Pourquoi ne pas écouter les travailleuses du sexe?

http://www.liberation.fr/societe/2013/12/03/pourquoi-ne-pas-ecouter-les-travailleuses-sexuelles_963916

Similar posts
  • 19 novembre: Journée transgenre inter... Trouvez ci-joint l’appel de Support Transgenre Strasbourg à l’occasion de la 19e Journée Internationale de la Mémoire Transgenre (TDoR) : rassemblons-nous le 19 novembre 2017 à 15 h place Kléber à Strasbourg. À noter : S’il vous plaît, n’apportez pas de grands sacs au rassemblement (requête de la police). ********************************************************************** – Please find enclosed Support [...]
  • Féminisme, révolution sans fin, de Gé... [...]
  • Marche des visibilités 2016 à Strasbo... [...]
  • Marche des visibilités 2015 Strasbour... Beaucoup moins de participants que les années passées. Et peu de cortèges revendicatifs, à l’exception de Jésus contre l’homophobie, d’Alsarando, de Pelicanto et d’un groupe franco-allemand Homosexualités et Socialisme. Pendant ce temps, en ville, les militaires patrouillent. La France est, selon le gouvernement, en guerre. Dominaient nettement les chars d’outre-Rhin du commerce gay libéral. Jésus [...]
  • « Observatoire des programmes scolair... Bonjour, Nous portons à votre connaissance le courrier envoyé aujourd’hui à Madame la Présidente de l’Université de Haute Alsace par les organisations syndicales indiquées ci-dessous, au sujet d’une conférence intitulée « L’école instrument du pouvoir » par Olivier Vial, président d’un autoproclamé «  Observatoire des programmes scolaires » (il est également président d’un « Observatoire de la [...]

1 Commentaire

  1. Federmann Georges Yoram Federmann Georges Yoram
    4 décembre 2013    

    Passionnant:
    “Le débat français est une répétition grotesque de ce qui s’est passé au Royaume-Uni il y a quelques années. En France comme au Royaume-Uni, un groupe de politiciens «progressistes», et d’ONG de «féministes radicales» distordent volontairement la réalité et présentent toutes les travailleuses sexuelles migrantes comme victimes de la traite. C’est une fiction politisée et moralisatrice sur la base de laquelle les travailleuses sexuelles, françaises et migrantes, vont devenir plus vulnérable à l’exploitation, aux maladies sexuellement transmissibles, aux violences et à la traite. Ce sont des faits, purement et simplement. Tout politicien ou association qui défend la pénalisation de la prostitution adopte une position agressive plutôt que progressive à l’égard des travailleuses sexuelles. Les abolitionnistes veulent abolir l’industrie du sexe, peu importe le prix en termes de vies humaines. Leur croisade dogmatique n’est pas en lien avec les expériences vécues et les besoins des personnes qu’elles prétendent vouloir aider. Ce qu’on peut penser de la prostitution en termes moraux ou politiques ne devrait pas importer si nous avons les intérêts des travailleuses sexuelles à cœur. Ce qui importe est de minimiser les risques, nombreux, associés au travail du sexe. Et le seul moyen, réclamé encore et encore par toutes les travailleuses du sexe à travers le monde, c’est la décriminalisation. Pourquoi ne pas les écouter?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.