NOTRE DOSSIER : Actions de résistance à la politique anti-Rom de la ville de Strasbourg / 2012-2014

Actions de résistance à la politique anti-Rom de la ville de Strasbourg

2012-2014

La Feuille de chou / Journal de bord (archives 2011-2014)

 DSCN4565-1

 

A l’approche des élections municipales, les Roms subissent les pressions insistantes et répétées de la part de la mission Rom de la ville de Strasbourg aux ordres des élus PS-EELV.

Espérant, à la fois, dissimuler au regard des électeurs son inaction en matière d’urgence sociale, et convaincre un électorat d’extrême-droite de sa capacité à réguler l’immigration, l’équipe sortante PS-EELV s’en prend une fois de plus aux Roms-Migrants, pauvres parmi les pauvres, étrangers de surcroît, boucs-émissaires tout désignés.

Si la présidence Sarkozy avait donné le ton, notamment lors du discours de Grenoble, c’est bien l’actuelle présidence Hollande qui définit la politique et commande les actions menées aujourd’hui à l’encontre des Roms. Chargeant les élus et fonctionnaires locaux des basses besognes de terrains (démantèlements des campements, démolition des abris de fortune, harcèlement, expulsion…), elle les confirme dans leurs rôles d’acteurs et main d’oeuvre décentralisés d’une xénophobie d’État.

Dans ce contexte, La Feuille de chou, média citoyen indépendant, également militant pour la défense des droits des Roms, revient sur 2 ans d’actions de résistance quotidienne face à la politique anti-rom de la Ville de Strasbourg.

Ainsi au fil des articles produits, c’est bien en tant que média ET militant que nous témoignons des méthodes honteuses et indignes à l’égard des Roms, qui en 2 ans de présidence Hollande se traduisent au niveau local

– par l’entretien volontaire d’un statut d’exception qui établit le “précaire” et le “provisoire” comme base politique,

– par l‘éclatement de tout élan ou réseau de solidarité avec les Roms, allant des pressions aux menaces sur les militants en passant par le chantage aux subventions des associations amies,

– et enfin, par une autorisation de débordement du cadre des missions officielles de certains responsables qui, dépendant des Affaires sociales, font plutôt, sur le terrain, un travail de police municipale.

Aussi nous espérons que nos expériences et nos actions, outils concrets d’une résistance pragmatique et solidaire, seront utiles aux associations et aux chercheurs doctorants avec qui nous travaillons et sommes en réseau.

________________________________________________________

 

Dès 2008, Romeurope Alsace alertait le Maire de Strasbourg:

Download/Télécharger (Lettre_ouverte_du_comite_Romeurope_Alsace_a_Monsieur_Le_Maire_de_Strasbourg.pdf,PDF, 38KB)

 

30 juin 2011

Trois familles Rroms à la rue à Strasbourg, “capitale européenne” et ville des solidarités…

Extrait de l’article : « Ces familles, de Rroms hongrois- mais les jeunes enfants sont français, puisque née en France, y compris deux bébés de 6 et 2 mois, sont à Strasbourg depuis plus de 10 ans, car elles faisaient partie du groupe de 56 personnes qui avaient fui la Hongrie, suite aux mauvais traitements qu’ils subissaient déjà à l’époque dans leur pays d’origine.

DCIM100MEDIA

Les personnes présentes ne comprennent pas la politique de la ville de Strasbourg, du Conseil général ni de la préfecture qui, comme le dit Renaud Engel, des Enfants de Don Quichotte, semblent tous se renvoyer la balle en organisant la précarité renouvelable des conditions d’hébergement de ces familles bien intégrées qu’on ballotte de droite à gauche, au gré des “fermetures hivernales”, des logement très dispendieux en hôtel ou dans des habitations promises à la démolition quelques mois après. »

Article complet : http://la-feuille-de-chou.fr/archives/25568

________________________________________________________

 

22 septembre 2011

Assignation de la Ville de Strasbourg à des Rroms roumains en vue de leur expulsion!

Communiqué du 21 septembre 2011.

La Ville se Strasbourg annonce fièrement aujourd’hui qu’elle est « partenaire du Sommet des Maires sur les Roms, organisé par le Conseil de l’Europe

Le Sommet des Maires sur les Roms sur le thème « Bâtir la confiance mutuelle sur le terrain », organisé par le Congrès des pouvoirs locaux et régionaux du Conseil de l’Europe en partenariat avec la Ville de Strasbourg, se tiendra le 22 septembre prochain à Strasbourg.

Roland Ries, Maire de Strasbourg et Président du Club de Strasbourg, interviendra à l’ouverture du Sommet et prononcera son discours après une série d’interventions de responsables du Conseil de l’Europe.

L’inclusion sociale des Roms dans les diverses sociétés européennes sera le thème principal des ateliers thématiques qui se déploieront dans l’enceinte du Palais de l’Europe à Strasbourg durant toute la journée du 22 septembre et qui porteront sur : « Egalité du droit à l’éducation », « Lutter contre les préjugés, gérer la diversité », « Egalité de traitement dans l’accès au logement, aux soins médicaux et à l’emploi ». Sera également évaluée la volonté des pouvoirs locaux et régionaux de s’engager dans une action en faveur des Roms et de financer des activités d’intégration de ces populations estimées à une dizaine de millions de personnes en Europe. »

La veille une quinzaine de ressortissants Roms d’origine roumaine vivant dans un squat rue St Exupéry au Neuhof (certains étant en France de puis 7/8 ans) ont reçu ‘chacune nommément une assignation devant le Tribunal Administratif fixée au 3 octobre en vue de leur expulsion.

