Pourquoi nous ne soutenons pas les initiatives pour la dissolution des ligues factieuses d’extrême droite

988605_174815312685049_2043532114_n

Depuis jeudi, on nous a présenté les fables suivantes :

1- Clément aurait été un militant extrémiste et violent
2- Son assassinat serait le fait d’une rencontre fortuite entre 2 groupes violents
3- Les antifas seraient aussi violents que les groupuscules d’extrême droite

Pendant ce temps, des bonnes âmes lançaient des pétitions, des politiciens s’époumonaient : « il faut dissoudre les groupuscules d’extrême droite »
Personne ne relève que les membres de ces ligues ont pour la plupart déjà commis des infractions sans se voir inquiétés. Personne ne relève que de nombreuses personnalités de la droite dite « républicaine » sont issues de ces mouvances.
Depuis le départ, nous le savons, ce gouvernement bourgeois ne fera rien contre la montée de l’extrême-droite. Il est incapable de prendre les mesures qui mettront véritablement en échec le fascisme. Au contraire, en perpétuant une politique sécuritaire et anti-sociale, il contribue à la montée des forces d’extrême-droite et sa bienveillance pour les milliers de manifestants homophobes n’a fait que renforcer le sentiment d’impunité des groupuscules qu’il prétend dorénavant combattre.
Aujourd’hui alors que la dissolution de ces groupuscules se précise, Marine Le Pen avance l’idée d’une dissolution du collectif antifa au sein duquel Clément militait.
Cela suffit pour que nous vous fassions part de notre EXTREME MEFIANCE face à cette nouvelle volonté de l’Etat de lutter contre les groupes néo-nazis ou fascistes :

1- L’Etat n’a jamais agi contre l’extrême-droite.
2- Les groupuscules d’extrême droite ne craignent rien d’une interdiction, nombre de leurs agissements sont déjà hors-la-loi sans qu’ils soient inquiétés. Leur dissolution ne sera que temporaire, ces groupuscules se reformeront immédiatement.
3- Les groupes auto-organisés de lutte contre le fascisme subissent déjà une forme harcèlement par les forces de l’ordre, le deux poids/ deux mesures est flagrant.
4- Dans le cas d’une dissolution qui couvrirait à la fois les antifas et les groupuscules de nervis d’extrême-droite, gageons que les antifas auront toute l’attention des forces de l’ordre.

Seul le peuple a les moyens de mettre en échec la montée de l’extrême-droite. En occupant le terrain.

Refusons cette manipulation grotesque.

Ne soyons pas les bouffons du pouvoir et de ses intentions de façade.

C’est à nous d’agir pour que l’extrême-droite ne sente chez elle nulle part.

Les Enragés

Similar posts
  • Amazon, ni à Dambach ni ailleurs! Communiqué de presse du 28 juillet 2020 En guise de réponse face au chantage à l’emploi proposé par la multinationale Amazon sur le territoire de Dambach-la-ville, Le collectif opposé au projet d’implantation d’Amazon en Alsace, constitué notamment du Chaudron des alternatives, de la Confédération des Commerçants de France, des Amis de la Terre, d’Alternatiba, de [...]
  • Amazon: ni à Dambach-la-Ville ni aill... Communiqué de presse du 18 juillet 2020 Le collectif opposé au projet d’implantation d’Amazon en Alsace, constitué notamment du Chaudron des alternatives, de la Confédération des Commerçants de France, des Amis de la Terre, d’Alternatiba, de France Nature Environnement ou encore de l’association Nature et Vie, a adressé un courrier le 17 juillet 2020 à [...]
  • Documentaire: 91 route des Romains St... La nouvelle municipalité a suspendu la plainte contre Edson Laffaiteur. Le référé aura lieu le 25 août [...]
  • Du proto-capitalisme au Covid-19: une... Alain [...]
  • Esclavage moderne en Champagne : «Mêm... Esclavage moderne en Champagne : «Même les passeurs nous traitaient mieux que ça» Gurvan Kristanadjaja Il y a 17 heures Photo d’illustration, à Verzenay, en août 2018. © Emeric Fohlen Photo d’illustration, à Verzenay, en août 2018. Un procès a levé le voile la semaine dernière à Reims sur les conditions de travail de vendangeurs [...]

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.