Manifestation à Strasbourg contre les massacres en Syrie [DNA-L’Alsace-Le Parisien]

DNA

Strasbourg Place Kléber 200 manifestants contre les massacres en Syrie

« Halte au massacre ! Le monde est témoin, mais ne fait rien ! Liberté pour la Syrie ! », scande la foule, à l’ombre de la statue du Général-Kléber. Au micro, les intervenants se succèdent. Parmi ceux-ci figurent notamment des membres de l’ATMF Strasbourg, de l’UJFP-Alsace, ainsi que des partis politiques.

« Stopper la haine, nous voulons bâtir une patrie en harmonie », arbore Baker, architecte à la retraite, sur sa pancarte de carton. « Le théâtre ça suffit, il faut intervenir !, lance-t-il, les yeux embués. Des Syriens meurent chaque jour et les enfants n’ont pas de lait à boire ».

« Les Syriens sont abandonnés, il y a 100 000 disparus ! », souligne, de son côté, Nazih. « Il faut que les Nations Unies fassent quelque chose de concret, car le pouvoir en place est en train d’affaiblir tout un peuple, tout un pays. Comment vont-ils pouvoir le reconstruire ? », ajoute le professeur d’arabe au lycée Cassin.

Est notamment pointé du doigt, le massacre de Houla, où « les milices du régime ont procédé à un véritable carnage sur la population près de Homs », « tuant et torturant atrocement plus d’une centaine de personnes dont au moins 50 enfants mais aussi des femmes et des adolescents ! », indique le comité, dans un communiqué. Un massacre qui « vient allonger la longue liste des victimes de Bachar Al-Assad, l’autiste qui ne reconnaît toujours pas qu’il y a un problème politique en Syrie ! ».
publié le 09/06/2012 à 18:03

L’Alsace

Manifestation Syrie : l’inertie de l’Europe dénoncée à Strasbourg
le 10/06/2012 à 05:00 par Geneviève Daune-Anglard

Pour la première fois à Strasbourg, un comité syrien a appelé à manifester contre les massacres perpétrés en Syrie par le régime de Bachar el-Assad.

« L’attitude de l’Europe est lamentable. Les Syriens se sentent seuls, complètement abandonnés à leur sort. » Nazih Kussaibi est professeur d’arabe agrégé à Strasbourg. Il fait partie du comité syrien qui a appelé à manifester hier à Strasbourg « pour soutenir le peuple syrien qui subit trop de massacres ». Il est aussi un des rares à oser donner son nom. D’autres Syriens présents refusent par peur de représailles contre leur famille restée en Syrie.

C’est le cas de cet homme originaire de la ville de Hama : « Déjà en 1982, 35 000 habitants avaient été tués, des familles entières anéanties par le régime qui n’avait reconnu à l’époque que 5000 morts. » Pour lui, la différence avec aujourd’hui est qu’en 1982, « la révolte était localisée à Hama et personne n’en avait rien su. Alors qu’aujourd’hui, c’est une révolution, qui s’est étendue à tout le pays ; l’information circule, mais les massacres continuent, dans l’indifférence générale. »

Et le Syrien de citer des vidéos des exactions commises, postées depuis la Syrie et qui circulent sur le web. « Il faut que la communauté internationale intervienne, insiste Nazih Kussaibi. La dictature empêche l’aide humanitaire d’arriver aux enfants, qui meurent de faim. »

Il cite les chiffres des victimes. « Aujourd’hui, il y a 15 000 morts recensés depuis le début de la révolte, 100 000 personnes jetées en prison et autant qui ont disparu. » Et quand on lui parle du veto russe ou chinois, il s’indigne : « Il faut passer au-dessus de ces deux pays qui ne sont pas démocratiques. »

Jaafar Alkange est également enseignant à Strasbourg. Il vient collecter de l’argent auprès des manifestants « pour acheter du riz » à acheminer vers la Syrie. « Ce que je vois en direct sur Internet se passe de commentaires, lâche-t-il. Des membres du régime filment l’exécution de jeunes qu’on enterre vivants et qu’on découpe à la tronçonneuse. Puis ils vendent aux médias étrangers ces vidéos pour 500 € ! » Il considère que la Syrie vit aujourd’hui une situation de guerre civile. « Si la révolte perd, prévient-il, on aura un état chiite de l’Iran à la Méditerranée».Car ce qui se joue selon lui en Syrie, mais aussi dans d’autres pays du Moyen-Orient, c’est une balkanisation de la région, « avec la création de petits états sectaires, chiites, sunnites, alaouites ou druzes ». Il en veut pour preuve les derniers massacres en Syrie, qui se sont produits à la frontière de la région alaouite dont vient Bachar el-Assad. « Il sait maintenant qu’il perd du terrain et qu’il va peut-être perdre la partie. Il se prépare une position de repli. »

le 10/06/2012 à 05:00 par Geneviève Daune-Anglard

Le Parisien

http://www.leparisien.fr/strasbourg-67000/rassemblement-a-strasbourg-pour-denoncer-les-massacres-en-syrie-09-06-2012-2040556.php

Similar posts
  • Les élèves du TNS place Corbeau le 17... [...]
  • Santé-Social en lutte à Strasbourg Une centaine de salariées du secteur Santé-Social s’est rassemblée à 14h30 place Broglie à Strasbourg à l’appel de leurs syndicats CGT, FO, Solidaires avant de défiler au centre [...]
  • Echec total de la mobilisation Foncti... Ce n’est pas la première fois qu’une échéance syndicale nationale se traduit par un bide, mais ce 6 avril 2021, au lendemain du week-end pascal, et après les nouvelles mesures de confinement pour un mois, on a atteint le fond du fond. A 12h, place Broglie à Strasbourg, 3 policiers du Renseignement territorial et un [...]
  • La culture dans la rue à Strasbourg Forum et spectacle des élèves du TNS Place de la République Devant le TNS Papageno Sur les quais Alsace révoltée sur les quais Un policier municipal qui croit encore qu’il est interdit de filmer la police Culture en danger, jeunesse [...]
  • Ecole du TNS 2 avril [...]