La perspective historique du massacre de Gaza de 2014

par Ilan Pappé (The Plymouth Institute for Peace Research)

2-29

Réfugiés palestiniens, 1948

La population dans Gaza et ailleurs en Palestine est déçue par le manque de réaction internationale véritable au carnage et à la destruction que l’agression israélienne a jusqu’à présent laissés derrière elle dans la Bande. L’incapacité d’agir, ou l’absence de volonté, semble être avant tout l’acceptation de la version et de l’argumentation israéliennes pour la crise à Gaza. Israël a développé une version très claire sur l’actuel carnage dans Gaza.

Cette tragédie n’a pas été causée par une attaque non provoquée de missiles du Hamas sur l’État juif, et à laquelle Israël, en état de légitime défense, se devait de réagir. Même si les médias occidentaux de grande diffusion, des universitaires et personnalités politiques ont pu émettre des réserves sur la proportionnalité de la force mise en œuvre par Israël, ils n’en acceptent pas moins l’essentiel de cet argument. Cette version israélienne est totalement rejetée dans le monde du cybermilitantisme et des médias alternatifs. Là, il semble que la condamnation de l’action israélienne, en tant que crime de guerre, soit généralisée et consensuelle.

La principale différence entre les deux analyses, ci-dessus comme ci-dessous, est la volonté des militants d’étudier en profondeur et d’une façon plus affinée le contexte idéologique et historique de l’action israélienne en cours dans Gaza. Cette tendance doit même être renforcée et cet article est juste une modeste tentative de contribuer dans cette direction.

Un massacre ad hoc ?

Une évaluation historique et une contextualisation de l’actuelle agression israélienne contre Gaza, comme des trois précédentes depuis 2006, met clairement en évidence la politique génocidaire israélienne. Une politique incrémentielle de meurtres massifs qui est moins le produit d’une intention inhumaine que le résultat inévitable de la stratégie globale d’Israël envers la Palestine en général, et les régions qu’il occupe depuis 1967, en particulier.

Il faut insister sur ce contexte, étant donné que la machine de propagande israélienne essaie encore et encore de présenter sa politique hors de son contexte et de faire du prétexte qu’elle trouve pour chaque nouvelle vague de destruction, la justification principale d’une nouvelle série de massacres aveugles dans les champs de la mort de Palestine.

La stratégie israélienne qui désigne sa politique brutale comme une réponse ad hoc à telle ou telle action palestinienne est aussi vieille que la présence sioniste en Palestine elle-même. Elle a été utilisée à maintes reprises pour justifier la concrétisation de la vision sioniste d’une future Palestine, avec très peu de Palestiniens natifs, voire aucun. Les moyens pour arriver à cet objectif ont changé avec les années, mais la formule est restée la même : quelle que puisse être la vision d’un État juif, elle ne peut se matérialiser si elle y inclue un nombre important de Palestiniens. Et aujourd’hui, la vision est celle d’un Israël qui couvre presque entièrement la Palestine historique où vivent encore des millions de Palestiniens.

Cette vision s’est heurtée à des problèmes quand l’avidité territoriale a conduit Israël à essayer de maintenir la Cisjordanie et la bande de Gaza sous sa domination et son contrôle après juin 1967. Israël a cherché un moyen pour garder les territoires qu’il a occupés cette année-là sans incorporer leur population en tant que sujets de droit. Pendant tout ce temps, il a participé à une mascarade de « processus de paix » pour faire oublier le passage du temps, ou en gagner, pour sa politique unilatérale de colonisation sur le terrain.

Les décennies passant, Israël a différencié les régions qu’il voulait contrôler directement de celles qu’il gèrerait indirectement, avec l’objectif à long terme de réduire la population palestinienne à son minimum par, entre autres moyens, le nettoyage ethnique et l’étranglement économique et géographique. De sorte que la Cisjordanie a été en effet divisée en zones « juives » et en zones « palestiniennes » -, une réalité que la plupart des Israéliens peuvent vivre à condition que les bantoustans palestiniens se satisfassent de leur incarcération à l’intérieur de ces méga prisons. La situation géopolitique en Cisjordanie crée l’impression, en Israël, tout du moins, qu’il est possible d’y parvenir sans anticiper sur un troisième soulèvement ou trop de condamnations internationales.

