Le succès d’une campagne internationale de boycottage inquiète Israël

La disparition récente de Nelson Mandela a contribué à donner un surcroît de notoriété au vote de l’Association des études américaines (ASA) intervenu lundi 16 décembre : d’un seul coup, les militants de la campagne BDS (boycottage, désinvestissement et sanctions), qui s’efforcent depuis 2005 d’entraîner une mobilisation internationale contre la politique d’Israël envers les Palestiniens, se sont mis à croire au succès de leur stratégie.

S’il est peu réaliste de comparer ce mouvement à la lutte victorieuse des militants anti-apartheid contre le régime sud-africain à la fin des années 1980, tout nouveau succès de la campagne BDS – à plus forte raison s’il survient aux Etats-Unis – a tendance à accentuer l’isolement du gouvernement israélien.

La décision prise par l’ASA, qui regroupe 5 000 professeurs américains, de boycotter les universités israéliennes, considérées comme solidaires de la politique d’occupation des territoires palestiniens, a déclenché une vague de réactions dans le monde universitaire américain et en Israël.

EFFET « BOULE-DE-NEIGE »

L’ASA n’est pas la plus importante des associations académiques américaines, mais elle est la plus ancienne. Surtout, elle est la première à rejoindre un mouvement international de boycottage de l’Etat juif qui, jusque-là, n’avait enregistré des succès limités qu’en Europe, en particulier dans certains pays scandinaves, aux Pays-Bas et au Royaume-Uni. L’ASA a été imitée par une autre association américaine, la NAISA, spécialisée dans les études indiennes.

Cer­tains mili­tants de la cam­pagne BDS veulent y voir le début d’un effet « boule-de-neige ». Ils sou­lignent qu’en janvier, la puis­sante Asso­ciation des langues modernes (MLA), qui regroupe 30 000 membres, a prévu de consacrer sa convention de Chicago à la question du boy­cottage aca­dé­mique d’Israël. Dans un entretien au Monde, le Pales­tinien Omar Bar­ghouti, cofon­dateur de la cam­pagne BDS, parle d’une « pro­gression spec­ta­cu­laire ». « Israël, souligne-t-il, était considéré il n’y a pas si long­temps comme au-dessus de tout débat. Aujourd’hui, alors que sa valeur stra­té­gique est mise en question aux Etats-Unis, il perd de plus en plus la bataille des cœurs et des esprits. »

Omar Bar­ghouti se félicite que Benyamin Néta­nyahou, le premier ministre israélien, ait qua­lifié le mou­vement BDS de « menace stra­té­gique ». Il livre une longue liste d’associations qui ont rejoint ce mou­vement, et rap­pelle que le com­promis auquel ont récemment abouti Israël et l’Union euro­péenne (UE), s’agissant des « lignes direc­trices » de l’UE, signifie que cette der­nière n’acceptera pas que des colonies puissent pro­fiter des avan­tages finan­ciers de son pro­gramme scien­ti­fique Horizon 2020. Un tel résultat est encore hors de portée aux Etats-Unis, où Israël dispose de puis­sants sou­tiens dans l’administration et au Congrès.

POSITION DÉLICATE

Deux impor­tantes uni­ver­sités, Brandeis (Mas­sa­chu­setts) et Penn State Har­risburg (Penn­syl­vanie), ont réagi, mer­credi 18 décembre, en annonçant leur démission de l’ASA. Si le gou­ver­nement israélien n’a pas pris offi­ciel­lement position, plu­sieurs proches de M. Néta­nyahou n’ont pas hésité à com­parer le vote de l’ASA à d’autres ini­tia­tives his­to­riques à caractère antisémite.

L’ironie veut que Brandeis, pres­ti­gieuse uni­versité de Boston, a elle-même décidé de boy­cotter, fin novembre, l’université pales­ti­nienne Al-Quds, dont le campus d’Abu Dis jouxte Jéru­salem, en raison de la mani­fes­tation–jugée « fas­ci­sante »–orga­nisée par un groupe d’étudiants liés au Jihad islamique.

Les auto­rités pales­ti­niennes sont placées dans une position délicate. Après que Mahmoud Abbas, le pré­sident de l’Autorité pales­ti­nienne, a rappelé son oppo­sition à un boy­cottage géné­ralisé des pro­duits israé­liens, la direction pales­ti­nienne a rec­tifié, faisant savoir qu’elle n’est pas hostile au mou­vement BDS « conduit par la société civile » contre Israël.

