L’état d’urgence à l’Université de Strasbourg : après la police, les gardiens de sécurité privés !

ob_704224_do-you-feel-safe-copia

Depuis le 18 janvier, des gardiens de sécurité circulent sur le campus de l’Esplanade et dans les locaux de l’université. Ils sont regroupés en équipes de deux personnes, habillées d’un uniforme jaune. La véritable finalité de cette présence n’est pas connue, mais leur seule action visible, pour l’instant, a été d’expulser une personne sans abri du bâtiment du Patio.

Un contrat a dû être signé par les services centraux de l’Unistra, seuls compétents en la matière. Cet accord a été conclu dans le plus grand silence, sans qu’aucune information directe n’ait été fournie à la communauté universitaire, notamment sur le montant et la durée d’un tel contrat liant l’université à une compagnie privée.

Déjà lors de la cérémonie des vœux 2016 de l’Université de Strasbourg, le 12 janvier dernier, l’UEC avait mis en garde la communauté universitaire contre l’austérité dans le monde de l’éducation, mais également contre l’état d’urgence qui a des conséquences directes sur la vie étudiante (http://uecstrasbourg.over-blog.com/2016/01/joyeuse-austerite-joyeux-etat-d-urgence-a-l-universite-de-strasbourg.html). La confirmation de la dérive sécuritaire ne s’est pas faite attendre, et une semaine plus tard c’est une société de sécurité privée qui fait son apparition sur le campus.

Il existe déjà un Comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT :https://www.unistra.fr/index.php?id=19537) ainsi qu’un Service prévention, sécurité et environnement (SPSE : https://www.unistra.fr/index.php?id=18762). Ces deux organes sont gérés par ou en coordination avec des membres de la communauté universitaire. Nul besoin donc de recourir à une société privée !

C’est suite aux attentats de Charlie Hebdo en janvier dernier que l’on a commencé à voir la police circuler régulièrement au sein même du campus, interpellant et fouillant arbitrairement des étudiants immigrés ou militants (http://uecstrasbourg.over-blog.com/2015/01/apres-les-larmes-les-mesures-securitaires-s-imposent-deja-a-l-universite-de-strasbourg.html).

Combien de policiers, combien de gardiens faudra-t-il avant que l’Unistra devienne un lieu plongé dans la privatisation et le délire autoritaire ?

Les universités constituent des environnements favorisant l’émancipation et le développement de la pensée critique. Une compagnie privée de sécurité n’a rien à y faire ! En outre, cette présence est contraire à l’image de liberté et d’ouverture qu’est revendiquée par l’Unistra, en opposition notamment avec certaines de ses homologues parisiennes où l’accès aux bâtiments est entièrement contrôlé par des gardiens. Le président de l’Unistra Alain Beretz déclarait, dans sa lettre à la communauté universitaire faisant suite aux attentats du 13 novembre, que « nous devons nous rassembler autour de nos valeurs, liberté, égalité, fraternité ». Seulement pour Alain Beretz liberté égalité fraternité riment avec société privée de sécurité !

L’Union des Étudiants Communistes de Strasbourg dénonce cette nouvelle étape dans la dérive sécuritaire de l’Université de Strasbourg. Nous exigeons de la part de la direction de l’Unistra qu’elle informe l’ensemble de la communauté universitaire sur la finalité ainsi que le montant du contrat qu’elle a conclu avec cette société privée. Nous invitons les étudiants et les membres du personnel de l’université à observer au plus près les actes et manœuvres de ces gardiens de sécurité, et le cas échéant, à leur demander de s’identifier et de justifier leur présence.

L’Union des Étudiants Communistes de Strasbourg

Similar posts
  • Michel Warschawski Les militants qui quittent la bataille : pas les faibles, mais aussi pas les héros Pour être clair : je ne juge personne qui décide de quitter le pays et réside à l’étranger. C’est une décision personnelle, tout comme la décision de garder des commandements religieux, d’être végétarien ou, aussi étrange que cela puisse paraître, [...]
  • Libérez Salah Hamouri! Communiqué du Comité de soutien à Salah Hamouri / 30 juin 2020 Ce mardi 30 juin, alors qu’il se rendait à Jérusalem pour effectuer un test coronavirus (obligatoire) pour prendre l’avion samedi 4 juillet, pour se rendre en France, Salah Hamouri a été arrêté dans un centre médical par les autorités israéliennes.Il a été conduit [...]
  • Grève et manifestation des soignant.e... Grâce à la nouvelle mobilisation des salariées de Rhéna venue de la base, une nouvelle manifestation s’est tenue de la clinique privée au Nouvel Hôpital Civil au service des urgences. Pendant que les directions syndicales perdent leur temps au prétendu “Ségur de la Santé” du gouvernement, et gaspillent la combativité qui s’était traduite à Strasbourg [...]
  • Manifestations pour le droit au logem... Hier, les Dernières Nouvelles d’Alsace n’ont rien vu des quatre manifestations place Kléber! 150 à 200 manifestants pour le droit au logement avec des SDF, des squatters, des Gilets jaunes qui ont défilé ensuite, un rassemblement pour la Palestine au pied de la statue Kléber, un autre d’Alsace-Syrie à 17h et Extinction Rébellion contre la [...]
  • Albert Memmi: pensée anticoloniale et... [ألبير ممّي : تناقض بين فكر مناهض للاستعمار والتزام بالصّهيونية] Albert Memmi : la contradiction entre une pensée anti-coloniale et un engagement sioniste http://tacbi.org/node/167 Albert Memmi, figure importante du mouvement anti-colonial, est décédé à Paris, le 22 mai dernier à l’âge de 99 ans. Il était né en 1920 à Tunis qu’il quitta définitivement après [...]

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.