La face cachee des libérateurs

gi_4909389

© Conseil régional de Basse-Normandie/National Archives USA

Un lupanar géant, théâtre d’une libido sans limites. Telle est la France vue par les GI, débarqués au pays des femmes faciles et des maris trompés. “L’Europe d’aujourd’hui est peuplée de petites-bourgeoises respectables qui ont, au moins une fois dans leur vie, écarté les cuisses pour le prix d’une miche de pain”, confiera un vétéran américain. En Normandie, en Bretagne, en Champagne, les boys faisaient l’amour partout, en plein jour, devant les enfants. Une épidémie de sexe qui fait la trame du livre de l’historienne américaine Mary Louise Roberts.  

Le haut commandement US a voulu “vendre” le Débarquement comme une aventure érotique, seul moyen de galvaniser les soldats envoyés sous les orages d’acier d’Utah et Omaha Beach. La propagande militaire mobilise tous les poncifs sur les moeurs de la femme française, supposée libre de son corps, prête à s’offrir aux guerriers virils venus la sauver des griffes du nazisme.

L’indigence française et l’opulence yankee favorisent le commerce du sexe

Une fois désinhibée, la libido des GI sera impossible à contenir. Les viols se multiplient, la prostitution explose. Le contraste entre l’indigence française et l’opulence yankee favorise toutes les combines et le commerce du sexe. Un paquet de chewing-gums, quelques cigarettes suffisent à s’offrir une passe. Par crainte des maladies vénériennes, les autorités américaines tenteront vainement d’encadrer le chaos. L’état-major fait des exemples en ordonnant la pendaison publique de soldats noirs accusés de viols – boucs émissaires d’une armée fondée sur la ségrégation raciale.

Face à ce tsunami sexuel, une douloureuse “crise de la masculinité” s’empare du mâle français. “Efféminés, verbeux, nerveux, irritables, avec un côté très gigolos et je ne les aime pas beaucoup”, observe un GI au sujet des vaincus de 1940. Des froussards, incapables de tenir leurs femmes et de protéger leur foyer. Cette perte de virilité serait à l’image du déclin français et l’une des causes profondes de notre antiaméricanisme.

La suite : http://www.lexpress.fr/culture/livre/amours-viols-et-prostitution-la-face-cachee-du-debarquement_1547176.html#xtor=AL-447

Similar posts
  • En GAV à domicile, vendredi 3 avril Ciel gris bien que la météo du smartphone annonce ensoleillé et 0 % de risque de pluie. Sur ma page FB, j’ai commencé une série photographique destinée à pallier la fermeture des musées et galeries de peinture. Photographie d’une peinture par jour. Christophe Meyer, Daniel Depoutot et Christophe Hohler pour commencer. Sauf si le confinement [...]
  • Masques anti-Covid-19 pour les enfant... Bonjour, Iyad m’a envoyé des photos prises au cours de son dernier tournage. Il s’agit d’une initiative prise par un artiste palestinien pour personnaliser des masques, les rendre moins “dramatiques” pour encourager les enfants à les porter. Iyad ajoute que de son côté tout va bien ainsi que pour sa famille et ses proches. Concernant [...]
  • La psychiatrie refuse d’être &#... Un article de Clémence Nayrac et Géraldine Tribault pulié par Hospimedia le 27/03/2020 Le contrôleur général des lieux de privation de liberté demande au Gouvernement des mesures d’urgence pour la psychiatrie dans le contexte de crise sanitaire. Déjà, depuis plusieurs jours, les représentants de la discipline ont lancé l’alerte. Le contrôleur général des lieux de [...]
  • Rony Brauman répond à Macron : « La m... Rony Brauman répond à Macron : « La métaphore de la guerre sert à disqualifier tout débat » Rony Brauman, ancien président de Médecins sans frontières, approuve les mesures de confinement, mais dénonce la rhétorique martiale du chef de l’Etat : « Qualifier les soignants de “héros”, c’est gommer les raisons de la crise sanitaire. [...]
  • DD Baroin et Georges Federmann Georges Yoram Federmann 5 rue du Haut Barr 67000 Strasbourg. Strasbourg , le 28 mars 2020. Chère famille, chers tous, Dédé s’en est allé. J’ai appris sa mort par internet vendredi 27, par le message de Roger Winterhalter et en lisant la Feuille de chou de J-C Meyer, le lendemain. Nous sommes restés en contact [...]

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.