Encore un criminel invité d’honneur le 14 juillet

mexique étudiants assassinés lexpress

Visite officielle du Président mexicain, Monsieur Enrique Peña Nieto, le 14 juillet 2015 à Paris

En juin dernier, le MRAP avait appris, avec étonnement, que Monsieur Enrique Peña Nieto, Président du Mexique, serait l’invité d’honneur des cérémonies du 14 juillet.

Face au constat de la situation alarmante des droits humains au Mexique, le MRAP avait interpellé Monsieur François Hollande, Président de la République, ainsi que Monsieur Laurent Fabius, Ministre des Affaires étrangères et du Développement international, sur cette invitation. Monsieur Laurent Fabius nous a alors assuré dans un courrier de la plus grande attention qu’il porte à l’évolution de la situation des droits de l’homme au Mexique et de l’intention de la France de mettre à l’honneur cette thématique durant la visite de Monsieur Enrique Peña Nieto à Paris.

Le MRAP rappelle les faits graves d’atteinte aux droits humains au Mexique ayant fait lors de la dernière décennie plus de 160.000 morts et plus de 23.000 disparus, et dénonce fermement l’implication de l’armée et de la police toutes deux sous la responsabilité du Président Nieto.

L’opinion publique a été marquée par l’assassinat de trois étudiants et la disparition de 43 autres de
l’Ecole normale rurale d’Ayotzinapa, attaqués par le police municipale sous les ordres du maire
d’Iguala. De nombreux spécialistes et associations, ainsi que le Parlement européen, ont dénoncé cet événement tragique. Un rapport spécial de l’ONU, reconnu par le gouvernement mexicain, estime le nombre d’exécutions extrajudiciaires commises entre 2006 et 2012 à plus de 70.000.

Face aux crimes d’État, aux cas de torture, aux exécutions extrajudiciaires, aux disparitions forcées, aux atteintes à la liberté d’expression et à toutes celles faites aux droits humains au Mexique, le MRAP appelle plus que jamais Monsieur Hollande et Monsieur Fabius à mettre au centre de la visite du Président Mexicain la défense des droits de l’homme et à appeler Monsieur Nieto à prendre des engagements sur la mise en lumière de cas devenus emblématiques dans l’atteinte aux droits de l’homme et prendre des engagements pour assurer le respect de son peuple.

Le MRAP,
Paris, le 10 juillet 2015

Programme festival

Activités programmées pendant la visite d’État du Président mexicain, Enrique Peña Nieto, et de son armée

Du 12 au 16 juillet, le président mexicain Enrique Peña Nieto effectuera une visite d’Etat en France et participera aux célébrations du 14 juillet en qualité d’invité d’honneur. A travers cette invitation, le gouvernement français vise à renforcer le « partenariat stratégique » avec le Mexique, dont il est « le premier ami ». Cette relation économique inclue la vente d’équipements militaires et la collaboration en matière de sécurité, bien que les forces de l’ordre mexicaines soient impliquées dans des milliers de cas de torture, de viols, d’exécutions extrajudiciaires et de disparitions forcées (dont celle des étudiants d’Ayotzinapa). Malgré leur néfaste réputation auprès des organismes de droits de l’homme, ces forces défileront sur les Champs Elysées et elles seront célébrées et applaudies par le public français.

Les collectifs parisiens de solidarité avec Ayotzinapa condamnent l’hypocrisie qui entoure la venue de Peña Nieto en France, car elle n’a rien à voir avec l’amitié des peuples français et mexicain. Au contraire, elle a tout à voir avec des intérêts purement économiques et avec des contrats de vente d’armements qui, par ailleurs, seront très probablement utilisés contre la population civile mexicaine.

C’est pour cela que, à l’occasion de cette déplorable visite d’État, les collectifs ont tenu à proposer une série d’événements « anti-Peña Nieto », qui permettront d’exprimer indignation et solidarité envers le peuple mexicain, tout en dénonçant la violence de l’État, la corruption du gouvernement et l’impunité qu’il fait régner au Mexique.

