CONTESTER ET MOURIR… CONSÉQUENCE DU REFUS DE LA CONFRONTATION DÉMOCRATIQUE

Capture d’écran 2014-10-28 à 22.16.17

 

Communiqué LDH

Rémi Fraisse est mort dans la nuit du 25 octobre 2014 lors de la manifestation qui s’opposait à la construction d’un barrage de retenue à Sivens, dans le Tarn. Militant écologiste, membre de France nature environnement, il faisait partie des nombreux acteurs, en particulier locaux, qui voulaient faire connaître un point de vue, pourtant largement partagé, de contestation d’un projet dont l’utilité méritait d’être interrogée.

Cette mort n’est pas acceptable. La Ligue des droits de l’Homme présente à sa famille et à ses proches toutes ses condoléances.

La LDH prend acte de l’ouverture prochaine d’une information judiciaire, seule mesure de nature à permettre d’établir la vérité des faits.

Cependant, quelles que soient les responsabilités individuelles qui se révéleront, la mort d’un manifestant atteste d’un mauvais usage, voire d’un usage excessif des forces de l’ordre.

La Ligue des droits de l’Homme constate que de Continental à Notre-Dame-des-Landes, de la ferme des « Mille vaches » à Sivens, la contestation est criminalisée et réprimée. Cette politique place l’ensemble de la société sous tension alors même qu’elle aurait besoin de raison, et elle substitue l’autoritarisme au débat et à l’imagination dont nous avons besoin collectivement pour relever les défis posés au vieil ordre productif et de distribution. La société française doit apprendre à débattre avec calme du bien-fondé de ses aéroports, de ses barrages et de son industrie agroalimentaire. Le gouvernement doit apprendre à compter avec les refus populaires et à en valoriser l’apport dans des processus de confrontation démocratiques, accepter, enfin, de considérer que l’avenir n’est pas de son seul ressort.

A défaut, on peut prévoir d’autres tensions, d’autres durcissements, d’autres drames, provoqués de fait par des acteurs très éloignés de l’intérêt général. La Ligue des droits de l’Homme entend rester vigilante quant au respect des libertés et droits fondamentaux des citoyens par les pouvoirs publics, dans ce contexte comme dans d’autres.

 

Paris, le 28 octobre 2014

 

Similar posts
  • Maxime Alexandre, au Centre culturel ... [...]
  • Discours d’Ismahane Chouder à l... Discours d’Ismahane Chouder à la Marche contre l’islamophobie 10 novembre 2019 Marche contre l’islamophobie 10 novembre 2019 Comment faut-il vous le dire ? Une nouvelle fois, la surenchère islamophobe est au rendez-vous chez nombre de politiques relayés par des médias porte-voix. Depuis la rentrée, chaque jour compte une nouvelle ignominie, une nouvelle indignité, particulièrement à [...]
  • URBEX RDA de Nicolas Offenstadt Débat au Quai des Brumes à Strasbourg le 13 novembre 2019 [...]
  • ” Nègre marron” n’e... Correspondant F2C au TGI de Strasbourg “Le marronnage était le nom donné à la fuite d’un esclave hors de la propriété de son maître en Amérique, aux Antilles ou dans les Mascareignes à l’époque coloniale. Le fuyard lui-même était appelé marron ou nègre marron, negmarron, voire cimarron (d’après le terme espagnol d’origine).“. [...]
  • Conférence de Laurent Jeanpierre sur ... In girum-les leçons politiques des ronds-points (La découverte, [...]

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.