Des milliers de manifestants encore contre la loi dite “sécurité globale” à Strasbourg

feuilledechouphoto

Fin de manif gazeuse

Une fois de plus, des milliers de manifestants ont défilé à Strasbourg contre la loi dite de “sécurité globale”, un véritable oxymores qui donnerait encore plus de pouvoir à la police: nous filmer sans réciproque, nous survoler avec des drones, ce qui a été réalisé tout au long de la manifestation, de République à Etoile, en toute illégalité, puisque la loi n’est de loin pas votée; elle est passée à l’Assemblée nationale, doit aller au Sénat puis revenir à l’Assemblée, en janvier. Cette loi infâme prévoit de donner plus de pouvoir et d’armes à la police municipale, et même aux boites de sécurité privée!
Mais il n’y a pas que l’article 24. Les autres sont tout aussi inacceptables: ainsi le texte sur un prétendu séparatisme (des musulmans) mais qui pourrait s’appliquer à n’importe quelle communauté, juifs, protestants, adorateurs de l’oignon, etc.
Cette offensive sécuritaire de la bande à Macron, Castex, Darmanin, Lallement, sans oublier la rude préfète de la région de défense Est, Josiane Chevalier.

Dans le cortège mené par les maigres rangs de la LDH ou de Justice & Liberté, on a remarqué le nombre impressionnant de jeunes et parfois très jeunes mobilisés. Et un gros black bloc combattif qui a peut-être dissuadé les néo-nazis de Strasbourg Offender (ex-Bastion Social et Action française) de rééditer leur opération coup de poing ridicule de la dernière manifestation. Les gros bras, petites cervelles fascistoîdes s’étaient réfugiés dernier les lignes de leurs amis de la police nationale alors que les Gendarmes à côté ne bougeaient pas. Les lacrymogènes avaient protégé leur fuite alors qu’ils étaient spontanément poursuivis par des dizaines de jeunes après que la foule les avait chassés.

Aujourd’hui, les CRS ont encore liquidé un peu de leur stock 2020 de lacrymogènes en tirant encoche trois fois sur la jeunesse qui ne voulait pas partir à 16h et s’est dirigée vers le proche Hôtel de police. Comme la dernière fois, des groupes ont bloqué la route du Rhin un moment avant d’être délogés par la flicaille. Quelques arrestations ont suivi.

Il faut aussi noter ce qui s’est passé vers 13h place de la République alors que les premiers manifestants appelés par les Gilets Jaunes pour tenir leur Assemblée générale publique, ont vu surgir une douzaine de flics de la BAC, munis, une fois n’est pas coutume, de leur brassard orangé. Ils ont interpellé un jeune probablement reconnu sur photo et l’ont contrôlé près de la préfecture, protégés de la colère montante par des rangs de CRS surarmés. Le jeune a été embarqué en véhicule. On a appris aussi que trois fascistes avaient été interpellés vendredi suite à leur cogne contre des manifestants. Deux d’entre eux risquent l’inculpation alors même que ces crevures s’étaient réfugiés derrière les rangs de la police qui avait gazé les manifestants pour les protéger!

Dès la fin annoncée de la manifestation par la LDH, la jeune responsable départementale a appelé immédiatement à une nouvelle manifestation samedi prochain 12 décembre contre l’ensemble de la loi sécuritaire. On y sera, plus nombreux encore, jusqu’au retrait de la loi. Si elle passait, cela rendrait plus difficile le combat à mener contre les lois antisociales à venir, qui ont d’ailleurs amené le président des ultra-riches, interrogé hier longuement par des journalistes de Brut, non complaisants comme leurs collègues des médias dominants, a dit qu’il n’était pas sûr de se représenter (on n’en croit rien) car des mesures impopulaires sont à prendre la dernière année. Restons vigilants et combattons jusqu’au bout, leur démission, ce président et ce gouvernement de lutte de classe de la bourgeoisie financière et industrielle mondialisée qui touche des milliards de dividendes quand le peuple se serre la ceinture.

La BAC contrôle un manifestant à Strasbourg from feuille de chou on Vimeo.

S tr as bourg: interventions dont le sénateur Jacques Fernique, EELV from feuille de chou on Vimeo.

La jeunesse en force pour la liberté

La Feuille de chou est un média indépendant
Presse Quotidienne Radicale au Capital illimité d’indignation

Faites la connaître!
Abonnez-vous
Voir ci-dessous
Envoyez vos informations à f2c.media@gmail.com

Similar posts
  • Strasbourg: l’Education nationa... 800 manifestant.e.s selon deux comptages différent au sein du cortège. Un succès relatif donc pour cette manifestation d’enseignants de la maternelle à l’Université, d’étudiants, nombreux, mais pas encore assez si on se souvient qu’il y a plus de 50000 étudiants à l’Unistra. D’autres corps de métiers rattachés ou pas à l’Education nationale, des AED, des [...]
  • Strasbourg: deux manifs, sinon rien, ... Alors que le premier ministre Castex était à Strasbourg à l’Hôtel de ville, avec la maire, puis en milieu universitaire, avec le président de l’Unistra et des étudiants triés sur le volet, deux manifestations se sont déroulées en dehors de l’ellipse insulaire toujours interdite par la préfète Josiane Chevalier au profit de la consommation par [...]
  • Trop c’est trop: les étudiants ... Environ 200 étudiants, enseignants se sont rassemblés à 13h place de la République à Strasbourg avant de défiler vers le campus de l’Esplanade où ils ont pu débattre dans un amphithéâtre de l’Escarpe. Plusieurs témoignages ont été entendus avant le départ du cortège, sur la situation dramatique du monde étudiant. Des mois de solitude, sans [...]
  • Ramené·es à la frontière plutôt qu’à ... Communiqué de presse du Collectif Maraude du Briançonnais Ramené·es à la frontière plutôt qu’à l’hôpital Samedi 16 janvier 2021, un peu avant 16 heures, l’hélicoptère du secours en montagne a déposé une famille exilée au poste de frontière de Montgenèvre au lieu de l’amener à l’hôpital. La manière dont s’est déroulé ce secours, à plus [...]
  • Deux gardés à vue après la manifestat... Un piquet de vigilance et de solidarité avec les personnes mises en GAV samedi soir s’est tenu devant le Tribunal judiciaire toute la journée du 18 janvier de 7H à18h pour les deux interpellés qui après deux jours de Garde à Vue ont été déférés en justice. L’un d’eux était un manifestant, qui portait un [...]