Frais d’inscription différenciés : Non au racket des étudiants étrangers

Communiqué du Gisti

Le gouvernement vient de décider une augmentation des droits de scolarité dans les écoles publiques d’ingénieurs de l’Institut Mines-Télécom ainsi que dans les six écoles nationales supérieures des Mines [1]. Ces droits passeront à partir de la prochaine rentrée de 850 à 1850 euros pour les étudiants français ou originaires d’un Etat membre de l’Union européenne et de 850 à… 3850 euros pour les étudiants originaires des autres pays.

Cette décision s’inscrit dans la droite ligne de la politique du précédent gouvernement : elle relève d’une vision idéologique de l’Université dans laquelle l’enseignement supérieur constitue un « marché » global et l’enseignement une « marchandise » comme une autre à laquelle les étudiants étrangers ne peuvent accéder qu’en payant le prix fort.

Plus grave, à rebours d’un mouvement d’égalisation des droits des étudiants français et étrangers au sein de l’université, cette mesure institue une discrimination sans aucune justification dans l’accès à des établissements d’enseignement supérieur.

Loin d’être anecdotique, cette mesure n’est sans doute que le premier pas vers l’instauration de frais d’inscription plus élevés pour les étrangers, qui avait été envisagée de manière décomplexée au cours du débat parlementaire sur l’immigration professionnelle et étudiante organisé en avril et juin 2013.

Cette différence de traitement injuste vient une fois de plus aggraver la situation des étudiants étrangers les plus démunis. Là où le partage d’un savoir commun devrait construire des ponts, le mur de l’argent vient, ici comme ailleurs, ériger des murs.

Injuste, cette mesure est aussi illégale : elle introduit en effet entre les étudiants une discrimination exclusivement fondée sur la nationalité et qui ne peut s’appuyer sur aucune justification objective et rationnelle. Elle a donc été prise en violation du principe constitutionnel d’égalité et des conventions internationales qui interdisent les discriminations..

Le Gisti a décidé par conséquent de déposer devant le Conseil d’État un recours en annulation contre ces mesures.

Face à ces attaques, le Gisti défend une autre voie : celle du respect du droit à l’éducation pour tous, de l’égalité entre tous les étudiants en France et, au-delà, de la liberté de circulation au sein de l’espace éducatif comme ailleurs.

Le 17 février 2014

http://www.gisti.org/spip.php?article3402

Similar posts
  • Hommage à George Floyd devant le cons... Manifestation contre les violences policières aux USA Une petite centaine de personnes présentes face au consulat US à Strasbourg, protégée par les émules français de la police étasunienne. On peut noter que pour manifester à Strasbourg, il vaut mieux s’appeler MRAP et Justice & Libertés que Gilets jaunes ou NPA…Curieuse [...]
  • Justice pour Adama! Halte aux violenc... Témoignage M.Ouak. Il y avait une foule immense, dense, au nouveau Palais de Justice (pourtant pas facile d’accès entre Pte de Clichy et bd périphérique). Une foule jeune, très bigarrée: des racisés et des pas-racisés, des habitants des banlieues et des Parisiens (d’après leurs vêtements), des jeunes visiblement motivés et révoltés par l’injustice (nombreuses pancartes [...]
  • Procès en appel de deux gilets jaunes Procès en appel de 2 Gilets Jaunes lourdement condamnés en décembre 2018 à Valence Communiqué de Tom et Stéphane jeudi 28 mai 2020, par Stéphano. https://ricochets.cc/Proces-en-appel-de-2-Gilets-Jaunes-lourdement-condamnes-en-decembre-2018-a-Valence.html Communiqué du collectif de soutien des « 4 de Valence » Un an et demi après le premier procès, la solidarité est toujours notre meilleure arme samedi 30 mai [...]
  • DNA, gilets jaunes et préfète Courriel aux DNA Une fois de plus ce lundi 1er juin, les DNA se font l’écho de la préfecture en écrivant « Le samedi 16 mai les gilets jaunes puis le NPA s’étaient rassemblés à Strasbourg, sans respect de la fameuse règle des dix personnes. » Le 16 mai, j’étais place de la République à [...]
  • Répression tous azimuts à Strasbourg,... Ceux qui croyaient que le déconfinement contrôlé signifiait le retour des libertés se trompent gravement. Par déconfinement, il faut entendre, commerces accessibles, parcs réouverts, ouvriers au travail, sauf les licenciés de Renault et d’ailleurs, bars et restaus réouverst mardi, campagne électorale municipale en vue du vote dans un mois, écoles, collèges, lycées ouverts à commencer [...]

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.