Souveraineté populaire ou dictature financière?

troika_feuille2chou_paris

Depuis que le 1er ministre grec a proposé un référendum le 5 juillet afin de demander au peuple s’il acceptait la politique drastique d’austérité de l’eurocratie, la politique redevient lisible pour le citoyen lambda qui ne lit pas la presse financière.

Contre l’étranglement toujours plus serré de la Grèce exigé par les Merkel et autres Junkers, c’est un renversement du rapport de force qui est d’ores et déjà rendu possible avant même que le peuple grec ne vote massivement non au diktat de Bruxelles.

En agissant ainsi les Grecs remettent la politique à l’honneur et font un pas vers la restauration de la souveraineté populaire niée par la dictature financière et ses serviteurs bruxellois.

Déja Podemos en Espagne, vainqueur des récentes élections, appuie le gouvernement grec conforté par le vote des députés.

Les manœuvres déstabilisatrices de l’ordre libéral européen, des Bourses et des banques qui spéculent sur une défaite du peuple grec, au moment où la population inquiète commençait à dévaliser les distributeurs de billets, doivent être mises en échec. C’est pourquoi Tsipras a instauré un contrôle provisoire des capitaux et une fermeture des banques.

Tous les peuples européens doivent être solidaires du peuple grec car si, par malheur la dictature financière gagnait en sabotant le référendum ou en obtenant une majorité de la trouille, avec un oui à l’austérité, ce serait un grave échec pour les classes populaires comme l’a été le déni du référendum européen en France.

L’enjeu est là: dictature financière ou souveraineté populaire!

Tous-tes aux côtés du peuple grec!

La Bourse ou la vie.

L’euro ou la haine de la démocratie, Lordon,Monde diplo
http://blog.mondediplo.net/2015-06-29-L-euro-ou-la-haine-de-la-democratie

CADTM
Appel pour soutenir la Grèce qui résiste

http://cadtm.org/Appel-pour-soutenir-la-Grece-qui
Bien qu’on n’aime pas le M’PEP, on publie son pertinent communiqué

LA VRAIE QUESTION POSÉE AU RÉFÉRENDUM GREC EST LA SORTIE DE L’EURO

Par la délégation du Parti de l’émancipation du peuple (ex-MPEP*) au Forum anti-union européenne d’Athènes (26 au 28 juin 2015).

Athènes, le 28 juin 2015.

L’Assemblée nationale grecque, la Vouli, dans la nuit du samedi au dimanche 28 juin, a voté pour la tenue d’un référendum le 5 juillet. Elle a repris la proposition du Premier ministre Alexis Tsipras de demander au peuple grec de se prononcer sur les propositions de l’Union européenne et du FMI de poursuivre la destruction de la Grèce. Le gouvernement grec, par cet acte politique de grande portée, met ainsi un terme aux tergiversations et reculs de ces derniers mois.

La pression populaire extérieure et celle de l’opposition interne au parti Syriza est parvenue à briser l’immobilisme du gouvernement grec. Ce dernier, par le vote aux élections législatives de janvier 2015, disposait déjà de toute la légitimité nécessaire pour stopper les plans imposés par la Troïka. Le référendum a ceci d’intéressant qu’il inverse le rapport de force. Alors que le Premier ministre était sur la défensive, c’est l’Union européenne et le FMI qui se trouvent en position difficile. Pour gagner le référendum, le gouvernement devra être beaucoup plus ferme et dynamique.

Car la véritable question qui sera posée sera celle du maintien ou de la sortie de la Grèce de la zone euro. En effet, si l’Union européenne et le FMI ne versent plus les prêts permettant la Grèce de rembourser sa dette, il ne sera pas possible de payer les fonctionnaires et les fournisseurs de l’État, ni d’assurer sa trésorerie et ses investissements. La seule solution sera donc de revenir à la drachme, afin d’utiliser la politique monétaire – comme à la Libération en France – pour redévelopper l’économie grecque.

