LE DROIT D’EXPRIMER SES OPINIONS PACIFIQUEMENT, UNE RESPONSABILITÉ DES POUVOIRS PUBLICS

Capture d’écran 2014-07-19 à 08.32.25

Communiqué LDH

La décision du ministère de l’Intérieur d’interdire une manifestation en faveur des droits du peuple palestinien au motif « de ne pas importer le conflit israélo-palestinien en France », après avoir autorisé la précédente, constitue une entrave manifeste à une liberté constitutionnelle, et un déni de la réalité.

Exiger la reconnaissance du droit du peuple palestinien à un Etat souverain aux frontières, aussi sûres et reconnues que celles de l’Etat d’Israël, ce n’est pas importer un conflit, c’est inscrire la politique française dans les principes qu’elle prétend défendre.

Au moment où la liste des victimes civiles – même si le rappel de la prohibition absolue de tels actes envers toutes les populations civiles s’impose – s’allonge de manière effrayante, il ne sert à rien de tenter d’étouffer le sentiment de révolte que provoque l’intervention militaire israélienne contre la population de Gaza, sauf à vouloir un peu plus accréditer que le gouvernement a fait le choix partisan d’un camp.

La LDH entend rappeler avec force que le conflit israélo-palestinien ne peut conduire à assigner à résidence communautaire telle ou telle partie de la population. A ce titre, s’en prendre à des lieux de culte et aux croyants est inadmissible et doit être sanctionné.

En même temps, à en croire les comptes rendus de presse, les faits en cause ont fait l’objet d’un traitement judiciaire partial, en ne rendant pas compte du rôle de la Ligue de défense juive dans leur déroulement. La LDH a déjà eu l’occasion de s’étonner du traitement de faveur dont bénéficie cette organisation qui n’a jamais caché qu’elle se comporte, à l’encontre de la loi, en milice supplétive de certains partis politiques israéliens membres du gouvernement de M. Netanyahou.

C’est sur les pouvoirs publics que pèse, avant tout, la responsabilité de faire respecter le droit de chacun à exprimer ses opinions pacifiquement et dans le cadre des lois de la République. La paix civile comme le libre débat démocratique ne peuvent être préservés que si les pouvoirs publics ont une attitude claire et impartiale.

Paris, le 18 juillet 2014

Similar posts
  • Gaza: Ziad Medoukh : « Peut-on témoig... « Peut-on témoigner des crimes répétés ? » Peut-on décrire un crime dans les ruines ? Ou plutôt, peut-on survivre sous un tel déluge de feu à Gaza ? Comme citoyen palestinien de Gaza, je suis accoutumé à témoigner des atrocités de l’occupation. Cependant, une semaine après le cessez-le-feu, la tâche est bien ardue pour décrire la [...]
  • Massacre à Gaza dans l’indiffér... L’armée israélienne peut être fière de ses crimes contre les enfants de Gaza. Elle peut commettre les pires horreurs puisqu’elle a le feu vert et le soutien des maitres du monde. Alors que ces enfants pourraient être endormis dans les bras de leurs parents, les voici portés à la hâte dans les hôpitaux pour se [...]
  • Jazz à la Petite France Michael Allison Grégory [...]
  • Il y a 80 ans, la rafle du Vel d̵... Commémoration à Strasbourg Traditionnelle commémoration à Strasbourg, sur le site de l’ancienne synagogue, de la rafle du Vel d’Hiv des 16/17 juillet [...]
  • Fête de la musique 2022 à Strasbourg [...]

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.