La place d’aucun enfant n’est dans un centre fermé

Réaction de la LDH, du SDJ et de DEI Belgique suite aux déclarations d’Amnesty Vlaanderen sur la détention des enfants en centre fermé en Belgique.

Défense des Enfants International Belgique

Ligue des droits de l’Homme

Service Droit de Jeunes

COMMUNIQUE DE PRESSE – 6 mai 2011

Pour l’interdiction de l’enfermement de tous les enfants en centre fermé pour étrangers

La place des enfants n’est pas en centre fermé, peu importe la situation administrative de leurs parents. L’intérêt supérieur de l’enfant doit prévaloir sur toute considération relative à la mise en œuvre d’une politique de migration. Défense des Enfants International Belgique, la Ligue des droits de l’Homme et le Service Droit des Jeunes dénoncent le retour en arrière qui s’opère en la matière et plaident pour l’inscription de l’interdiction de détention des enfants dans la loi.

La détention des familles avec enfants en centre fermé est une pratique inacceptable. De nombreux rapports, études et cas individuels attestent que l’enfermement des enfants dans ces centres est à l’origine de traumatismes et de graves conséquences médicales et psychologiques.

Un pas en avant…

La Belgique a essuyé deux condamnations de la Cour européenne des droits de l’Homme mettant en cause sa politique de détention des enfants étrangers. Suite à celles-ci ainsi qu’à une forte mobilisation de la société civile, Annemie Turtelboom, la Ministre de la Politique de l’immigration et d’asile de l’époque, a annoncé que 2008 serait « la dernière année où des enfants seront encore enfermés dans des centres fermés pour sans papiers »[1].

Dès octobre 2008, la sortie des familles des centres fermés est amorcée. Les familles sur le territoire sont depuis lors maintenues dans des « maisons familiales de retour », surveillées par un « coach ». Le 22 avril 2010, l’adoption d’un arrêté royal confère le statut de zone frontière à ces « maisons de retour » et y permet le maintien des familles jusqu’alors détenues à la frontière.

Dans la même veine, lors de la sortie du film « Illégal » abordant la problématique de la détention administrative en Belgique, en octobre dernier, le Secrétaire d’Etat à la Politique de migration et d’asile réagit dans une interview du journal Le Soir et déclare qu’ « on ne peut pas laisser croire que les enfants sont détenus, c’est faux. ».[2]

… deux pas en arrière

Concomitamment à ces déclarations dans la presse, l’Office des étrangers et l’Agence fédérale pour l’accueil de demandeurs d’asile, Fedasil, signent un protocole de coopération sur l’accompagnement des familles en séjour irrégulier[3]. Il y est explicitement prévu que les familles qui s’opposent à leur retour « volontaire » seront enfermées…

Au centre fermé 127bis, on s’affèrera bientôt à la construction d’ « unités familiales de logement » destinées à accueillir ces familles récalcitrantes. Une demande de permis à été déposée en ce sens.

La création d’unités familiales dans les centres fermés n’est pas une alternative à la détention des enfants. Les associations signataires partagent l’avis de l’UNICEF Belgique : « l’amélioration des conditions de vie dans les centres fermés ne supprimera jamais l’impact négatif de la détention sur les enfants et la société. » [4]

DEI Belgique, la LDH et le SDJ dénoncent la discrimination opérée entre les enfants sur la base du choix de leurs parents d’accepter ou non un retour volontaire. La détention des enfants en centres fermés est une violation de la Convention des Nations Unies relative aux droits de l’enfant et de la Convention européenne de sauvegarde des droits de l’Homme et des libertés fondamentales. En ratifiant ces deux Conventions, la Belgique s’est engagée à garantir les droits de tous les enfants séjournant sur son territoire, y compris des enfants migrants.

Comme l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe, son Commissaire aux droits de l’Homme et le Médiateur fédéral, les associations signataires appellent à ce qu’un terme définitif soit mis à l’enfermement de tous les enfants. Il est urgent de procéder à l’inscription dans la loi de l’interdiction de la détention des familles, dont les effets sont particulièrement néfastes pour les mineurs.

DEI Belgique, la LDH et le SDJ rappellent enfin leur opposition à l’existence de centres fermés pour tous les étrangers sur le territoire belge.

