faim.

Quatre immigrés du CIE ont été expulsés lundi vers leurs pays d’origine (Tunisie et Maroc) dont deux appartenant au groupe de protestataires. D’autres ont pris le relais, de sorte que “neuf immigrés continuent d’avoir la bouche cousue”, a déclaré mardi le directeur du centre Vincenzo Lutrelli. Selon M. Lutrelli qui a dit comprendre leur colère, 37 personnes sont en grève de la faim.

Le chef du gouvernement italien Enrico Letta a promis lundi devant la presse de revoir totalement les conditions d’accueil de migrants et réfugiés dès janvier.

Le gouvernement envisage ainsi d’abaisser de 18 à deux mois maximum la durée de séjour dans les CIE, d’augmenter le nombre de commissions régionales étudiant les demandes d’asile et de modifier la loi Bossi-Fini qui considère l’immigration clandestine comme un délit passible de la prison.

À LIRE AUSSI : Des migrants de Lampedusa traités comme “des animaux”

http://www.huffingtonpost.fr/2013/12/24/centre-lampedusa-italie-vide-polemique_n_4497568.html

Similar posts
  • En GAV à domicile, vendredi 3 avril Ciel gris bien que la météo du smartphone annonce ensoleillé et 0 % de risque de pluie. Sur ma page FB, j’ai commencé une série photographique destinée à pallier la fermeture des musées et galeries de peinture. Photographie d’une peinture par jour. Christophe Meyer, Daniel Depoutot et Christophe Hohler pour commencer. Sauf si le confinement [...]
  • Masques anti-Covid-19 pour les enfant... Bonjour, Iyad m’a envoyé des photos prises au cours de son dernier tournage. Il s’agit d’une initiative prise par un artiste palestinien pour personnaliser des masques, les rendre moins “dramatiques” pour encourager les enfants à les porter. Iyad ajoute que de son côté tout va bien ainsi que pour sa famille et ses proches. Concernant [...]
  • La psychiatrie refuse d’être &#... Un article de Clémence Nayrac et Géraldine Tribault pulié par Hospimedia le 27/03/2020 Le contrôleur général des lieux de privation de liberté demande au Gouvernement des mesures d’urgence pour la psychiatrie dans le contexte de crise sanitaire. Déjà, depuis plusieurs jours, les représentants de la discipline ont lancé l’alerte. Le contrôleur général des lieux de [...]
  • Rony Brauman répond à Macron : « La m... Rony Brauman répond à Macron : « La métaphore de la guerre sert à disqualifier tout débat » Rony Brauman, ancien président de Médecins sans frontières, approuve les mesures de confinement, mais dénonce la rhétorique martiale du chef de l’Etat : « Qualifier les soignants de “héros”, c’est gommer les raisons de la crise sanitaire. [...]
  • DD Baroin et Georges Federmann Georges Yoram Federmann 5 rue du Haut Barr 67000 Strasbourg. Strasbourg , le 28 mars 2020. Chère famille, chers tous, Dédé s’en est allé. J’ai appris sa mort par internet vendredi 27, par le message de Roger Winterhalter et en lisant la Feuille de chou de J-C Meyer, le lendemain. Nous sommes restés en contact [...]

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.