La « même » Ville leur reproche d’avoir refusé une solution de relogement, rue des Remparts. Ce que les intéressés contestent.

Curieuse manière d’illustrer, avant l’heure, le thème « de l’accès au logement » et de « bâtir la confiance mutuelle sur le terrain »

C’est l’occasion de rappeler aussi le contenu de « la lettre ouverte aux citoyens européens et à leurs représentants parlementaires «  que nous avions lancée en aout 2010.

Dr Georges Yoram Federmann

Président des Enfants de Sancho Panza.

Strasbourg le 21 septembre 2011

Article source : http://la-feuille-de-chou.fr/archives/27283

________________________________________________________

 

14 août 2012

Quatre campements de Roms menacés à Strasbourg

Extrait d’article: « Quatre campements de populations roms doivent être évacués sur la demande du maire de Strasbourg prochainement. La procédure, initiée ces jours-ci, est attaquée en référé ce mardi matin devant le tribunal de Strasbourg dans le but de demander un report, par les associations de défense des Roms, dont Latcho Roms, Arpomt, Emmaus et Médecins du Monde.

Ce mardi matin devant le tribunal, les associations de défense des Roms vont tenter de retarder les processus de démantèlement visant quatre sites d’implantation de populations roms à Strasbourg : près du cimetière Saint-Gall, rue Wodli, rue Clause, près des jardins familiaux à la Robertsau et rue de Koenigshoffen. A la Ville, on assure que cette soudaine accélération des procédures d’expulsion n’a rien à voir avec le contexte national. Nouveau ministre de l’Intérieur, Manuel Valls a donné instruction début août aux préfets de mettre à exécution les démantèlements de campements roms, « quand il y a eu une décision de justice. » (…)

« Le maire de Strasbourg a demandé que soit pris un ordre d’évacuation des personnes installées sur quatre terrains qui appartiennent à la Ville. Marie-Dominique Dreyssé, adjointe au maire (EELV) déléguée aux solidarités, précise qu’il n’y aura pas d’expulsion sans solution :

« Il s’agit de procédures engagées il y a plusieurs mois. Près de la rue Hochfelden, la progression de l’urbanisation a conduit la municipalité à demander le démantèlement du campement, ainsi que pour celui à proximité du cimetière Saint-Gall. Quant aux caravanes installées près de la rue Wodli, il s’agit de protéger ces populations car l’endroit est dangereux. Comme lors des précédentes opérations, nous veillerons à ce que les personnes concernées aient des solutions de repli, soit à l’aire d’accueil installée rue des Remparts, soit en Roumanie, soit autre part. »

Article complet: 
http://www.rue89strasbourg.com/index.php/2012/08/14/societe/direct-trois-expulsions-de-campements-roms-devant-le-tribunal-des-referes/

Affaire renvoyée au 28 août…

Source : http://la-feuille-de-chou.fr/archives/37182

________________________________________________________

 

15 août 2012

Roms menacés d’expulsion à Strasbourg: le maire “socialiste” demande l’expulsion, l’adjointe “verte” blablate…

Extrait d’article : « L’affaire évoquée hier au tribunal a été renvoyée au 28 août.
On cherche en vain, sur ce dossier, où est “le changement“…
François Hollande ne tient pas sa parole, Manuel Valls menace et justifie les expulsions massives, par charters, comme ses prédécesseurs.
La seule différence c’est l’hypocrisie des socialistes, alors que la droite, elle, annonçait la couleur.
Et ne parlons pas du moment choisi pour accélérer les interventions des policiers dans les camps, en août, au moment le plus creux pour les politiques et les associatifs.
A Strasbourg, les “socialistes” et les “Verts” se sont partagés le sale boulot: Roland Ries, le maire, a signé le feu vert pour la machine expulsive, puis est parti en vacances. Quant à l’adjointe aux questions sociales, Marie-Dominique Dreyssé, (à mettre dans sa poche ses convictions anciennes? ], elle noie le poisson à coup de déclarations fumeuses dans les DNA.

Ville et Communauté urbaine de Strasbourg souhaitent le démantèlement de quatre campements roms, arguant de problèmes d’urbanisation, de sécurité et de salubrité. Un référé a été déposé devant le TGI. Il sera examiné fin août. »

Article complet : http://la-feuille-de-chou.fr/archives/37193

________________________________________________________

 

27 août 2012

Appel Roms Strasbourg 

Roms-Plantu-460x291

 

Mardi 28 août, 9h, salle 140, Palais de justice de Strasbourg

4 camps Roms menacés!

Après Lille, Lyon et Paris… Strasbourg ? Non !

Appel d’associations strasbourgeoises

Deux ans après le honteux « discours de Grenoble », peu de choses ont changé semble-t-il pour les 15 à 20 000 Roms migrants qui vivent en France. En ce mois d’août 2012, alors que beaucoup profitent tranquillement de leurs vacances, les expulsions s’enchaînent, de Lyon à Lille en passant par Paris, attirant une nouvelle fois l’attention de la Commission européenne qui veut lutter contre les « expulsions arbitraires et les traitements discriminatoires ».

Le changement du 6 mai dernier a fait naître de nombreux espoirs, y compris chez les Roms qui ont souffert de la politique de Nicolas Sarkozy et de la stigmatisation qui en a découlé. Cent jours à peine après l’élection de François Hollande, les interrogations sont cependant nombreuses… Les incertitudes aussi. Car lorsqu’on vit avec la crainte d’être expulsé à tout instant ; lorsqu’on ne peut, malgré tous ses efforts, accéder à l’emploi ; lorsqu’on se heurte aux préjugés, le quotidien n’est alors fait que d’incertitudes.

