Le chef de la Mission Rroms de la Ville de Strasbourg en flagrant délit d'”intégration des Rroms”…

“Dégage!”
dégage_Rroms_Strasbourg_f2c_photo

Ce matin, vers 7h45, la Feuille de chou a surpris une scène banale le long de la piste cyclable de la route des Romains, pas loin du camp municipal où la Ville de Strasbourg stocke des familles Rroms en vue d’une problématique et rare “intégration.

Le chef de la Mission Rrom de la Ville de Strasbourg exigeait, à grands coups de gestuelle appuyée ce qu’on ne peut que traduire, sans parler romani, ni roumain, ni français, par “dégage” à deux dizaines, au moins, d’êtres humains, familles de Rroms roumains sans abri, dont plusieurs enfants en bas âge, qui avaient probablement passé la nuit (glaciale) sur l’ex-bidonville appelé Petit Parking, l’un des quatre où des familles avaient été expulsées pour être, pour certaines, renvoyées en Roumanie, pour d’autres, “privilégiées” si on ose dire, selon des critères peu explicites dans la sélection, et relogées en caravanes rue des Remparts, sur l’Espace 16 proche pour certaines, ou rue de l’Écluse, face à l’Elsau, ou dans le dit Espace Hoche , un camp à 12 km de la ville, en contrebas du Pont Pflimlin, où le voisinage n’est que de poids-lourds et de prostituées.

Des familles de Rroms roumains arrivent à Strasbourg, la fameuse “capitale des droits de l’homme“, siège du Conseil de l’Europe, du Parlement européen, de la Cour européenne des droits de l’homme. Il y a même ici, paraît-il, un commissaire aux droits de l’homme, on suppose, chargé de les faire respecter partout en Europe. On constate, sans être partisan d’une quelconque “préférence locale” ou de toute autre préférence, qu’il y a du travail à Strasbourg et, qu’en même temps que l’Europe avec, par chez nous, son humanisme rhénan bien connu, devrait se préoccuper du sort des migrants que la Hongrie met en prison, ou des Syriens dans des camps en Grèce, elle pourrait s’inquiéter qu’on laisse des familles entières dans de telles situations, et que le responsable de la dite “Mission Rrom” qui se vante urbi et orbi, comme sa cheffe, Marie-Dominique Dreyssé, adjointe aux solidarités (sic) d’intégrer ces pauvres gens fuyant une Roumanie inhospitalière pour faire un peu d’argent ici et scolariser les enfants, se lève tôt le matin pour “dégager” ces gens manifestement “de trop” comme nos SDF locaux, et les pauvres en général et les migrants. Les enfants qu’on a vus ce matin, ont faim, froid et devraient être à l’école (c’est une obligation pour la ville), et au vu de leur situation nocturne et diurne, ils relèvent de l’aide sociale du Conseil départemental.

Le chef de la Mission Rroms “intègre” les Rroms…
DSC09428

Véhicule du service municipal garé sur la piste cyclable…
Le chef de la Police municipale ne manquera pas de mettre une contravention à son collègue…
DSC09429

Ex-bidonville Petit Parking dégagé
DSC09430

3 Commentaires

  1. KUHN KUHN
    14 mars 2017    

    Merci pour votre travail d’information locale

  2. SCHMITT SCHMITT
    14 mars 2017    

    Alors les humanistes zélés de la ville de STRASBOURG responsables de l’intégration des minorités avez vous du cœur ou basez vous sur un système en vigueur en Hongrie franchement j’ai honte!

  3. Federmann Georges Yoram Federmann Georges Yoram
    14 mars 2017    

    Tous les chemins et les pistes cyclables mènent aux Roms…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

  Contact : F2C.media@gmail.com

Membre

Club de la presse - Strasbourg Europe

Club Médiapart

Reporter sans Frontières

Coordination permanente des medias libres

Nos dossiers

Actions de résistance à la politique anti-Rom de la ville de Strasbourg 2012-2014

« Espace Hoche », un camp pour Roms, grillagé et surveillé, à Strasbourg, siège de la Cour européenne des Droits de l’Homme

Catégories

Matériel

Droitisation de l'échiquier politique : 5 jeux à gratter des voix

Archives

Abonnements aux flux RSS

Abonnez-vous !