“Prohibition 2012”: les masques tombent

Suite à l’annonce de la possible abrogation du délit de racolage dans les semaines à venir, le collectif « Abolition 2012 » s’est insurgé dans un communiqué de presse repris en partie ici. Ces associations, qui prétendent défendre les droits des femmes, trouvent cette abrogation « précipitée », et auraient préféré attendre la proposition d’une loi plus globale comprenant la pénalisation des clients. Cependant, alors que les travaux parlementaires sont toujours en cours, les putes, elles, tous les soirs, continuent de subir arrestations, humiliations, viols et expulsions. Cela dure aujourd’hui depuis dix ans. Lorsqu’elles parlent de « précipitation », les abolitionnistes montrent tout le mépris qu’elles ont pour la vie et l’intégrité de celles qu’elles prétendent protéger.

http://site.strass-syndicat.org/2013/03/

Similar posts
  • Féminisme, révolution sans fin, de Gé... [...]
  • Le procès du Carlton aurait pu se dér... Co-fondateur du Strass (syndicat du travail sexuel), Thierry Schaffauser examine le statut et l’image des travailleurs sexuels à la lumière du procès du procès du Carlton. Et milite pour que des droits essentiels leur soient enfin accordés. [...]
  • La face cachee des libérateurs Un lupanar géant, théâtre d’une libido sans limites. Telle est la France vue par les GI, débarqués au pays des femmes faciles et des maris trompés. “L’Europe d’aujourd’hui est peuplée de petites-bourgeoises respectables qui ont, au moins une fois dans leur vie, écarté les cuisses pour le prix d’une miche de pain”, confiera un vétéran américain. En [...]
  • Marcela Iacub, avec Sandra Bohringer,... Vidéos [...]
  • La fin du tapin. Sociologie de la cro... Présentation de l’éditeur « Cet ouvrage s’inscrit dans un parcours de recherche engagé il y a maintenant plus de vingt ans. Il est consacré à la prostitution et à son encadrement politique, au sein duquel l’abolitionnisme a toujours été présent sans y occuper la première place », décrit le sociologue Lilian Mathieu. Dans cette somme, [...]

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.