Cette situation ne peut plus aujourd’hui être tolérée en Europe, une Europe bâtie au lendemain de la Seconde guerre mondiale pour assurer la paix et la prospérité sur un continent dévasté. Parmi les valeurs fondatrices de cette Europe se trouvent le respect des droits de l’homme et la non-discrimination. Parmi les principes qui ont dirigé la construction européenne depuis lors, se trouve la libre circulation. La libre circulation des personnes notamment. Comment alors, plus d’un demi-siècle après l’adoption de la Convention européenne des droits de l’homme et du Traité de Rome, accepter que des citoyens européens soient ainsi traités?

Les expulsions ne règlent aucun problème. Certes, les terrains sont débarrassés de leurs occupants indésirables. Mais ceux-ci n’ont alors d’autre choix que d’aller s’installer un peu plus loin, sur un autre terrain, dans l’attente d’une autre expulsion. L’aide au retour n’apporte pas plus de solution. C’est un dispositif coûteux et inefficace, puisque nombre de personnes en ayant bénéficié reviennent peu de temps après. Pourquoi ? Car malgré la précarité de leurs conditions de vie en France, l’espoir d’une vie meilleure, pour elles et leurs enfants, reste plus grand que dans leur pays d’origine.

LA solution à la question de l’intégration des populations Roms n’existe pas. Il est néanmoins possible d’apporter DES solutions. Au niveau national, un travail de fond doit être mené pour lutter contre les stéréotypes et mieux connaître et comprendre l’histoire de ces populations. A plus court terme, le régime transitoire et discriminatoire concernant l’accès à l’emploi des Roumains et des Bulgares doit aussi prendre fin. Au niveau local, des réponses concrètes aux problèmes du quotidien (logement, santé, scolarisation, formation) doivent être apportées par les collectivités en étroit partenariat avec la société civile et les populations concernées, et avec le concours de financements européens comme le FEDER ou le FSE.

Hier, le gouvernement a fait un premier pas en ce sens en annonçant la suppression de la taxe qu’un employeur doit payer à l’OFII et l’élargissement de la liste des métiers accessibles aux ressortissants roumains et bulgares. Mais cela n’est pas suffisant et une stratégie plus globale doit être élaborée en étroite coopération avec les représentants de ces populations, la société civile et les collectivités territoriales. Surtout, les expulsions doivent cesser en attendant que des alternatives satisfaisantes puissent être proposées. Les expulsions sont synonymes d’angoisse pour les familles et ne font que repousser le problème un peu plus loin.

A Strasbourg, les habitants de 4 sites ont été assignés en référé par la ville. L’audience est prévue mardi 28 août 2012 à 9h. Presqu’un an après le Sommet des Maires sur l’intégration des populations Roms organisé par le Congrès des pouvoirs locaux et régionaux du Conseil de l’Europe, en partenariat avec la Ville de Strasbourg, l’on est en droit d’attendre une autre politique de la part de la « capitale européenne des droits de l’homme ».

Ainsi, nous, associations présentes auprès des familles Roms au quotidien (Médecins du Monde, Emmaüs, Arpomt, Cercle Menachem Taffel, Latcho Rom) appelons la Ville de Strasbourg à ne pas donner suite aux procédures d’expulsions en cours et à mettre en place un dialogue structuré en vue de trouver des solutions durables et satisfaisantes pour tous. Des contacts en ce sens sont en cours et nous espérons un aboutissement rapide.
La valeur d’une société se mesure sans aucun doute à la manière dont elle s’occupe de ses groupes les plus vulnérables… Montrons l’exemple à Strasbourg!

Strasbourg, le 23 août 2012, 
Médecins du Monde-Strasbourg, Emmaüs Mundolsheim, Arpomt, Cercle Menachem Taffel, 
Latcho Rom.

Source : http://la-feuille-de-chou.fr/archives/37282

________________________________________________________

 

28 août 2012

Roms Strasbourg: audience encore remise au 11 septembre

Extrait : « L’affaire n’a pas traîné. Alors que les avocats étaient appelés les uns après les autres pour diverses affaires, surtout commerciales, prioritaires, selon l’un d’eux, à 9h45, les amis des Roms sortaient en même temps que Me Bégeot, leur conseil. L’affaire est reportée au 11 septembre. second report, pour laisser le temps au temps, et aux associations, le soin de discuter avec la ville de Strasbourg et la CUS pour d’autres solutions moins brutales que l’évacuation demandée des quatre campements.»

Article complet : http://la-feuille-de-chou.fr/archives/37326

________________________________________________________

 

11 septembre 2012

Troisième renvoi dans l’affaire des Roms menacés d’expulsion à Strasbourg

Extrait d’article : « Un peu après 10h, le tribunal a décidé une nouvelle fois de renvoyer, au 2 octobre, l’affaire qui oppose la Ville de Strasbourg à un peu plus d’une centaine de Roms occupant quatre terrains différents appartenant à la ville. »

P10400821

Le sénateur-maire Roland Ries avait déclaré qu’il ne ferait pas procéder à des expulsions comme ailleurs en France, avant que les populations ne soient relogées ailleurs, mais qu’il avait besoin d’une décision de justice.

Les deux parties étant d’accord, le tribunal a laissé du temps à des négociations entre la Ville et les associations qui défendent les Roms.

Un engagement oublié du candidat Hollande
«Je souhaite que, lorsqu’un campement insalubre est démantelé, des solutions alternatives soient proposées. On ne peut pas continuer à accepter que des familles soient chassées d’un endroit sans solution. Cela les conduit à s’installer ailleurs, dans des conditions qui ne sont pas meilleures. » (F. Hollande – Mars 2012 ).

