Centres de rétention: en Grèce aussi

La Grèce ouvre un premier centre de détention pour clandestins
lundi 30 avril 2012 01h45

ATHENES, 30 avril (Reuters) – La Grèce a ouvert dimanche son premier centre de détention spécifiquement conçu pour accueillir les immigrés illégaux, à une semaine d’élections législatives dont le contrôle de l’immigration est devenu un enjeu central.

Quelque 130.000 clandestins franchissent chaque année les frontières poreuses du pays, la plupart en provenance de Turquie, et les autorités grecques étaient jusqu’à présent contraintes de relâcher la plupart de ceux qui étaient arrêtés faute de lieu où les héberger.

Dimanche, 56 clandestins ont été conduits au centre de détention d’Amygdaleza, à l’ouest d’Athènes, qui peut en accueillir au total un millier, a-t-on appris de source policière.

La Grèce prévoit d’ouvrir une cinquantaine de centres de ce genre d’ici mi-2013. les clandestins seront logés dans des préfabriqués conçus à l’origine pour offrir un abri d’urgence aux victimes de catastrophes naturelles.

“Nous envoyons à tout le monde un message: la Grèce n’est plus un pays sans barrière”, a déclaré le ministre de la Protection civile, Mihalis Chrysohoidis, au cours d’un rassemblement électoral à Athènes.

Le contrôle de l’immigration illégale s’est imposé dans la campagne électorale alors que la Grèce connaît sa cinquième année de récession et des mesures d’austérité sans précédent.

Un petit parti d’extrême-droite, l’Aube dorée, qui a fait de l’expulsion de tous les immigrants sa principale revendication, pourrait selon les sondages remporter pour la première fois des sièges au Parlement.

Les deux grands partis de la coalition au pouvoir, les socialistes du PASOK et les conservateurs de la Nouvelle démocratie, ont également promis de lutter davantage contre l’immigration illégale. (Angeliki Koutantou, Tangi Salaün pour le service français)

http://fr.reuters.com/article/frEuroRpt/idFRL5E8FT27720120429

_______________________________________________
* Migreu http://www.ekathimerini.com/4dcgi/_w_articles_wsite1_1_29/04/2012_439869

First migrant detention center opens despite protests

A police officer escorts two undocumented immigrants into a new temporary detention center in Amygdaleza, northwest of Athens, on Sunday. The migrants are to be submitted to health checks before joining others.

A detention center for undocumented immigrants in Amygdaleza, northwest of Athens, started operating on Sunday, despite vehement protests by local residents and rights groups, with the transfer of dozens of migrants detained over the past few days in police sweeps in central Athens.

Police said they transfered a group of 56 migrants in the early afternoon and were to move another 164 into the compound late last night.

Meanwhile residents staged a protest against the center outside the police training school which is adjacent to the facility.

According to Citizens’ Protection Minister Michalis Chrysochoidis, a total of 1,200 migrants are to be moved into the center until mid-May. Then additional centers are to open in different parts of the country, according to the minister, who insists that this project will solve Greece’s problem with illegal immigration.

The minister noted, in a posting on his Twitter account yesterday, that the opening of the first facility was a success. “With Amygdaleza we have proven that a government can and should work even a few days before elections,” he said. In a separate posting on Facebook he expressed conviction that local residents would accept the center once they see how it operates.

Last week the minister had brushed off objections of local residents to the project, noting that security concerns were not an issue due to the proximity of the police training school to the facility.

In a related development, a spokeswoman for the Doctors Without Borders aid group complained about the health checks being conducted by joint teams of police officers and health officials on undocumented immigrants living in crowded apartments in central Athens. “Public health cannot be safeguarded through police-led inspections and through scaremongering,” the head of the group’s Greek office, Reveka Papadopoulou, said.

Similar posts
  • Commémoration du massacre des juifs d... Comme chaque année, le 14 février, Georges Yoram Federmann avait donné rendez-vous place de la République à Strasbourg le jour de la Saint-Valentin, afin de commémorer, non l’amour, mais le massacre des juifs de la ville en 1349, accusés d’avoir empoisonné les puits et d’être responsables de la peste qui sévissait dans toute l’Europe. En [...]
  • Médias et extrême-droite: halte à la ... Médias et extrême droite : halte à la banalisation ! Rendez-vous samedi 12 février à Paris. Depuis septembre, télévisions et radios déroulent le tapis rouge à Éric Zemmour. Avec lui, c’est toute l’extrême droite, talonnée par la droite réactionnaire, qui est en croisière : ses obsessions (sécurité, islam, immigration, autorité) font l’agenda des grands médias. [...]
  • Avec Macron et son monde, c’est... Et Zemmour, Le Pen, Pécresse, ce serait la même politique inhumaines Les milices du Capital à l’oeuvre: Cet après-midi, premier jour de l'année des opérations d'expulsions à #Calais.Durant l'expulsion d'un lieu de vie, les #exilés ont été coursées et gazées par les CRS, au moins 30 tentes et 5 bâches ont été saisies. Nos observateur.rice.s [...]
  • Journée internationale des migrants: ... Quelques dizaines de personnes se sont rassemblées de 14 à 15h place du Corbeau à Strasbourg à l’occasion de la journée de solidarité avec les migrants et les sans-papiers. Plusieurs interventions se sont succédé, du Collectif des sans-papiers, de La Ligue des Droits de l’Homme, de l’Union juive française pour la paix,; une lettre sur [...]
  • Poutou2022 à Strasbourg: une jeunesse... La salle du FEC (Foyer de l’Etudiant catholique), très accueillante pour des réunions politiques diverses, était bourrée dès avant 20 h. Il a fallu rajouter des chaises et, malgré cela, des dizaines de jeunes, qui constituaient l’essentiel du public, sont restés debout au fond et même dans l’antichambre après la montée de l’escalier. A la [...]