CONTACTS PRESSE :

Marie Charles, juriste LDH : 02/209 62 83

Benoit Van Keirsbilck, directeur SDJ et DEI-Belgique : 0497/420 777


FR : Amnesty soutient l’enfermement des familles illégales qui ne veulent pas rentrer.

Le Secrétaire d’Etat en charge de la politique d’asile et de migration (Melchior Wathelet) a pour projet de construire 34 unités de logement familiales sur le terrain du centre fermé 127bis. Ces unités de logement seront utilisées pour les familles en séjour irrégulier qui s’opposent à leur retour. Trop de familles qui sont dans les « maisons de retour » (structures plus ouvertes où les familles sont accompagnées par un ‘coatch’, créées comme alternative à la détention des familles depuis fin 2008) disparaissent dans la nature. Si elles sont réarrêtées par la suite, elles peuvent faire l’objet d’un maintien en centre fermé.

Amnesty soutient Wathelet, tout en rappelant que la priorité doit être accordée aux maisons de retour. Selon Amnesty, les familles qui se soustraient à l’accompagnement dans les maisons de retour doivent pouvoir être détenues dans les unités de logement familiales qui seront construites au centre fermé 127bis (en dernière instance et pour une durée aussi courte que possible).

Amnesty steunt opsluiting illegale gezinnen die niet terug willen

05/05 Amnesty International staat achter de plannen van staatssecretaris voor Migratie Melchior Wathelet (cdH) om illegale gezinnen met kinderen die niet willen terugkeren naar hun herkomstland op te sluiten in gesloten woonunits.

Wathelet (cdH) wil nog dit jaar 34 dergelijke woonunits bouwen op het domein van het gesloten centrum 127 bis in Steenokkerzeel. Die moeten dienen voor illegale gezinnen met kinderen, die niet willen terugkeren naar hun herkomstland. Reden: te veel illegale families, die nu verblijven in open terugkeerwoningen die ze vrij kunnen verlaten, verdwijnen in de natuur. In 2011 werden 39 illegale families in dergelijke open woningen geplaatst, maar tien gingen op de vlucht. Als ze opnieuw gevat worden, zullen zij in gesloten units worden geplaatst in afwachting van hun verwijdering uit het land. Dat zei Wathelet deze week aan de migratiespecialist van de N-VA, Theo Francken, die volledig uit de lucht viel.

Carmen Dupont van Amnesty International steunt Wathelet: “Voor gezinnen die zich onttrekken aan de begeleiding in de open terugkeerwoningen moet opsluiting in woonunits op het domein van 127 bis mogelijk zijn. Maar slechts in allerlaatste instantie en voor de kortst mogelijke duur.” Amnesty wil wel dat het beleid bij voorrang focust op open terugkeerwoningen. “België wordt met die terugkeerwoningen in het buitenland geprezen”, zo heet het nu. “Wij zijn zeer blij dat Wathelet er nog deze maand drie nieuwe wil openen.”

Vluchtelingenwerk Vlaanderen antwoordt niet op de vraag of de “gesloten terugkeerwoningen” een goed idee zijn. Pieter Stockmans : “Dat er in het Centrum 127 bis gesloten terugkeerwoningen zouden komen, is niets nieuws. Het is al vorig jaar beslist, het stond al in het protocol van 17 december 2010 tussen Fedasil en de Dienst Vreemdelingenzaken”. (Over dit protocol werden in het parlement herhaaldelijk vragen gesteld, maar het werd nooit publiek gemaakt, nvdr).

Vluchtelingenwerk Vlaanderen verdedigt echter vooral de open terugkeerwoningen, die de voormalige, fel om haar “hardvochtigheid” bekritiseerde minister voor Migratie Annemie Turtelboom (Open Vld) heeft opgericht: “Als je de globale cijfers bekijkt, en niet enkel die van 2011, dan blijkt dat tussen de 70% en 80% van de gezinnen niet onderduiken. Dit percentage is stabiel sinds oktober 2008. Het is veel te vroeg om te zeggen dat de terugkeerwoningen floppen op basis van een vermeende ‘trend’ sinds begin 2011. Maar bovenal: wat kwetsbare gezinnen doet kiezen voor terugkeer, is niet een dreigement met opsluiting, maar wel een aanbod dat hen een toekomst biedt. Gezinnen staan open voor een begeleiding als hun noden centraal staan. De open terugkeerwoningen zijn humaner, en tegelijkertijd ook goedkoper dan de opsluiting in gesloten centra. België mag er terecht trots op zijn. Effectiever worden ze alleen door nog meer te investeren in begeleiding”, zo luidt het.