Article complet : http://la-feuille-de-chou.fr/archives/37763

________________________________________________________

 

22 septembre 2012

Latcho Rom: Communiqué de presse du 23 septembre 2012

Extrait : « Les associations engagées à Strasbourg pour défendre les droits des Roms regrettent le maintien des démarches d’expulsion en cours, réitèrent leur demande d’arrêt de la procédure d’expulsion et exigent des solutions globales et durables. »

Le communiqué de presse complet: http://la-feuille-de-chou.fr/archives/38334

________________________________________________________

 

24 septembre 2012

Extension du camp Roms rue des Remparts pour 60 personnes: le débat au Conseil municipal de Strasbourg

Extraits du débat municipal : http://la-feuille-de-chou.fr/archives/38454

________________________________________________________

 

9 octobre 2012

Le tribunal ordonne l’expulsion de quatre campements de Roms à Strasbourg

A 16h ce mardi 9 octobre, le tribunal a rendu sa décision dans le référé demandé par la ville de Strasbourg concernant quatre campements de Roms : ils doivent être évacués!

Ainsi au moment même où se tient dans cette ville, siège de plusieurs institutions européennes, dont la Cour européenne des droits de l’homme, un Forum mondial de la démocratie, cette démocratie exclut des populations nommément désignées, des Européens venus de Roumanie ou Hongrie, pays membres de l’Union européenne qui ne jouissent pas de tous les droits des citoyens européens.

Rappelons que 110 personnes, dont une cinquantaine d’enfants de tous âges, plusieurs étant scolarisés, sont donc menacées d’un jour à l’autre d’être évacuées par la force publique.

Belle démocratie!

L’affaire avait commencé au mois d’août avec la demande d’expulsion, pour les motifs d’hygiène et de sécurité, faite par la ville de Strasbourg. De renvoi en renvoi, la décision crainte par les amis des Roms, en particulier le Collectif Latcho Rom récemment créé, est tombée.

C’est hier soir seulement que la rencontre a eu lieu entre la ville et le Collectif Latcho Rom. Et pour un résultat nul.

En effet, la mairie s’en tient à sa décision de reloger seulement cinquante personnes (selon quels critères?) sur un terrain, grillagé, très petit et mal situé, rue des Remparts près de l’autre terrain.

Que deviendront les autres familles? Et les enfants scolarisés?

Certes la ville de Strasbourg a répété en boucle, en particulier par la voix de Marie-Dominique Dreyssé, adjointe au maire, qu’elle n’était pas contrainte de demander l’exécution de la décision de justice. Mais alors pourquoi avoir demandé l’expulsion?

Les membres du Collectif ont renouvelé quant à eux les propositions de solutions conformes aux demandes et aux droits des populations concernées. Ce serait donc en vain?

En tout cas, pas plus aujourd’hui qu’hier, le Collectif Latcho Rom n’accepte, ici comme ailleurs, qu’on chasse ces populations sans solutions sérieuses, durables et conformes à leurs vœux.

Source : http://la-feuille-de-chou.fr/archives/38919

________________________________________________________

 

10 octobre 2012

Communiqué de presse de l’Association et du Collectif Latcho Rom

Ce mardi, le tribunal de Strasbourg a rendu sa décision dans le référé demandé par la Ville de Strasbourg concernant quatre campements roms de Strasbourg. Les 110 personnes occupant ces terrains peuvent désormais être expulsées à tout moment.

L’association et le collectif Latcho Rom contestent cette décision et regrettent vivement que la Ville de Strasbourg ait maintenu la décision de poursuivre la procédure jusqu’à son terme, malgré nos demandes incessantes.

Nous demandons que, conformément aux engagements de la municipalité, répétés lundi 8 octobre lors d’une réunion avec les représentants de l’association et du collectif Latcho Rom, aucune famille Rom ne soit expulsée sans solution durable et globale.

Nous demandons que l’ensemble des pouvoirs publics (Ville, Département, Région, État, Europe) prennent leurs responsabilités de manière urgente, avant la période hivernale, pour trouver, avec les associations, des solutions pérennes à la situation dramatique que vivent ces familles et garantir le droit au logement de tous les citoyens européens.

Pour que Strasbourg, capitale de l’Europe, soit à la hauteur de ses ambitions en matière de démocratie locale et de droits de l’homme, il n’est plus tolérable que des hommes, des femmes et des enfants continuent à vivre sur notre territoire, non seulement dans une situation aussi inhumaine mais, à partir d’aujourd’hui, avec l’angoisse d’être expulsés

Strasbourg, le 9 octobre 2012

Source : http://la-feuille-de-chou.fr/archives/38928

________________________________________________________

 

16 octobre 2012

Quid des 200 Roms qui campent à Strasbourg?

Reportage France 3 Alsace

http://alsace.france3.fr/info/quid-des-200-roms-qui-campent-a-strasbourg-75688979.html

Source : http://la-feuille-de-chou.fr/archives/39165

________________________________________________________

 

19 octobre 2012

De la misère en Europe 2012: Latcho Rom a rencontré des habitants des campements “Saint-Gall et “Wodli” à Strasbourg

Extrait de l’article : « Des membres de l’Association et du Collectif Latcho Rom ont rencontré hier à Strasbourg des habitants de deux des quatre campements menacés d’évacuation à la demande de la Ville de Strasbourg.

