Prostitution: interview du sociologue Roland Pfefferkorn

lu dans le quotidien L’Alsace
Prostitution : les principes… et la réalité

le 01/08/2012 à 05:00
Alors que le nouveau gouvernement affiche son intention d’abolir la prostitution, champ de bataille traditionnel des féministes, Roland Pfefferkorn évoque « un sujet compliqué ». « La position majoritaire, parmi les féministes, est incontestablement celle que prône le gouvernement aujourd’hui, qui dit qu’il faut abolir la prostitution, qu’il s’agit d’une violence inacceptable, et qu’il faut donc pénaliser les clients, comme en Norvège ou en Suède.

D’autres féministes considèrent, à l’opposé, qu’il faut défendre les droits des prostituées. Personnellement, je ne suis pas convaincu de l’efficacité des mesures scandinaves. Des enquêtes sociologiques montrent que la prostitution de rue y a effectivement disparu pour l’essentiel, mais qu’elle s’est déplacée, par exemple sur l’Internet, et qu’elle s’exerce dans des conditions plus dangereuses. »

Tenir compte du monde réel
Le sociologue strasbourgeois rappelle également qu’il existe aussi une approche féministe radicale, « qui considère que la prostitution relève d’un contrat comme un autre, entre deux contractants égaux », position défendue notamment par Élisabeth Badinter et Marcela Iacub. « Mais les deux positions de principe – vouloir abolir la prostitution par la pénalisation ou défendre la prostitution en tant que profession libérale – ne tiennent pas compte du monde réel, où il y a domination et exploitation, où la plupart du temps, il y a des considérations économiques, psychologiques, voire liées à la toxicomanie, qui conduisent les femmes à la prostitution.

Les travaux sociologiques sur la question sont toujours plus nuancés. Ils montrent notamment qu’il n’y a pas qu’une sorte de prostitution et qu’il y a aussi des prostitués hommes, des clientes femmes… Et quand vous parlez du sujet avec des sociologues indiennes, la question de l’abolition leur apparaît totalement abstraite : car le monde réel est un monde extrêmement inégalitaire et les problèmes économiques des unes peuvent les conduire à devenir des travailleuses du sexe, simplement pour survivre et élever leurs enfants. »

le 01/08/2012 à 05:00

Archives F2C
http://wp.me/pEuqP-9hn

Similar posts
  • Poutou2022 à Strasbourg: une jeunesse... La salle du FEC (Foyer de l’Etudiant catholique), très accueillante pour des réunions politiques diverses, était bourrée dès avant 20 h. Il a fallu rajouter des chaises et, malgré cela, des dizaines de jeunes, qui constituaient l’essentiel du public, sont restés debout au fond et même dans l’antichambre après la montée de l’escalier. A la [...]
  • In Girum Les leçons politiques des ro... In Girum Les leçons politiques des ronds-points from feuille de chou on [...]
  • Salon du livre à Strasbourg Inauguration du salon Simone Polak avec Muriel Klein-Zolty Après Auschwitz Agis comme si j’étais toujours à tes côtés Freddy Raphaël Histoire des Juifs d’Alsace et de Lorraine à l’époque contemporaine 1870-1970 Jean-Richard Freymann, Gérard Haddad et Maurice Soustiel Survivre au fanatisme Ce Salon du livre, annuel, et de qualité, est organisé, hélas, par la WIZO, [...]
  • Denkfabrik: Julien Freund [...]
  • Le silence, la parole, la communicati... David Le Breton, Philippe Breton, avec Jean-Richard [...]

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.