Affaire Dieudonné : la politique et la justice, pas l’ordre et la police

Dieudonné n’exprime pas la colère des rejetés, il n’appelle pas à se soulever contre l’injustice et l’étouffement des esprits : il cultive le ressentiment. C’est depuis bien longtemps le ressort de toutes les droites extrêmes. Ses accointances avec Jean-Marie Le Pen ou Alain Soral ne doivent rien au hasard : Dieudonné fait de la politique. Il est infiniment méprisable car il n’offre pas l’horizon de la dignité, de l’intelligence critique mais seulement le présent de la haine et de la confusion. Il est toutefois absurde et dangereux d’opposer, à tous les Dieudonné, les seules ressources d’un ordre administratif et policier. Il faut lui objecter la justice, chaque fois qu’il viole les principes imprescriptibles de la dignité humaine, chaque fois qu’il s’adonne au racisme et à l’antisémitisme, direct ou larvé, par la parole ou par le signe. Et il faut lui opposer la force de la politique autour des valeurs d’humanité et de justice.

Mais pas de tartufferie. Comment invoquer la concorde sociale et s’accommoder, voire organiser, une société qui sépare, qui discrimine, qui polarise de plus en plus les avoirs, les savoirs et les pouvoirs ? Il y a, dans la réponse d’un Manuel Valls, une dose inacceptable de cynisme. Mais il n’y a pas que cela. Quand on renonce à contrôler le pouvoir de l’argent, quand on glisse, pièce par pièce, de l’économie de marché à la société de marché, quand on renonce à éradiquer la misère, quand on verrouille la démocratie, quelle autre voie possible que celle de l’ordre, rebaptisé « ordre juste » ?

Allons-nous nous contenter, en France comme en Italie, d’organiser le face-à-face du guignol et de l’État ? Le recul de l’esprit public, la débâcle de l’État protecteur, le déclin de la loi et le renoncement à la conflictualité politique sont les formes multiples d’un même processus de délitement démocratique. Chaque fois que la politique et la justice reculent, c’est l’ordre qui revient sur le devant de la scène, qu’il soit administratif, moral ou policier. La protection et la promotion de la personne sont des principes fondateurs de la gauche. L’ordre appartient à la droite. Cette affaire a pris des proportions que nos concitoyens ne comprennent pas. Il est évident que Manuel Valls allie enfumage, démagogie et autoritarisme. Il fait sa campagne. Mais ce qu’il enclenche est d’une cohérence inquiétante.

http://www.regards.fr/web/Affaire-Dieudonne-la-politique-et,7359

Similar posts
  • 2000 manifestants le 1er mai à Strasb... Départ de la manifestation Le cortège sur le Pont [...]
  • Strasbourg antifasciste: 500 dans la ... Ils-elles s’étaient donné rendez-vous à 14h30 place de la gare à Strasbourg en cette veille de second tour de la présidentielle opposant la peste au choléra. Associations antifa, syndicats, partis se sont rassemblés avec force banderoles, pancartes et drapeaux. Peu après l’heure prévue, le cortège s’est ébranlé vers la rue du Maire-Kuss, précédé d’une magnifique [...]
  • Antipass, Jeunes pour le climat, Amne... Place Kléber Strasbourg. Il fait très froid, il neige, le vent souffle fort, il n’y a pas beaucoup de passants ni de badauds ni de touristes. Pourtant trois actions y ont été organisées par différentes associations. Un cortège anti pass par l’Inter QG Gilets jaunes, avec moins d’une centaine de personnes qui ont défilé sur [...]
  • Fédéralisme et autonomie vus par R... Une conférence s’est tenue hier 31 mars au FEC sur le thème du fédéralisme. Il y avait moins de 10 personnes dans le public, dont le sénateur EELV Jacques Fernique qui est aussi intervenu depuis la tribune. En dépit de ce très petit nombre d’assistants, les exposés et le débat ont été très intéressants- les [...]
  • BDS: Michèle Sibony et Amnesty Intern... [...]

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.