P10501871-1

P10501781-1

Le jugement en référé ayant donné satisfaction à la Ville, l’évacuation peut se produire à n’importe quel moment, dès lors que la mairie aura demandé le concours de la force publique. »

Article complet, diaporama et vidéos : http://la-feuille-de-chou.fr/archives/39290

________________________________________________________

 

5 novembre 2012

Conférence-débat à la mairie de Strasbourg: “Quel avenir pour les Roms en Europe?” 

P1050732

Dossier Roms Strasbourg/Hongrie/Europe

Audio : http://la-feuille-de-chou.fr/archives/40033

Compte-rendu : http://la-feuille-de-chou.fr/archives/40111

________________________________________________________

 

11 novembre 2012

Roms de Strasbourg: Plein les bottes!

P1150309

Voir le diaporama complet 

Extrait de l’article : « Le 18 octobre dernier, l’équipe de la Feuille de Chou, également membre du collectif Latcho Rom , avait visité deux des quatre campements menacés d’expulsion par la ville de Strasbourg (voir http://la-feuille-de-chou.fr/archives/39290 ). Ce dimanche, nous sommes retournés sur les lieux.

En trois semaines de froid, de pluie et surtout d’inaction politique, les dégâts sont immenses: une boue grisâtre, glissante et luisante a tout envahi, entretenant une humidité constante et favorisant une atmosphère malsaine. Les petits bobos ne cicatrisent plus, les plaies s’infectent. Un homme opéré il y a quelques semaines a vu la cicatrice en bas de son dos plus purulente chaque jour jusqu’à atteindre l’os; il est aujourd’hui alité en permanence.  Tout déplacement est entravé par des risques de chutes. Les enfants à qui on demande de ne pas s’éloigner des baraquements n’hésitent pas à uriner derrière les arbres les plus proches pour éviter de tomber dans la boue. L’absence de douche contraint à éviter tout risque de salissure pour pouvoir aller dignement à l’école ou au travail. Tous les moyens sont bons pour essayer de rendre le terrain moins glissant et plus praticable: cartons, tapis, toiles de jute, brisures de verre ou de terre cuite sont répartis sur le sol, en vain le plus souvent.

Les demandes des résidents sont pourtant simples: un autre terrain plus au sec, avec l’eau courante, des sanitaires, l’électricité ou le gaz. Tout ce qui devrait permettre de vivre dans la dignité due à chaque être humain dans un pays et une ville qui se targuent encore d’être la patrie des Droits de l’Homme et des Lumières…

Mais, comme la ville de Strasbourg (capitale de l’Europe…) ne daigne pas répondre à ces demandes élémentaires pourtant peu coûteuses, Latcho Rom a décidé de ne plus se prêter au jeu de rencontres sans objet, tant que le maire ne bougera pas. »

L’article complet : http://la-feuille-de-chou.fr/archives/40214

________________________________________________________

 

6 décembre 2012

La consule de Roumanie à Strasbourg au campement Rom Saint-Gall

P10002532

Extrait de l’article : « Nous lui avons fait état des demandes maintes fois répétées auprès de la ville de Strasbourg, sans résultat aucun: qu’au moins, en attendant que les familles Roms, qui ne bénéficieront pas de l’extension du site de la rue des Remparts se voient offrir un terrain plus viable, soit installé le minimum vital, c’est à dire l’eau, l’électricité et des WC… Ce que la ville refuse sous prétexte que les terrains , devenus si confortables, deviendraient permanents et que les familles ne pourraient plus en être expulsées sans vagues! »

L’article complet : http://la-feuille-de-chou.fr/archives/41695

________________________________________________________

18 décembre 2012

Sous la pression du Collectif Latcho Rom, la ville de Strasbourg se bouge (à la vitesse d’un glacier) pour les Roms

Extrait de l’article : « Si on notait les adjoints de la Ville de Strasbourg, Marie-Dominque Dreyssé, chargée des Affaires sociales, et donc des campements de Roms, se verrait décerner un “peut mieux faire”, comme le suggère la journaliste des DNA, MSK, auteure de deux bons reportages ce jour.

Depuis des semaines, le Collectif Latcho Rom intervient pour que ces populations voient leur sort s’améliorer. Et en attendant une solution durable, le Collectif réclamait des mesures urgentes,minimalistes, comme l’installation de conteneurs à ordures, de points d’eau, de branchements électriques, et de WC.

La ville ne répond que partiellement à ces urgences, en installant des conteneurs et des toilettes sèches, et encore pas dans tous les campements concernés.

Elle finit cette semaine d’installer une annexe à l’Espace 16, rue des Remparts, qui permettra de loger 13 familles. Et les autres? Une population estimée à 250 personnes devra-t-elle passer les fêtes de Noël et le Nouvel An les pieds dans la boue ou sur le sol gelé des terrains indignes qui les accueillent? »

Article complet : http://la-feuille-de-chou.fr/archives/42052

________________________________________________________

 

22 décembre 2012

Roms de Strasbourg: Extension de l’Espace 16 

P1010405

Extrait de l’article : « Treize nouvelles familles Roms (50 personnes) vont être relogées sur l’extension de l’Espace 16, rue des Remparts, coincée entre la gare et les anciennes fortifications allemandes du Kaiser Wilhelm II.

Il reste environ 250 personnes recensées sur les camps voués à l’expulsion.

La municipalité, par la voix de l’adjointe aux affaires sociales, Marie-Dominique Dreyssé, avait promis qu’elle ouvrirait un terrain viable pour les autres familles, avant Noël.