Het Kinderrechtencommissariaat en de Liga voor Mensenrechten waren gisteren niet bereikbaar voor commentaar.

JDW

Illegalen met kinderen worden opnieuw opgesloten

04/05 Illegale gezinnen met kinderen zullen opnieuw opgesloten worden. Staatssecretaris voor Migratie Melchior Wathelet (cdH) wil nog dit jaar 34 woonunits daarvoor bouwen op het domein van het gesloten centrum 127 bis in Steenokkerzeel. Dat zegde hij in de Kamercommissie Binnenlandse Zaken aan Theo Francken (N-VA).

Enkele jaren terug besloot toenmalig Migratieminister Annemie Turtelboom (Open Vld) dat illegale gezinnen met kinderen niet meer mochten worden opgesloten in afwachting van hun verwijdering uit het land. Ze zouden in “open terugkeerwoningen” worden geplaatst. De illegalen kunnen die huizen vrij verlaten. En dat doen ze ook! Wathelet gaf toe dat het steeds meer gebeurt: “In 2011 werden 39 illegale families naar woonunits overgebracht, 14 zitten er nog. Tien families verdwenen spoorloos om niet verwijderd te moeten worden, slechts 9 gezinnen werden effectief verwijderd. Dan waren er nog zes die “vrijgesteld” werden: ze kregen toch het statuut van vluchteling”, zo luidde het.

Uiteindelijk is het beleid van de “open terugkeerwoningen” alles behalve een succes. Wathelet wil daarom nu woonunits bouwen binnen het gesloten centrum 127 bis. Het gaat om hetzelfde soort woningen, maar de illegalen kunnen het domein van het gesloten centrum niet meer verlaten. De woningen zullen worden gebruikt voor illegalen die eerder uit de open terugkeerwoningen ontsnapt zijn en daarna opnieuw gevat werden.

De staatssecretaris deelde nog mee dat nog deze maand drie nieuwe “open terugkeerwoningen” in gebruik genomen worden in Tielen.

Meer over het falende asiel- en terugkeerbeleid vindt U op de expertenpagina van John De Wit.

JDW

 


[2] « Pas de papier = illégal = pas de vie », Le Soir, 6 octobre 2010.

[4] « La détention des enfants migrants en centres fermés », UNICEF Belgique (mai 2011).

Similar posts
  • Centenaire de la naissance de Mehdi b... [...]
  • Soutenez les maraudes des petites rou... https://www.helloasso.com/associations/les-petites-roues/evenements/tombola-solidaire-pour-aider-notre-association-a-financer-ses-actions?fbclid=IwAR1CF7Re7pd-7G5gtRCY-UcNiEq7UQn4a6K72m5PNAQgI3bY9BsZ2iaTnMI Hebdi [...]
  • Procès de deux décrocheurs de portrai... Strasbourg: procès de 2 décrocheurs from feuille de chou on Vimeo. Strasbourg: procès de 2 décrocheurs from feuille de chou on Vimeo. Strasbourg: procès de 2 décrocheurs from feuille de chou on Vimeo. Quelques dizaines de personnes ce matin dès 8h devant le Tribunal judiciaire de Strasbourg pour soutenir Christine, du Collectif anti-GCO et Charles, [...]
  • Le squat Bugatti à Eckbolsheim évacué... Depuis ce mercredi matin, la gendarmerie en force bloque les deux accès au squat Bugatti, situé sur le territoire d’Eckbolsheim, juste à côté de la CME 67 et proche du garage Renault. De nombreux véhicules de gendarmerie, dont plusieurs immatriculés 75, et à l’intérieur de l’immeuble de bureaux, occupé depuis un an des gendarmes surarmés [...]
  • Des milliers de travailleurs sans-pap... Marche nationale des sans-papiers à Paris from feuille de chou on Vimeo. Marche nationale des sans-papiers from feuille de chou on Vimeo. à suivre, vidéos et récit de la [...]

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.