La plus grande inquiétude concernant l’issue de ce référendum sera la capacité des Grecs à résister à l’avalanche de propagande haineuse qui commence à s’abattre sur le pays. L’offensive a commencé par l’exclusion de la Grèce de la réunion de l’eurogroupe. De fait, la Grèce se trouve exclue de la zone euro. Le gouvernement grec va-t-il en tirer toutes les conséquences ? Ce n’est pas certain, car jusqu’à présent Alexis Tsipras a multiplié les déclarations favorables à l’Union européenne et à l’euro. Il a même ajouté sa voix à ceux qui présentent la sortie de l’euro comme une apocalypse. Comment va-t-il réagir dans les quelques jours qui viennent, pour répondre à la Troïka et aux grands médias qui vont tenter d’affoler la population sur les conséquences d’une sortie de l’euro ?

La Troïka et le FMI tentent en réalité un coup d’État contre le gouvernement grec. Le lien doit être fait avec le référendum français de 2005 qui avait été suivi d’un coup d’État parlementaire en 2008, le traité constitutionnel européen ayant été remplacé par le traité de Lisbonne par un vote du congrès, annulant le référendum.

Tout le monde devrait l’avoir compris depuis le temps : l’essence de l’Union européenne est de détruire la souveraineté nationale. C’est, en effet, le meilleur moyen pour empêcher la mise en œuvre de toute politique favorable aux classes dominées.

Tous les peuples des pays membres de l’Union européenne attendent beaucoup du peuple grec. Il a dans les mains la possibilité d’enclencher un processus politique similaire à celui de la Révolution française de 1789. Son vote “non” peut susciter une dynamique d’espoir conduisant à des réactions en chaîne dans plusieurs pays pour sortir de l’euro et de l’Union européenne. Comme en 1789, qui avait vu le peuple devenir souverain à la place du monarque, il s’agit aujourd’hui de mettre le peuple, dans chaque pays, comme souverain à la place des oligarques européens et de Washington. Le Parti de l’émancipation du peuple (ex–M’PEP) soutient sans réserve le peuple grec dans cet affrontement historique. Il appelle tous les peuples de l‘UE à ne pas laisser le peuple grec seul et à le soutenir dans ce combat.

Le Forum international contre l’Union européenne qui s’est tenu du 26 au 28 juin 2015 a lance un appel à l’unité populaire pour le NON au referendum en Grèce. Non à l’austérité, à l’euro et à l’Union européenne, oui à la souveraineté nationale et populaire du peuple grec et pour la libération de tous les peuples enfermés dans le piège européen.

La délégation de notre Parti à Athènes :

Valérie Coignard, Michèle Dessenne, Maurice Engrand, Benoît Martin, Jacques Nikonoff, Joel Périchaud, Michel Quinet.

PCOF

Download/Télécharger (referendum-Plus-que-jamais-aux-côtés-du-peuple-grec-2015-06-29.pdf,PDF, 243KB)

Pétition
https://www.policat.org/validate/0001562323-60076980525

Non à l’austérité! Oui à la démocratie!
L’Europe est à la croisée des chemins. La Troïka ne cherche pas seulement à détruire la Grèce, elle s’en prend à nous tou.te.s. Il est grand temps de nous dresser contre le chantage des élites européennes.

Dimanche prochain, le peuple grec a la possibilité de refuser l’austérité, et de choisir la voie de la dignité, dans l’espoir d’une autre Europe. En ce moment historique, chacun de nous doit prendre position.

Pour nous : C’est NON à l’austérité, à la réduction des pensions de retraites et à l’augmentation de la TVA, C’est NON à la pauvreté et aux privilèges C’est NON au chantage et au démantèlement des droits sociaux
C’est NON à la peur et à la destruction de la démocratie.

Pour nous, c’est OUI à la dignité, à la souveraineté, à la démocratie, et à la solidarité avec les citoyen.ne.s grecs.

Il ne s’agit pas d’une histoire entre la Grèce et l’Europe, mais de deux visions de l’Europe : la nôtre, celle de la démocratie et de la solidarité, une Europe des peuples , sans frontières. Et la leur : celle du refus de la justice sociale et climatique, qui piétine la démocratie, qui s’attaque à la protection des plus vulnérables, et s’oppose à la taxation des riches.

Basta, Y’en a marre ! Une autre Europe est possible !

Similar posts

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.