Les 43 étudiants d’Ayotzinapa disparus en septembre dernier seront au centre des activités proposées. En particulier, un festival de films documentaires intitulé “¡Vivos los queremos!” (Nous les voulons vivants !) aura lieu du 13 au 15 juillet dans différent lieux de la ville : le 13 au cinéma La Clef, le 14 au Centre International de Culture Populaire et le 15 au Café de la Commune d’Aligre. Au programme, la première en France des films « Ayotzinapa, chronique d’un crime d’Etat » (Mexique, 2015) et « Portrait d’une recherche » (Mexique, 2014), ainsi que des court-métrages, un film d’animation et des vidéoclips.

Le festival proposera également un concert, le vernissage d’une exposition, des interventions depuis le Mexique en vidéoconférence et des moments d’échange avec le public. Vous trouverez ci-joint le programme détaillé et nous vous invitons à nous rejoindre dans ces espaces de rencontre et d’information.

Ayotzinapa n’est pas un cas isolé ni une affaire locale. Il est temps d’en finir avec la narrative du Mexique touristique alors que le pays traverse une catastrophe humanitaire et un irrespect des droits de l’homme sans précédents. Nous nous devons de montrer le vrai visage du Mexique et de réclamer justice pour les familles des 43 étudiants d’Ayotzinapa, victimes de disparition forcée, et pour les dizaines de milliers de familles qui, tous les jours, essayent de retrouver un proche disparu, en se confrontant à l’inaction totale du gouvernement de Peña Nieto.

On compte sur votre soutien et sur votre présence à ce rendez-vous.

Notez que 50% des recettes du film « Ayotzinapa, Chronique d’un crime d’État » seront reversées aux étudiants de l’École normale rurale d’Ayotzinapa et aux parents des étudiants disparus.

Voici le lien pour télécharger les affiches et le programme complet : http://we.tl/XLBEr3LFSv

En plus du festival, l’agenda « anti-Peña Nieto » prévoit deux manifestations, l’une organisée par le comité du parti MORENA-France, prévue pour le 12 juillet, l’autre organisée par les collectifs de soutien à Ayotzinapa, prévue pour le 14. La préfecture de Paris n’a toujours pas donné de suite à notre demande : nous vous communiquerons le lieu et l’heure du rassemblement du 14 dès que nous obtiendrons l’autorisation.

Collectif Paris-Ayotzinapa

COMMUNIQUÉ

Aujourd’hui, 02 juillet 2015, des militants ont interrompu le Conseil de Paris pour protester contre la réception du président mexicain Enrique Peña Nieto le 16 juillet à l’Hôtel de ville pour un forum économique.

Nous condamnons fermement l’invitation faite à un président impliqué dans la répression sanglante des mouvements sociaux mexicains et notamment dans la disparition des 43 étudiants d’Ayotzinapa.

La réception d’un président complice des milliers de disparitions, des centaines d’assassinats, organisant et instrumentalisant la violence qui gangrène la société mexicaine déshonore le gouvernement français; nous ne cesserons pas de protester contra sa venue.

¡Vivos se los llevaron, vivos los queremos!

Vivants ils les ont emmenés, vivants nous les voulons !

Pour télécharger la vidéo de cette interruption du Conseil de Paris :
Français: http://we.tl/TGQ3V76q33
Espagnol : http://we.tl/PNjtskQZGw

Similar posts
  • Soutien au peuple chilien à Strasbour... [...]
  • Ziad Medoukh: Gaza, une ville enfermé... Gaza , une ville enfermée mais une ville qui impressionne ! Ziad Medoukh Il est difficile pour un observateur étranger de comprendre la situation actuelle dans la bande de Gaza, une région en souffrance permanente, mais une région qui continue à s’accrocher à la vie malgré tout. Souvent les médias étrangers parlent de la bande [...]
  • General Electric Belfort General Electric Belfort from feuille de chou on Vimeo. Près de 3000 personnes étaient rassemblées vers 14 h devant la Maison du peuple de Belfort par un temps de plus en plus pluvieux. Après le discours d’une responsable CGT, le cortège est parti vers l’usine General Electric, avec la CGT, les Gilets jaunes, le PCF [...]
  • 17 octobre 1961-17 octobre 2019 Stras... Chaque année à Strasbourg se tient une commémoration du massacre du 17 octobre 1961 à Paris où 200 Algériens pacifiques ont été tués par la police, certains jetés à La Seine. C’était sous le général de Gaulle, Roger Frey était ministre de l’Intérieur et Maurice Papon qui s’était illustré en 1942 à Bordeaux en déportant [...]
  • Semaine Européenne de la Démocratie L... [...]

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.