La bande de Gaza, en raison de sa situation géopolitique unique, ne se prête pas aussi facilement à une telle stratégie. Depuis 1994, et même plus encore quand Ariel Sharon est arrivé au pouvoir comme Premier ministre au début des années 2000, la stratégie a été de ghettoïser Gaza et, d’une manière ou d’une autre, d’espérer que sa population – 1,8 million aujourd’hui – tomberait dans l’oubli éternel.

Mais le ghetto s’est avéré rebelle et non disposé à vivre dans des conditions d’étranglement, d’isolement, de famine et d’effondrement économique. Il n’y a eu aucune possibilité de le faire annexer à l’Égypte, ni en 1948 ni en 2014. En 1948, Israël a poussé dans la région de Gaza (avant qu’elle ne devienne une Bande) des centaines de milliers de réfugiés qu’il avait expulsés du nord du Néguev et de la côte sud, ce qui, espérait-il, les éloignerait encore plus de la Palestine.

Pendant un certain temps après 1967, il a voulu la garder comme un ghetto qui fournirait une main-d’œuvre sans qualification, et sans aucun droit humain et civil. Quand la population occupée a résisté à l’oppression permanente, au cours de deux Intifadas, la Cisjordanie a été divisée en petits bantoustans encerclés par les colonies juives, mais cela ne pouvait fonctionner dans la trop petite et trop dense bande de Gaza. Les Israéliens ont été, pour ainsi dire, incapables de « cisjordaniser » la Bande. Donc, ils l’ont bouclée, comme un ghetto, et quand elle résistait, l’armée était autorisée à utiliser les armes les plus redoutables et les plus meurtrières pour l’écraser. Le résultat inévitable d’une réaction cumulative de ce genre est le génocide.

Un génocide incrémentiel

Le meurtre des trois adolescents israéliens, dont deux étaient mineurs, enlevés en Cisjordanie occupée en juin, en représailles principalement de celui d’enfants palestiniens en mai, a fourni le prétexte d’abord et avant tout pour briser l’union fragile que le Hamas et le Fatah avait formée au cours du mois. Une union qui faisait suite à une décision de l’Autorité palestinienne de renoncer au « processus de paix » et de faire appel aux organisations internationales pour faire juger Israël selon les critères des droits de l’homme et des droits civils. Ces deux évolutions ont été considérées comme alarmantes en Israël.

Le prétexte a déterminé le moment – mais la sauvagerie de l’agression résulte de l’incapacité d’Israël à formuler une politique claire pour la bande de Gaza qu’il a créée en 1948. Le seul élément clair de cette politique est la conviction profonde que liquider le Hamas dans la bande de Gaza permettrait d’y installer le ghetto.

Depuis 1994, avant même l’arrivée du Hamas au pouvoir dans la bande de Gaza, la situation géopolitique très particulière de la Bande indiquait clairement que toute action de punition collective, comme celle qui y est infligée actuellement, ne saurait être qu’une opération de massacres et de destructions en masse. Dit autrement : un génocide incrémentiel.

La suite : http://www.protection-palestine.org/spip.php?article13085

Similar posts
  • Les hospitaliers des HUS devant lR... 80 manifestants devant l’Agence Régionale de Santé à Strasbourg à l’appel de trois syndicats hospitaliers, FO, la CGT et la CFTC. Après des prises de parole, ils se sont dirigés vers les quais et au passage ont “décoré” le siège du candidat macédonien Fontanel avec des tenus blanches trouées et des vielles baskets pour souligner [...]
  • La police évacue des grévistes à l... [...]
  • Commémoration du massacre des juifs d... [...]
  • Débrayage chez Punch Powerglide à Str... 70 salariés de l’équipe du matin ont débrayé chez Punch Powerglide, usine du Port du Rhin à Strasbourg contre le PSE qui comprend des départs volontaires et des suppressions d’emploi. De l’autre côté des grilles d’entrée des délégués CGT de plusieurs entreprises privées et publiques s’étaient rassemblés avec des Gilets Jaunes en soutien: cheminots, fonctionnaires [...]
  • Rassemblement devant le rectorat de S... https://www.facebook.com/schlomo44/videos/10157987388948599/ Une petite centaine de personnels de l’Education nationale et des gilets jaunes devant le rectorat de Strasbourg rue de la Toussaint, de la maternelle à l’Université. Tous s’opposent à la casse des retraites solidaires. Les profs de lycée s’opposent à la destruction du bac national avec des épreuves locales qui comptent pour un tiers [...]

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.