L’armée et la police troublent l’ordre public à l’Université de Strasbourg. Les cow-boys hors de nos facs !

ob_18c789_flic

Depuis novembre dernier, lorsque l’état d’urgence a été décrété, les étudiants croisent regulièrement la route des agents de sécurité privée (embauchées par l’Unistra sans aucune consultation démocratique ni information officielle aux étudiants quant à leurs prérogatives), ainsi que des patrouilles de police et même des patrouilles militaires sur le campus. L’état d’urgence et le plan Vigipirate permettent de déroger à la norme selon laquelle la police n’a le droit de pénétrer dans l’enceinte du campus que si le président de l’université ou le procureur de la République en font la demande. Cela a été le cas bien évidemment lorsqu’il a fallu réprimer les mobilisations étudiantes des dernères années, le 30 janvier 2014 lors de la venue de François Hollande au Palais U, le 3 octobre 2014 lors de la venue de Geneviève Fioraso au Collège Européen, les 9 avril 2015 et le 31 mars 2016 lors des occupations du Patio contre la loi Macron et la loi Travail, le 17 mars 2016 devant la Fac de Droit lors de la grève étudiante contre la loi Travail…

 

Malgré l’essoufflement du mouvement social, le présence policière sur notre campus reste constante voire elle se renforce. Le risque de dérapages et « bavures » s’agrandit au fur et à mesure que vigiles, policiers et militaires gagnent du terrain sur nos lieux d’études.

Le jeudi 29 septembre 2016, l’« Opération Sentinelle » patrouillait devant le Palais Universitaire de Strasbourg. Un militant des Etudiants Communistes décide alors de prendre une photo pour avoir une image de l’armée qui marque leur territoire sur la faculté. C’est alors que les militaires s’arrêtent, demandent à notre camarade de s’approcher à la fenêtre du véhicule, lui ordonnent d’effacer la photo à coup de menaces telles que « Efface ta photo ! Sinon tu restes avec nous et tu vas prendre cher ! ». Un autre militaire à l’arrière du véhicule propose même, en murmurant à son collègue, une ratonnade. Constatant que notre camarade ne cède pas à leurs agressions verbales, les militaires décident de sortir du véhicule en l’encerclant équipé de gazeuses. Ils le menaçent d’appeler la police pour lui faire passer le reste de la journée en garde-à-vue. L’étudiant décide alors de supprimer la photo pour éviter les problèmes, ne connaissant pas ses droits à ce sujet. 

Le lendemain, vendredi 30 septembre 2016, le SAMU est appelé sur le campus central de Strasbourg accompagné d’une voiture de police et 4 policiers. C’est la procédure. Cependant, l’un des 4 policiers est armé d’une mitraillette et s’amuse à contrôler les étudiants. Un jeune à vélo roulant avec des écouteurs, c’est alors que le policier armé d’une mitraillette attrape le cycliste par le t-shirt avec l’aide d’un seul de ses bras et commence à lui faire la morale. Lui dit que c’est interdit de rouler un vélo avec des écouteurs (ce qui est vrai), il rajoute qu’il ne lui collera pas d’amende aujourd’hui mais que s’il le revoyait à vélo avec des écouteurs il lui donnera deux paires de claques car, nous citons, « c’est moi qui fait la loi ».

 

L’Etat policier, avec des visées de contrôle social, n’a désormais aucune limite à utiliser sa police et son armée pour marquer son emprise sur les universités et harceler les étudiants comme ils le font déjà violamment dans les quartiers populaires. La mobilisation contre la loi Travail hante encore les classes dominantes et les directeurs d’université réactionnaires qui ne se font pas un scrupule à appeler la police pour frapper sur les étudiants. Ils désirent en finir avec tout vent de révolte en occupant manu militari l’université. L’Union des Etudiants Communistes de Strasbourg réaffirme son opposition totale à l’état d’urgence, qui n’est qu’un outil du gouvernement pour faire taire le ras le bol populaire. Nous affirmons également que les agents de sécurité privée, la police et l’armée n’ont rien à faire sur le campus et qui ne font que troubler l’ordre publique à coût de provocations et de harcèlement !

