De la fin de l’occupation du bâtiment médicale A et autres précisions bien utiles à la bonne compréhension des événements….

Tribune libre envoyée par deux militants de RESF 67

Feuille de Chou: la police, où ça, la police?

Contrairement à ce qui a été écrit ici et là,[ http://la-feuille-de-chou.fr/archives/22593 ] ce n’est nullement la police qui a fait évacuer les familles. Celles-ci sont parties d’elles-mêmes, satisfaites et ont accueilli avec des applaudissements et des cris de joie la promesse par les autorités préfectorales d’un hébergement pérenne en hôtel ou en appartement. Elles ont quitté les lieux tranquillement, sans être autrement inquiétées par les forces de police, après avoir aidé au déménagement des matelas, sacs de couchage, etc…

Des membres du resf 67 et du dal 67 sont, quant à eux, restés dans le bâtiment jusqu’au soir et n’ont quitté les lieux qu’après avoir eu l’assurance que toutes les familles avaient bien été annoncées dans les structures d’accueil et les hôtels.

La douzaine de personnes soit disant venue réoccuper les lieux en début d’après midi n’ont bien évidement aucun lien avec le Resf. Mais une chose est sûre, ils n’ont pas briller par leur résistance puisqu’ils on t quitté les lieux à l’aimable invitation des forces de l’ordre. On a les hauts faits de guerre que l’on peut !
Que cherche t-on à faire croire lorsque l’on écrit que le Sous-Préfet est arrivé le matin accompagné d’élus. La présence des élus est la conséquence d’un appel à soutien de la part du Resf 67. Il nous a semblé indispensable de les avoir à nos cotés comme témoin de la négociation qui s’annonçait et nous les en remercions. Leur présence nous a apporté un grand réconfort.

Sur les engagements : le Sous-Préfet s’est engagé à proposer un hébergement aux 12 familles (24 adultes et 28 enfants), non pas jusqu’à la fin de la procédure d’asile classique mais jusqu’à la fin de toute procédure…

“A surveiller! ” : oui, bien sûr…: Les militants du Resf 67 qui ont coordonné cette action n’ont aucunement l’intention de laisser les familles sans suivi. Ce n’est d’ailleurs pas dans leur habitude…

Il est faux d’écrire que les appartements promis vont recevoir jusqu’à quatre familles. Dans les faits, les appartements seront partagés par deux familles au maximum. Il est vrai, qu’exceptionnellement, hier soir et pour une nuit seulement, un appartement a été partagé par trois familles.

A aucun moment le Resf 67 n’a envisagé utiliser le bâtiment Médicale A à d’autre fin que celui de proposer un toit aux familles en procédure et exclue du dispositif 115 du fait de la fin du plan hivernal. Toute autre affirmation est mensongère et ne relève que de la manipulation.

Les négociations ont été menées par deux représentants du Resf 67, deux du dal 67 et en présence d’une famille. Il est donc faux d’écrire que la proposition faite par le Sous-Préfet n’a été acceptée que par une seule personne. La proposition a été soumise aux familles sur place et ce sont elles qui ont accepté l’hébergement en hôtel et appartement plutôt que de rester et de devoir faire face à la police…
“sans aucune résistance”: Nous n’avons pas vocation à instrumentaliser les familles, avec de jeunes enfants. Notre combat politique n’est aucun cas le leur. Nous nous refusons à prendre les familles en otages.

Certes, le problème des familles non prises en charge par le dispositif 115 reste entier. Nous ne sommes pas dupes. Prétendre le contraire est une stupidité sans nom. Le Resf 67 et dal 67 ont demandé et obtenu l’accord pour l’organisation d’une rencontre avec la préfecture et le conseil général afin d’aborder cette question de façon plus générale.

Il est malheureux de constater que les faits aient pu être présentés de manière tronquée et partisane au nom d’on ne sait quelle vision politique afin de créer une polémique qui n’a aucune raison d’être et, in fine, ne profite nullement à la cause des familles. Nous réaffirmons la volonté du Resf 67 de ne jamais engager d’actions qui pourraient mettre en danger les familles, du moins sans leur accord.

Philippe et Laurence

Ps. Ceci est une réaction à l’article : “Le Préfet fait évacuer les familles demandeuses d’asile“ par Schlomo. – http://la-feuille-de-chou.fr/archives/22593

Note:Philippe, signataire de ce texte, n’était pas à Strasbourg pendant cette action, étant en vacances. C’est donc par ouïe-dire qu’il co-signe…Cet échange à distance ne remplace pas, bien sûr, une Ag de bilan par RESF 67.association de fait qui n’est la propriété de personne.

Similar posts
  • Documentaire: 91 route des Romains St... La nouvelle municipalité a suspendu la plainte contre Edson Laffaiteur. Le référé aura lieu le 25 août [...]
  • Du proto-capitalisme au Covid-19: une... Alain [...]
  • Esclavage moderne en Champagne : «Mêm... Esclavage moderne en Champagne : «Même les passeurs nous traitaient mieux que ça» Gurvan Kristanadjaja Il y a 17 heures Photo d’illustration, à Verzenay, en août 2018. © Emeric Fohlen Photo d’illustration, à Verzenay, en août 2018. Un procès a levé le voile la semaine dernière à Reims sur les conditions de travail de vendangeurs [...]
  • Michel Warschawski Les militants qui quittent la bataille : pas les faibles, mais aussi pas les héros Pour être clair : je ne juge personne qui décide de quitter le pays et réside à l’étranger. C’est une décision personnelle, tout comme la décision de garder des commandements religieux, d’être végétarien ou, aussi étrange que cela puisse paraître, [...]
  • Libérez Salah Hamouri! Communiqué du Comité de soutien à Salah Hamouri / 30 juin 2020 Ce mardi 30 juin, alors qu’il se rendait à Jérusalem pour effectuer un test coronavirus (obligatoire) pour prendre l’avion samedi 4 juillet, pour se rendre en France, Salah Hamouri a été arrêté dans un centre médical par les autorités israéliennes.Il a été conduit [...]

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.