Convoi des libertés et folie gouvernementale

Ce n’étaient que des touristes. Ils repartent sur leurs quatre roues et pas sur la dépanneuse pour la fourrière.

De retour de l’après-midi consacrée aux médias et à l’extrême-droite par Acrimed et Visa, j’ai dû quitter le métro venant du Père Lachaise, une station avant Nation, à Avron.

J’ai marché sur le boulevard en direction de Nation. De loin on voyait les gyrophares bleus des véhicules de la gendarmerie nationale. Ils bloquaient bien en amont la totalité des rues et avenues débouchant sur la place.

Le RER et les stations de métro étaient fermés, les grilles abaissés. Tout ça vers 18h pour moins de 200 manifestants tout ce qu’il y a de pacifiques sur le début du boulevard venant de Vincennes.

J’ai même croisé mon pote du Haut-Rhin Christophe qui s’était photographié le matin en gilet jaune devant l’Arc de triomphe et m’a dit qu’un peu avant, il y avait 5000 manifestant.e.s sur la place.

J’ai fait le tour de la place pour trouver comment aller vers le 14e arrondissement. Je me suis même amusé à demander à un gendarme dans quelle direction rejoindre le métro 6; évidemment il n’a pas pu me renseigner, car, comme la plaque d’immatriculation du véhicule proche l’indiquait, il venait du Pas-de-Calais. Il m’a souhaié “courage” alors que je lui disais, ironiquement, “bonne soirée”!

J’ai fini par tomber sur Reuilly-Diderot d’où, après quelques stations sur la ligne 8, j’ai enfin pu changer pour la 6.

Similar posts