 

Union des Etudiants Communistes de Strasbourg

 

Pour plus de détails, voir nos chroniques sur l’état d’urgence à Strasbourg et à l’université : 

http://uecstrasbourg.over-blog.com/2015/12/chronique-d-une-chute-libre-vers-l-autoritarisme-a-strasbourg-sous-l-etat-d-urgence-la-police-fouille-les-enfants.html ; 

http://uecstrasbourg.over-blog.com/2015/01/apres-les-larmes-les-mesures-securitaires-s-imposent-deja-a-l-universite-de-strasbourg.html ; 

http://uecstrasbourg.over-blog.com/2016/01/l-etat-d-urgence-a-l-universite-de-strasbourg-apres-la-police-les-gardiens-de-securite-prives.html ; 

http://uecstrasbourg.over-blog.com/2016/01/sarkozy-a-strasbourg-l-etat-d-urgence-n-est-pas-compatible-avec-la-liberte-d-expression-des-militants-communistes.html ; 

http://uecstrasbourg.over-blog.com/2016/02/reunion-publique-l-etat-d-urgence-quels-impacts-sur-les-etudiant-e-s-quelles-reponses-jeudi-25-fevrier-18h-patio.html ; 

http://uecstrasbourg.over-blog.com/2016/03/bienvenue-au-xixe-siecle-a-strasbourg-la-troupe-tire-sur-les-manifestants.html ;

http://uecstrasbourg.over-blog.com/2016/03/derive-ordinaire-des-forces-de-l-ordre-a-strasbourg-sous-etat-d-urgence.html.

http://uecstrasbourg.over-blog.com/2016/10/l-armee-et-la-police-troublent-l-ordre-publique-a-l-universite-de-strasbourg-les-cow-boys-hors-de-nos-facs.html

Similar posts
  • Manifestation féministe à Strasbourg 500 femmes, et quelques hommes, ont manifesté samedi 19 novembre à Strasbourg, de la place d’Austerlitz au Palais de justice, comme dans des dizaines de villes, contre les violences faites aux [...]
  • 17 octobre 1961- 17 octobre 2022 Stra... Deux cérémonies ce 17 octobre à Strasbourg pour commémorer le massacre des Algériens à Paris. La première organisée par le Consulat d’Algérie sous le couvert d’associations. La seconde sur le Pont du Corbeau puis dans une courte marche jusqu’à la place du 17 octobre au bord de l’Ill par diverses associations de gauche dont D’Ailleurs [...]
  • 2000 manifestant.e.s à Strasbourg pou... Deux mille personnes ont participé à la manifestation pour le pouvoir d’achat et la défende des retraites à Strasbourg. Les jeunes tenaient la tête du cortège et scandaient de nombreux slogans. La CGT était en force comme d’habitude, suivie de Solidaires, de la FSU, de quelques militants FO ainsi que du PCF, du NPA, de [...]
  • D’Ailleurs Nous Sommes d’... Pendant que la ville de Strasbourg et la préfecture se renvoient la balle depuis des semaines pour accueillir dignement la centaine d’exilés de la place de l’Etoile, des militants solidaires de D’Ailleurs Nous Sommes d’Ici sont intervenus depuis la tribune du Conseil municipal de Strasbourg décentralisé au Palais des Fêtes. A noter que les Dernières [...]
  • Manifestations à à Strasbourg: antinu... Plusieurs rassemblements ce samedi à Strasbourg. Place Kléber une association pro-nucléaire tenait un stand sur un coin de la place, les antinucléaires leur faisaient face de l’autre côté, pour répondre à leurs mensonges. France 3 Alsace n’a vu que les pro-nucléaires, malgré la présence auprès des antinucléaires du député de Strasbourg Fernandez! Place Gutenberg 300 [...]

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.