Le 24 décembre, c’est dans deux jours… »

Article complet : http://la-feuille-de-chou.fr/archives/42303

________________________________________________________

 

24 décembre 2012

Le père Noël est passé au campement Rom Wodli à Strasbourg

8303636783_1a7d967ce7_o  

Extrait de l’article : « Plusieurs familles vivent depuis deux ans dans ce campement rue Wodli entre fortifications et autoroute A 35. Il y a de nombreux enfants. La ville de Strasbourg a enfin disposé, après des mois de réclamations du Collectif Latcho Rom, une benne et des toilettes, mais toujours pas d’eau ni d’électricité. est-ce ainsi que des humains vivent? Des militants de Latcho Rom ont apporté des aliments, des vêtements et des chaussures cet après-midi, juste avant Noël.

Quand donc la ville de Strasbourg mettra-t-elle un terrain correct à la disposition des 250 personnes qui vivent dans ces conditions infra-humaines? Il était question de Noël, selon Marie-Dominique Dressé, adjointe au maire, mais à l’exception de 50 personnes qui seront relogées en janvier à l’annexe de l’Espace 16, rue des Remparts, on n’a rien vu venir… »

L’article complet, diaporama et vidéos : http://la-feuille-de-chou.fr/archives/42413

________________________________________________________

28 décembre 2012

Latcho Rom : De bonnes fêtes, aussi, aux Roms de Strasbourg

Chères Amies, chers Amis

L’euphorie des fêtes de fin d’année pourrait nous donner une certaine illusion de bonheur et de paix, pour tout le monde, qui est si “merveilleux”, probablement pour nos proches et tant mieux si c’est le cas.

Ce monde est-il si merveilleux ?

Nous n’allons pas énumérer les situations historiques conflictuelles et catastrophiques du passé, non plus celles d’actualité.

Pas la peine d’en rajouter.

Néanmoins, par ci, par là, des attitudes, des actions, des engagements individuels et associatifs apportent de la chaleur “humaine” dans ce froid qui semble croître autour de nous.

Merci

La souffrance devrait être guérie mais le remède est long à prodiguer! Peu importe, l’essentiel est de s’y employer.

Même si Strasbourg, siège des institutions européennes, capitale de Noël, etc…, masque la triste réalité, cette triste réalité est bien là.

Heureusement vous êtes là, nous sommes là, pour assurer cette solidarité, et apporter notre modeste contribution pour faire avancer les choses et essayer de vivre tous ensemble de manière humaine et fraternelle dans le sens le plus noble du terme.

Merci encore, mais cela ne s’arrête pas là, ça continue encore et encore, d’accord, d’accord dirait Francis Cabrel.

Les familles de Roms espèrent trouver cette paix et ce bonheur dont os parlions plus haut: à nous d’être vigilants pour qu’elles puissent y parvenir dans la sérénité, et non plus dans l’angoisse, la peur, la violence,et les conditions de vie plus que déplorables.

L’”Alerte” est toujours là! Les menaces aussi!

C’est pourquoi, l’attention est de tous les instants; il y a des timides avancées en ce qui concerne certaines facilités sur les campements (accès facilité à l’eau, installation de WC chimiques, mais toujours pas d’électricité).

Cinquante places dans un nouveau site “confortisé”, mais pour les autres? Toujours menacés d’expulsion, en sachant que toutes les familles avec enfants ne pourront être accueillies sur ce site.

Quelles réponses?

Pas de baratin! Du concret et pas de situations d’injustice, le relogement pour tous, ou, dans l’urgence la mise en œuvre du terrain humanitaire!

Voilà le cap à tenir.

Merci vous toutes et vous tous!

Toutes nos meilleures pensées et nos vœux!

Amitiés

Latcho Rom

Source : http://la-feuille-de-chou.fr/archives/42552

________________________________________________________

 

30 décembre 2012

Le père Noël chez les Roms des campements Porte Blanche et Saint-Gall à Strasbourg

P1010595 

Extrait de l’article : « Ce samedi 29 décembre, le père Noël est passé de 15 à 17h pour offrir des cadeaux aux enfants et aux adultes de deux campements de Roms de Strasbourg. (…)

Dommage que la ville de Strasbourg en ait rendu l’accès difficiles aux mères et aux poussettes avec des barrières métalliques et des plots de béton. Il y manque aussi une benne à ordures, ce qui oblige les gens à les déposer de l’autre côté de la rue, dangereuse, face au garage. »

Article complet, diaporama, vidéos, son : http://la-feuille-de-chou.fr/archives/42645

________________________________________________________

 

24 février 2013

Des caravanes de Roms ont brûlé route des Romains à Strasbourg: surchauffe ou acte criminel?

Extrait de l’article : « Plusieurs caravanes ont brûlé ce matin vers 1h30 sur un stationnement au début de la route des Romains, en face de la rue des Remparts.

Les pompiers et la police se sont rendus sur place dans la nuit.
 Neuf personnes ont été relogées, pour 48h, par la Ville au Ciarus. Plusieurs des habitants ont été brûlés, dont quatre sont encore hospitalisées. »

L’article complet, les photos, vidéos et témoignages : http://la-feuille-de-chou.fr/archives/45785

 P1020626

Communiqué de l’Association Latcho Rom du 24/2/2013

Des caravanes de Roms brûlées à Strasbourg,

Les représentants de l’association Latcho Rom se sont rendus ce matin [240213 sur un campement situé route des Romains suite à l’appel des habitants de ce campement. L’appel faisait suite à l’embrasement dans la nuit de quatre caravanes et de la destruction partielle d’une cinquième caravane.

Les pompiers et la police se sont rendus sur place cette nuit lorsqu’à 1h40 le feu a pris sur le campement. Les personnes dont le bien a été détruit ont pu bénéficier la nuit dernière d’un hébergement hôtelier, cet hébergement étant reconduit pour cette nuit. Quatre personnes étaient hospitalisées ce matin pour des brûlures, elles auraient pu quitter les services hospitaliers en début d’après-midi.