SORTIR DE L’IMPASSE POLITIQUE

Le cas d’Al-Quds illustre ces contra­dic­tions. Si Brandeis, imitée par Syracuse Uni­versity (New York), a décidé de mettre fin à ses rela­tions avec l’université pales­ti­nienne, c’est parce que les étu­diants avaient mani­festé avec le bras levé, un geste rap­pelant le salut nazi, ou le salut mili­taire du Hez­bollah. Plu­sieurs pro­fes­seurs de Brandeis se sont déso­li­da­risés de la décision de leur direction, qui vise de facto le pré­sident de Al-Quds, l’écrivain de renom Sari Nus­seibeh, connu pour être un avocat de la coexis­tence avec Israël.

Son fils, Jamal Nus­seibeh, lui-même pro­fesseur de droit à Al-Quds, est convaincu que les Israé­liens, relayés par leurs sou­tiens aux Etats-Unis, ont utilisé le pré­texte de cette mani­fes­tation pour ternir l’image d’Al-Quds, une ins­ti­tution aca­dé­mique pales­ti­nienne qui les dérange. Les diplômes d’Al-Quds, explique M. Nus­seibeh au Monde, « sont reconnus dans le monde entier, sauf par Israël, et la police israé­lienne se livre à une répression quasi-quotidienne sur le campus ».

Le paradoxe est que Al-Quds et son pré­sident ont long­temps été hos­tiles à toute action de boy­cottage contre les uni­ver­sités israé­liennes, « parce que, explique son fils, nous pensons que le dia­logue aca­dé­mique est un principe intan­gible ». Jamal Nus­seibeh continue de penser que le mou­vement BDS appliqué à des uni­ver­sités n’est pas accep­table. En même temps, reconnaît-il, « je vis sous occu­pation mili­taire, ce qui signifie que je ne peux pas boy­cotter Israël ». La chose la plus impor­tante, conclut-il, est de sortir de l’impasse poli­tique : « Si le mou­vement BDS peut rap­peler au monde que ce que nous vivons est insup­por­table, alors c’est une bonne chose. »

Laurent Zecchini, Le Monde, 24 décembre 2013

http://www.lemonde.fr/international/article/2013/12/24/le-succes-d-une-campagne-internationale-de-boycottage-inquiete-israel_4339461_3210.html

Des universitaires américains boycottent Israël: C’est une première aux États-Unis. L’appel au boycott académique d’Israël par l’un des principaux syndicats américains de chercheurs et d’enseignants a été approuvé à une écrasante majorité sur fond d’intense polémique.

http://www.france24.com/fr/20131216-universite-boycott-israel-polemique-asa-academique-usa-palestine/

Israël, USA, Boycott. Colère du Pdt du Congrès Juif Mondial, Ronald Lauder: http://www.israelvalley.com/news/2013/12/17/42030/israel-usa-boycott-colere-du-pdt-du-congres-juif-mondial-ronald-lauder

Similar posts
  • Déni démocratique à l’Assemblée... https://fb.watch/l2QebMz6rw/ On crèvera pas au boulot place Kléber à Strasbourg   Une quarantaine de personnes hier place Kléber à l’appel de On crèvera pas au boulot, et toujours des flics en veux-tu en voilà. Et des interventions libres à qui veut la parole. C’était en réponse au déni démocratique de l’Assemblée nationale où la présidente [...]
  • De la misère en correctionnelle à Str... De la misère en correctionnelle Hier après-midi, la Feuille de chou était au Palais de justice de Strasbourg, salle 101, croyant pouvoir assister au procès du jeune majeur interpellé le 6 juin lors de la manifestation de l’Intersyndicale et gardé à vue 48h. Disons de suite que j’ai pu assister de 14 à 16h à [...]
  • Manifestation 14 de l’Intersyndicale,... 5 à 6000 personnes à la manifestation du 6 juin à Strasbourg. Beaucoup de jeunes très motivés, des cortèges syndicaux maigres. C’est le prix à payer pour la date tardive de ce cortège voulu pas l’Intersyndicale et démotivante pour le public. Mais le gouvernement Macron-Borne n’a pas gagné malgré les manœuvres indignes pour empêcher les [...]
  • Fête de l’Humanité 67 à Strasbo... La Feuille de chou s’est rendue à la Fête de l’Humanité en milieu de l’après-midi, après la brocante de la Krutenau, afin d’écouter les débats. Un premier débat rassemblait les deux députés LFI et EELV de Strasbourg, Emmanuel Fernandez et Sandra Régol, ainsi que Yann Brossat du PCF, adjoint au logement d’Anne Hidalgo à Paris [...]
  • Manifestation retraites à Schiltighei... Devant la permanence du député macroniste de Schiltigheim, Bruno Studer, absent. Une vingtaine de personnes se sont rassemblées à partir de 16h sur la place Alfred Muller, sur le côté de la mairie de Schiltigheim avant de partir en micro-manif par la rue Principale et retour, puis trajet court vers la permanence du député Bruno [...]

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.