Un bateau de migrants aborde au Parlement européen à Strasbourg

P1470613

 

Les personnes venues soutenir l’action Ferries Not Frontex cet après-midi aux abords du Parlement européen ont partagé un moment intense qui mêlait conviction et émotion autour d’un symbole fort : l’abordage de la forteresse Europe.

En effet, le choix fort et courageux d’installer des migrants, militants associatifs de défense des droits humains, à bord d’un canot pneumatique noir identique à ceux que les migrants empruntent pour traverser la Méditerranée, de les faire ramer sur l’Ill puis accoster sur le quai devant le Parlement européen, a eu l’effet magique en peu de temps et dans un espace restreint de recréer toute l’atmosphère, la symbolique et les enjeux de la migration “nord-sud”.

A partir d’un seul élément décidé à l’avance (le canot), c’est toute une mécanique qui s’est mise en place et s’est révélée au grand jour et aux yeux de tous en quelques minutes. Tout y était : les navettes de la gendarmerie et de la Polizei qui rodaient sur l’eau, la forteresse-parlement au loin, comme imprenable, les vigiles et les policiers sur le quai à l’arrivée et même les politicards qui parle-mentent posant tout sourire devant l’objectif des caméras, et volant la parole aux principaux concernés.

Heureusement, les organisateurs ont abrégé cette récupération politicienne honteuse, surtout de la part des représentants de la Ville de Strasbourg (quand on voit comment ils traitent les Roms-migrants…) et du Parti socialiste qui a voté il y a peu l’autorisation d’utiliser l’armement militaire contre les bateaux de migrants et a remarquablement adopté les méthodes de l’extrême-droite lors de l’évacuation violente des migrants de la Halle Pajol, il y a 3 jours, en plein Paris.

La place a été laissée à la parole digne et aux témoignages émouvants des migrants présents qui ont tour à tour évoqué leur calvaire, le départ du pays en guerre bien souvent, la traversée dans la peur, la perte d’êtres chers, l’arrivée, la désillusion, puis le désespoir. Des hommes et des femmes perdus ici comme là-bas, des vies sacrifiées ici comme là-bas, des destins brisés ou qui n’arrivent pas à se construire, et au final, notre échec plus que le leur.

Durga

Miguel Urban (Podemos)

José Bové :

P1470619

P1470621

P1470630

P1470651

P1470638

P1470649

P1470657

P1470658

P1470663

P1470671

P1470673

P1470674

P1470675

P1470677

P1470679

P1470680

P1470681

P1470684

P1470687

P1470693

P1470695

P1470704

P1470720

P1470698

P1470705

P1470707

P1470710

P1470722

P1470724

P1470726

P1470717

P1470712

 

P1470727

P1470731

P1470732

P1470733

P1470740

P1470743

P1470744

P1470746

P1470749

P1470750

P1470753

P1470757

P1470759

P1470760

P1470761

P1470763

P1470765

P1470766

P1470769

P1470770

P1470754

P1470777

P1470790

P1470789

P1470779

P1470795

P1470788

 

Similar posts
  • Masques anti-Covid-19 pour les enfant... Bonjour, Iyad m’a envoyé des photos prises au cours de son dernier tournage. Il s’agit d’une initiative prise par un artiste palestinien pour personnaliser des masques, les rendre moins “dramatiques” pour encourager les enfants à les porter. Iyad ajoute que de son côté tout va bien ainsi que pour sa famille et ses proches. Concernant [...]
  • La psychiatrie refuse d’être &#... Un article de Clémence Nayrac et Géraldine Tribault pulié par Hospimedia le 27/03/2020 Le contrôleur général des lieux de privation de liberté demande au Gouvernement des mesures d’urgence pour la psychiatrie dans le contexte de crise sanitaire. Déjà, depuis plusieurs jours, les représentants de la discipline ont lancé l’alerte. Le contrôleur général des lieux de [...]
  • Rony Brauman répond à Macron : « La m... Rony Brauman répond à Macron : « La métaphore de la guerre sert à disqualifier tout débat » Rony Brauman, ancien président de Médecins sans frontières, approuve les mesures de confinement, mais dénonce la rhétorique martiale du chef de l’Etat : « Qualifier les soignants de “héros”, c’est gommer les raisons de la crise sanitaire. [...]
  • DD Baroin et Georges Federmann Georges Yoram Federmann 5 rue du Haut Barr 67000 Strasbourg. Strasbourg , le 28 mars 2020. Chère famille, chers tous, Dédé s’en est allé. J’ai appris sa mort par internet vendredi 27, par le message de Roger Winterhalter et en lisant la Feuille de chou de J-C Meyer, le lendemain. Nous sommes restés en contact [...]
  • Journal politique du confinement : pr... Françoise Vergès (politologue) et Norman Ajari (philosophe). “La crise sanitaire actuelle annonce-t-elle la catastrophe climatique de demain ?”. Avec Aurélien Barrau (astrophysicien) et Daniel Tanuro [...]

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.