A Duttlenheim, un raz-de-marée anti-GCO a submergé Arcos et Vinci !

DSC09228

 

Ce mardi 28 février à Duttlenheim, la société Arcos, filiale de Vinci, s’était invitée dans la salle de 300 places du complexe culturel et sportif de la commune, espérant y promouvoir le nouvel emplacement de la zone de services du très hypothétique GCO/COS.

Le tapis rouge lui avait été déroulé par le maire de tendance “””neutre”””, Jean-Luc Ruch, des places au premier rang étaient réservées aux 3 représentants d’Arcos aux allures d’employés des pompes funèbres et au directeur communication projets de Vinci-autoroutes (Jean-Luc Fournier) ; c’est donc en terrain conquis qu’Arcos pensait fouler le sol de ses souliers vernis. La projection d’un powerpoint illustré de plans et d’images de synthèse était là pour distraire le regard du public qu’un commentaire monotone finirait par endormir. Tout était donc en place pour le grand lavage de cerveau, il ne manquait que le troupeau à l’appel pour l’abattoir. Sauf que le plan ne s’est pas du tout déroulé comme espéré…

Dès l’annonce du maire qu’il laissait la parole à Arcos, les noms d’oiseaux ont volé à travers la salle à l’attention des représentants de la filiale de Vinci qui furent même traités d’« assassins !». Il a fallu cinq bonnes minutes avant que les 3 représentants d’Arcos puissent commencer leur exposé. Chaque parole de propagande faisait l’objet de rires sarcastiques, chaque plan projeté à l’écran, de moqueries. Face à l’ironie du public, les représentant d’Arcos n’en menaient pas large. Dans la pénombre, à la seule lumière de leur écran d’ordinateur, on devinait leurs sourires crispés, leur mine déconfite et un début de panique.

Puis ce fut le tour du jeu des questions-réponses, jeu que le public a trouvé très amusant, mais Arcos pas du tout ! On a eu l’heureuse surprise de découvrir que 95% des questions du public étaient critiques du projet de Vinci, dont quelques unes d’opposants affichés. Parmi les intervenants : le conseiller municipal de Duttlenheim, Christian Goepp, le maire de Pfettisheim, Luc Huber, un ex-ingénieur autoroutier, ainsi que de nombreux habitants, inquiets d’être les victimes futures des pollutions et nuisances dues au GCO. Chaque réponse bien huilée des représentants d’Arcos était masquée par des huées et des invectives tant est si bien que bien vite les réponses se transformèrent en tentatives de réponses pour finir par plus de réponse du tout !

Croyant endormir la vigilance de la population, ils n’ont pas vu venir la colère ironique du peuple qui résiste !

L’Altorfer arm s’est transformé en Zorn !

Arcos a été mis K.O. à Duttlenheim.

Vinci est dans les choux.

 

Durga-L.O

Intervention de Christian Goepp à propos du Plan Local d’Urbanisme :

 

L’exposé d’Arcos. « Assassin ! » crie quelqu’un dans le public :

 

Première critique : « Vous êtes des nuls ! Il y a une règle de base qui est le B-A-BA en construction d’autoroute, cette règle dit qu’on ne peut pas construire une aire de services à proximité d’un échangeur autoroutier. Votre projet est une violation de la réglementation européenne ! »

 

2ème critique : « Je trouve remarquable que vos experts en communication arrivent encore à faire croire à des gens que le GCO va résoudre le problème d’engorgement de Strasbourg. » Arcos sans réponse…

 

3ème critique : Christian Goepp parle de l’exemple allemand.

 

4ème critique : le problème des nuisances sonores !

 

Ça commence à barder pour le maire !

 

Arcos : « Il n’appartient pas à M. le maire de s’opposer au projet .»

 

Intervention de Luc Huber, maire de Pfettisheim : « C’est l’aire de service qu’il faut faire tomber, car ça sera une première étape pour faire tomber tout le GCO ! »

 

 

 

 

« – Au final, à quoi ça sert le GCO ?

– A faire du fric ! »

 

« Votre projet est archi-Fillon ! Qui est-ce qui à signé la DUP en 2008 ? François Fillon ! » :

 

La soirée s’est terminée par la lecture d’un superbe texte de Sylvain Metz, président de l’ADQV (Association pour la Défense de la Qualité de Vie) de Duttlenheim, qui fut très applaudi, et par le chant, repris en choeur par le public, du désormais célèbre refrain de René Egles entonné lors des Marches des cabanes « Le grand con, le grand con, le Grand Contournement Ouest, c’est comme la peste, il faut s’en débarrasser ! » et qui reflète si bien l’âme alsacienne.

àli métnànder geje d’GCO !

 

Download/Télécharger (Discours-Réunion-Publique-28-02-2017.pdf,PDF, 188KB)

Similar posts
  • Procès du quai de Valmy [...]
  • Strasbourg: solidarité avec les réfug... Une trentaine de manifestants ont exprimé leur solidarité avec les réfugiés devant l’Eurométropole de Strasbourg, en particulier pour les familles de demandeurs d’asile qui en sont réduites à camper rue du Rempart dans des conditions insupportables. L’Etat et la ville de Strasbourg doivent cesser de se renvoyer la [...]
  • Et maintenant? [...]
  • Paroles juives contre le racisme 1/10... Qui sommes-nous? Pourquoi une parole [...]
  • 2000 manifestants à Strasbourg contre... 2000 manifestants ce 21 septembre contre la loi-travail XXL alors qu’il y en avait 3000 la fois dernière. Ce n’est pas que les gens ne soient pas convaincus de la nocivité de la politique Medef-Macron, mais ils se souviennent des gros cortèges contre la loi El Khomri qui n’ont débouché sur rien. Alors il est [...]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

  Contact : F2C.media@gmail.com

Membre

Club de la presse - Strasbourg Europe

Club Médiapart

Reporter sans Frontières

Coordination permanente des medias libres

Nos dossiers

Actions de résistance à la politique anti-Rom de la ville de Strasbourg 2012-2014

« Espace Hoche », un camp pour Roms, grillagé et surveillé, à Strasbourg, siège de la Cour européenne des Droits de l’Homme

Catégories

Matériel

Droitisation de l'échiquier politique : 5 jeux à gratter des voix

Archives

Abonnements aux flux RSS

Abonnez-vous !