14 février 1349 1200 juifs brûlés à Strasbourg lors de la peste noire

Comme chaque année, le 14 février, grâce à Georges Yoram Federmann, on commémore le massacre de 1200 juifs à Strasbourg le 14 février 1349.

Alors que la peste noire dévastait l’Europe, il a fallu trouver des boucs émissaires, accusés d’avoir empoisonné les puits.

D’où cet holocauste de masse commis près de l’actuelle place de la République, nommée Kaiserplatz entre 1870 et 1918.

Quatre magnifiques gincko biloba ornent la place, cadeaux de l’Empereur du Japon au Kaiser.

Les juifs de Haguenau, eux, ont échappé au massacre, car ils étaient protégés par l’Empereur du Saint Empire romain germanique.

Cette année, il y avait près de vingt participants, pas beaucoup certes, mais le double de l’année dernière…

Avant de chanter et de parler sur l’actualité brûlante, c’est le cas de le dire, de cet événement peu connu, Georges Federmann a donné la parole à qui voulait la prendre. Il y avait là des représentants de la Cimade, du Mrap, de la Ville de Strasbourg, la fidèle Nicole Dreyer du PS, Ambroise Perrin, un Polonais et quelques autres non identifiés. Une journaliste des DNA prenait force note qu’on retrouvera donc dans le Journal.

Un voile noir recouvrait partiellement le monument aux morts qui figure deux jeunes hommes, nus, morts, dans les bras d’une mère. On ne peut savoir leur nationalité, allemande ou française. Ce sont des hommes morts à la guerre. Et c’est toute l’histoire tragique de l’Alsace ainsi représentée.

L’UJFP-Alsace a aussi pris la parole (J C Meyer) pour appeler à la solidarité avec le peuple palestinien victime depuis au moins 1948 de l’oppression de l’Etat d’Israël dont les dirigeants et la population d’origine européenne doivent savoir pour l’avoir vécu dans la chair de leurs parents et grands-parents ce dont la cruauté humaine (inhumaine) est capable.

A quoi sert de rappeler rituellement la Shoah si c’est pour tuer, expulser les Palestiniens de leur terre, instituer un Etat d’apartheid et étendre le prétendu Etat juif sur toute la surface de la Palestine historique?

Devant l’inaction des Etats dits démocratiques, de l’ONU et de l’UE, devant la trahison de trop nombreux Etats arabes et/ou musulmans, le peuple palestinien ne peut compter que sur la solidarité des peuples du monde et le BDS: Boycott, Désinvestissement, Sanctions. Espérons que la Cour de Justice internationale poursuive bientôt les criminels israéliens!

DNA

Assistaient notamment à la cérémonie la conseillère municipale déléguée à l’engagement citoyen, Sophie Parisot, et l’ancienne adjointe Nicole Dreyer, qui a rappelé à quel point il était à ses yeux « vital de continuer à résister et à porter le devoir de mémoire auprès des plus jeunes ».

L’ancien journaliste Ambroise Perrin ; Pierre Greib, de la Cimade ; Alfred Zimmer, du MRAP (Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples) ; André Kosmicki, directeur de l’association juive Valiske, qui veut rendre gratuit l’accès au camp de concentration de Natzweiler-Struthof ; ou encore Jean-Claude Meyer, de l’UJFP (Union juive française pour la paix), ont tour à tour pris la parole pour évoquer les causes qui leur sont chères. Georges Federmann a dédié cette cérémonie à l’écrivain slovène et ancien déporté Boris Pahor, âgé de 107 ans, dont l’éditeur vient de décéder. V.W.





Similar posts