Strasbourg: 200 manifestants pour les libertés et contre l’islamophobie d’Etat

200 personnes ont encore manifesté ce 13 février à l’appel des Gilets Jaunes, des syndicats, de partis politiques et d’associations contre la loi dite de “sécurité globale” et contre l’islamophobie qui préside à la loi sur le prétendu “séparatisme” des musulmans.

Dans son débat faf à faf avec Darmanin, ex-royaliste, Marine Le Pen a demandé aux responsables juifs qu’ils se prononcent contre le port de la kippa dans l’espace public! On voit que comme les protestants qui condamnent la loi, et les musulmans victimes toutes désignées, ensuite, si par malheur, les fascistes arrivaient au pouvoir, ce seraient les juifs aussi qui seraient visés par une laïcité dévoyée, laïcarde, en tout point opposée à la lettre et l’esprit de la loi de 1905 qui exige la séparation des Églises et de L’État, – pas réalisée en Alsace-Moselle, très séparatiste, avec son droit local religieux-, le droit d’avoir une religion et de la pratiquer, y compris dans l’espace public, le droit d’en changer et celui de ne pas avoir de religion du tout. Les responsables juifs, laïques et religieux, feraient bien de sortir de leur idylle avec un gouvernement qui les menace à terme autant que les musulmans, tout en favorisant la confusion entre antisionisme et antisémitisme.

La manifestation a été très dynamique tout au long du parcours, imposé une fois de plus par la préfète sous le prétexte fallacieux de la sécurité sanitaire. Il suffit de voir les queues devant les magasins et dedans pour comprendre que c’est le sécuritaire et non le sanitaire qui inspire le gouvernement et ses préfets, car il lui permet de défaire peu à peu les libertés démocratiques.

Les DNA qui avaient annoncé en service minimum cette manifestation, sans avoir participé à la conférence de presse préalable, où tous les médias locaux étaient absents, à l’exception de Rue89Strasbourg et de la Feuille de chou, n’ont compté (à quel moment?) que 100 participants, alors qu’il y en avait près du double (190, comptés) place de la République au départ du cortège…

Prochaines manifestations, les étudiants, jeudi, puis tout le monde samedi 20 février.
Le lieu exact sera connu sur la page de Alsace Révoltée.

Place de la République

`
LFI

République

Gare centrale Strasbourg

Sur les boulevards

Les Halles

Vers la gare de Strasbourg

Halles

Similar posts
  • 500 féministes, et une petite centain... Blocage du quai par la police “Liberté!” Déblocage du quai par la police Hommage à Heinké avant le départ de la manifestation citoyenne Vers 14h, ce samedi, deux groupes de manifestants se sont rassemblés les unes, féministes, au nombre de 500, place de l’Etoile, pour un cortège non mixte, à l’occasion de la journée de [...]
  • Contre l’offensive de ceux qui ... Nous assistons à une nouvelle offensive du lobby pro-israélien pour l’adoption de la “définition IHRA” de l’antisémitisme. Il faut ainsi noter la prochaine réunion, censée être un “sommet numérique mondial contre l’antisémitisme”, organisé par la municipalité de Francfort le 16 mars prochain, et qui sera en pratique utilisé pour faire la promotion de la “définition [...]
  • Mobilisation dans la culture: Strasbo... Le théâtre de l’Odéon envahi, comme en 1968! La culture mobilisée devant la préfecture “Je veux travailler“ Mobilisation de la culture sur le parvis du TNS à Strasbourg Stanislas [...]
  • 3e semaine de grève chez Kéolis-Strie... La Feuille de chou a accompagné des syndicalistes et des Gilets Jaunes venus soutenir les conducteurs grévistes de Kéolis-Stiebig. Nous avons été successivement sur deux des quatre sites de l’entreprise, à Illkirch-Graffenstaden, puis à Strasbourg. Mise à jour du 5 mars “Les négociations viennent de se terminer à Brumath et toujours aucune avancée de la [...]
  • L’islamo-gauchisme selon Olivie... Intéressant éclairage d’Olivier Roy sur le terme islamo-gauchisme et plus généralement sur cette offensive réactionnaire, séparatisme … “D’où vient le terme ? Quels rapports entretiennent progressistes et islamistes ? Que révèlent ces polémiques, de nos dirigeants et du monde universitaire ? Le politologue Olivier Roy, professeur à l’Institut européen de Florence, analyse la polémique et [...]