Sur place, nous avons été rejoints par l’adjointe au Maire chargée des affaires sociales, le responsable de la Mission Rom de la Ville de Strasbourg et la Police venue enquêter sur les lieux.

La police semble privilégier l’hypothèse d’un feu dû à une surchauffe d’un poêle ou d’un tuyau de poêle qui aurait entraîné la propagation de l’incendie aux autres caravanes. Quatre Roms, brûlés lors de l’incendie, déclarent avoir entendu un choc violent sur le toit avant le déclenchement du feu et parlent d’un acte criminel. C’est aux enquêteurs de la police scientifique et à la Justice de faire la lumière. Latcho Rom attend les conclusions de l’enquête.

La Ville de Strasbourg s’est engagée à trouver dans les meilleurs délais un nouveau terrain pour la quinzaine de personnes présentes sur ce site.

Si nous nous réjouissons d’une certaine amélioration des conditions de vie des familles Roms à Strasbourg, nous nous inquiétons de plus en plus, des actes de discriminations et criminels que subissent les Roms dans notre pays. Les responsables politiques doivent êtres conscients des graves conséquences que peuvent avoir ces actes. Nous demandons aujourd’hui que toute la lumière sois faite sur ce drame.

Dans l’immédiat, notre association lance un appel pour collecter des vêtements et des couvertures.

Latcho Rom

________________________________________________________

25 février 2013

Les Roms victimes hier d’incendies de caravanes reçus à la mairie sur demande de Latcho Rom

 P1020657-1

Extrait de l’article : « L’association Latcho Rom a accompagné ce matin la quinzaine de victimes de l’incendie des caravanes de la route des Romains à la mairie de Strasbourg. (…)

Latcho Rom a souligné qu’au delà des mesures urgentes, il fallait un relogement dans des conditions plus correctes et durables. La plupart souhaitent des caravanes. Qui les fournira? Et surtout, où pourront-elles stationner?

Une question a été posée concernant l’origine accidentelle ou criminelle du feu. La police enquête, et on attend les conclusions de la justice.

Résumant les mesures d’urgence acquises ce matin, M.D. Dreyssé a assuré des repas et les nuitées.

Latcho Rom que l’adjointe a tenu à associer comme partenaire de la ville, dans le respect des spécificités de chacun, espère que d’ici là, un terrain sera trouvé. (…)

Et au-delà, il s’agit de trouver des solutions durables et dignes pour les dizaines de Roms qui vivent encore sur plusieurs autres terrains, en respectant l’engagement selon lequel il n’y aura pas d’expulsion sans relogement préalable.

Latcho Rom est par ailleurs porteur d’une proposition d’auto-construction d’un village avec les Roms eux-mêmes. »

L’article complet : http://la-feuille-de-chou.fr/archives/45874

________________________________________________________

 

7 mars 2013

Retour sur trois campements de Roms à Strasbourg

P1020839

Extrait de l’article : « La température est remontée ces derniers jours, provisoirement peut-être, et le soleil s’est fait printanier. Pour autant, il ne faut pas croire que les conditions de survie dans les campements strasbourgeois se soient améliorées. Nous avons eu l’occasion hier de nous rendre sur trois des terrains, tous situés au début de Koenigshoffen, en accompagnant divers professionnels de l’enfance qui voulaient s’informer de visu des conditions dans lesquelles ces enfants et leurs famille vivaient dans la dite capitale européenne. »

L’article complet : http://la-feuille-de-chou.fr/archives/46328

________________________________________________________

 

15 mars 2013

Enfin un relogement partiel et moins précaire de Roms après l’incendie du Petit Parking

Extrait de l’article : « Nouvelle réunion à la mairie le 14 mars pour reloger les Roms victimes de l’incendie de plusieurs caravanes au campement Petit Parking.

LatchoRom qui les accompagne avait plusieurs questions à poser :

Quand la ville les sortira du provisoire?

Le Petit Parking est-il destiné à être fermé, et quand?

Qu’en est-il des Roms qui y logent encore? Où iront-ils?

En attendant la fermeture, de nouvelles caravanes peuvent-elles s’y installer, provisoirement?

Un terrain a-t-il été trouvé pour les victimes de l’incendie?

La ville fournira-t-elle les caravanes? Combien ?

Sur quels critères se fera la sélection des relogés en caravanes?
 Combien de caravanes seront proposées?

Une fois les victimes directes du feu relogées, qu’en sera-t-il des autres, ceux du campement et tous les autres, 250 environ, qui survivent dans des conditions inacceptables dans une ville qui se dit capitale européenne et capitale des droits humains ?

La réunion a commencé avec M. Bournez, en attendant l’adjointe Dreyssé.

Au foyer Jaurès, géré par l’État, les familles sans enfants ont dû céder la place à celles avec enfants! C’est la valse des places. En fin de semaine, jeudi, les choses devraient aller mieux.
Du fait de la session du Parlement, les parlementaires et leurs assistants occupant beaucoup de chambres d’hôtels, délogent des Roms!

7 personnes vont être relogées dans des caravanes achetées d’occasion par la ville.

Un terrain est trouvé, rue de l’Écluse, sur lequel se trouvent déjà des caravanes. Terrain propre selon l’administration, mais au sol de terre avec chemin goudronné.

