Des dizaines d’enfants de réfugiés à la rue à Strasbourg appellent au secours !

RESEAU EDUCATION SANS FRONTIERES 67

APPEL A SE MOBILISER

Depuis quelques jours, faute de financements, les demandeurs d’asile ne sont plus pris en charge dans le département.

En quelques jours, nous comptons déjà 14 enfants, dont certains très petits, qui sont livrés à la rue avec leurs parents.

Pour l’instant, deux catégories de personnes sont touchées :

– les familles primo-arrivantes qui déposent une demande d’asile ;

– les familles tchétchènes en réadmission vers la Pologne qui étaient hébergées durant la période hivernale.

Aujourd’hui, ils sont 14, fin de semaine, ils seront 20, et dès la semaine prochaine, les enfants se compteront par dizaines.

Pour tenter d’éviter cette catastrophe humanitaire dans notre cité, un rassemblement avec ces familles, avec une demande d’audience à Monsieur le Préfet du Bas-Rhin, aura lieu :

Lundi 26 avril 2010

devant l’Opéra, place Broglie à 18 h

Le père d’une des premières familles mises à la rue témoigne :

«Nous, réfugiés de Russie, avons été contraints de quitter notre pays pour échapper aux persécutions d’un régime de terreur. C’est dans l’espoir de trouver un refuge que nous sommes venus à Strasbourg.

Depuis des mois, croyant que le sentiment d’humanisme et de compassion aura la préséance sur l’insensibilité bureaucratique, nous attendions patiemment la décision de la Préfecture nous autorisant à demander l’asile.

Mais aujourd’hui, les mesures prises à notre encontre tuent en nous toute foi en la justice et l’humanité : outre le fait de nous refuser l’accès à la procédure d’asile, nous sommes désormais obligés de vivre à la rue avec nos enfants.

Il est nécessaire de rajouter que les persécutions que nous avons fuies nous rendent particulièrement fragiles et vulnérables, physiquement et psychiquement. Des certificats médicaux en attestant ont été transmis à la Préfecture qui ne les a pas pris en considération.

Nous appelons l’opinion publique de l’Alsace et de la France à nous soutenir en appelant les pouvoirs à la sagesse.

À Strasbourg, siège la Cour Européenne des Droits de l’Homme, il est si cruel de nous voir dénier la reconnaissance des violations dont sommes victimes et qui nécessitent votre protection.

Si nous souffrons aujourd’hui, c’est parce que nous n’avons pas voulu nous soumettre au mal et faire mal aux autres.

Si le slogan si beau de la France – Liberté, Egalité, Fraternité – est encore vivant, alors nous vous demandons de nous tendre cette main fraternelle »

Soyons nombreux à les soutenir en refusant l’inacceptable !

Similar posts
  • GCO: vélos un jour, camions toujours! De nombreux cyclistes se sont embauchés dimanche, ce ouiquende pour assurer une publicité gratuite pour le Grand Contournement Ouest de Strasbourg. Cette randonnée cycliste a, hélas, été un succès pour Socos, filiale de Vinci qui a réalisé l’autoroute à péage de 24 km pas encore ouverte, mais qui devrait l’être vers mi-décembre, malgré les irrégularités [...]
  • Rencontre militante franco-turco-kurd... Une petite quarantaine de militants turcs, kurdes et Gilets Jaunes de Strasbourg République se sont rencontrés cet après-midi pour débattre de la situation respective de la France et de la Turquie du point de vue des luttes sociales et politiques. D’autres échanges seront programmés. Des échanges intéressants ont suivi les exposés [...]
  • Des Soudanais manifestent à Strasbour... Place Kléber, juste à côté de la manifestation anti-passe, quelques dizaines de Soudanais, hommes, femmes et enfant manifestaient contre le putsch et la dictature dans leur [...]
  • De plus en plus d’anti-vax et d... La Feuille de chou a compté les manifestants à la hauteur de la librairie La tache noire: ils-elles étaient environ 1300, ce qui n’est pas négligeable. Parmi eux, peu de masques et probablement peu de vaccinés. Un quart de la population ne l’est pas, au moment où on constate une légère augmentation du taux d’incidence. [...]
  • Soignantes et pompiers ont défilé à S... Collectif des soignantes 67 Elles-ils étaient 24 habillé.e.s de blanc, masqué.e.s de blanc aussi à défiler en silence de la place Kléber à la place Gutenberg en passant par Grand-Rue à Strasbourg. La protestation des soignantes et des pompiers solidaires visait l’obligation vaccinale et surtout la sanction qui a suivi, la suspension pure et simple [...]

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.