Un contrat sera signé entre la ville et les nouveaux occupants qui s’engagent à verser une caution remboursable de 15 € et à garder le terrain propre

Deux WC chimiques seront installés. Mais il n’y a pas de branchement électrique. Les résidents ne doivent pas mettre de poêle à bois dans les caravanes ni stocker de ferrailles et autres métaux. Un chauffage au gaz est prévu, comme pour la cuisine. Un barbecue extérieur s’y trouve.

Une convention, renouvelable, de trois mois, sera signée. Ces personnes cessent donc enfin de bouger hebdomadairement jusqu’en juin au moins où un autre terrain, ou plusieurs petits, sera affecté pour loger les Roms qui sont encore sur des terrains « sauvages ». »

L’article complet : http://la-feuille-de-chou.fr/archives/46776

________________________________________________________ 

 

17 mars 2013

Roms Strasbourg: d’un campement à l’autre…

P10300912

Extrait de l’article : « Suite à la réunion de vendredi dernier à la mairie de Strasbourg avec des Roms victimes de l’incendie de leurs caravanes au campement Petit Parking, certains d’entre eux, après avoir logé au Ciarus, ou à l’Auberge de Jeunesse, ou au foyer Jaurès, ont été relogés dans des caravanes d’occasion, achetées par la ville et placées sur un terrain déjà partiellement occupé, situé Impasse de l’Écluse, lieu difficile à atteindre, mais sans voisinage immédiat.

Ces personnes passent ainsi d’un terrain “sauvage” promis à fermeture après évacuation de tous les derniers occupants, à un terrain légal autorisé.

Une convention a été passée pour trois mois renouvelables. En un sens, on peut dire que la situation de ces Roms s’est améliorée, puisqu’ils ne sont plus susceptibles d’être expulsés. (…)

Mais comme on le voit sur les photos prises samedi dernier, ce terrain, à la fois herbeux et goudronné au centre, se trouve coincé entre l’autoroute A35, la voie de chemin de fer et le canal de la Marne au Rhin. Des familles kosovares y sont déjà, en attente d’asile, depuis plus de deux ans. »

L’article complet, photos, vidéos : http://la-feuille-de-chou.fr/archives/46851

________________________________________________________

 

29 mars 2013

Öchterputz de Roms en vue à Strasbourg?

Note : Öchterputz = nettoyage de printemps en alsacien

Extrait de l’article : « Jeudi après-midi, à une heure où les enfants étaient encore à l’école, une dizaine de policiers, dont deux chefs en civil, sont venus sur le campement des Roms roumains situé le long de la bretelle de sortie d’autoroute de Hautepierre qui débouche sur la route des Romains.

Ils ont procédé à un contrôle des papiers des présents -certains sont là depuis 20 ans, et leurs enfants nés en France sont français- et, selon des déclarations recueillies ce Vendredi Saint, paraît-il, mais pas pour tous les habitants, les ont menacés d’expulsion avant une semaine, précisant qu’un tracteur viendrait détruire leurs baraques de bois.

Ce campement, ne fait pas partie des quatre dont l’évacuation par la mairie se fait à pas de sénateur-maire, puisque la Ville s’est engagée à ne pas déloger les gens avant de leur proposer un autre logement, comme les caravanes installées Impasse de l’Écluse, pour une partie des habitants du proche campement Petit Parking.

Mais la bordure de la bretelle autoroutière appartient à l’État et pas à la municipalité.

Ceci rend la menace plus pressante.

La période hivernale s’achevant, semble concerner aussi les campements roumains bien qu’on ne puisse pas parler d’expulsions locatives en ce qui les concerne

La police nationale sous les ordres du préfet de la région Alsace et du Sinistre de l’Intérieur, Valls (à mille taons?) se mettrait-elle à un Öchterputz d’un genre nouveau faisant ainsi un pas décisif, avant tout référendum de “régionalisation”, vers l’adoption des coutumes alémaniques locales?

On leur signale cependant, au cas où ils l’auraient oublié, que les Roms de Roumanie ne sont pas des déchets.

Ce sont des hommes, des femmes et des enfants… »

L’article : http://la-feuille-de-chou.fr/archives/47386

________________________________________________________

 

12 avril 2013

Une fois la Journée mondiale des Roms passée, les évacuations reprennent à Strasbourg 

P10308891

Extrait de l’article : « Quelques jours à peine après la Journée mondiale, et la visite du Conseil de l’Europe sur l’Espace 16, rue des Remparts, la ville de Strasbourg reprend le processus d’évacuation des campements.

Ce matin, un fonctionnaire de la ville et un lieutenant de police municipale supervisent l’opération nettoyage (Ochterputz post-pascal) sur le campement Petit parking, route des Romains. Selon la ville, il s’agit d’enlever “les saletés“. On espère qu’ils parlent des choses…»

L’article complet et les vidéos : http://la-feuille-de-chou.fr/archives/48372

________________________________________________________

 

Communiqué de presse

Association Latcho Rom / Strasbourg, le 12 avril 2013

Les Roms ne sont pas un problème, c’est le regard des autres sur eux qui pose souvent problème !

Depuis le mois de janvier 2013, nous avons pu constater des avancées quant à la prise en compte des problèmes sanitaires, d’accès aux droits, et d’insertion des familles roms migrantes vivant en bidonvilles à Strasbourg.

Néanmoins, une partie de ces personnes continuent de vivre dans des conditions indignes. Un certain nombre de familles avec de jeunes enfants sont toujours confrontées à des conditions de précarité extrême (pas d’accès à l’eau, pas de sanitaires, pas d’électricité, pas de ramassage de déchets, présence de rats…). Des relogements inadaptés, ainsi que des menaces d’expulsion très fréquentes sont à relever.

Après une première rencontre avec les élus et les services de la ville de Strasbourg ainsi qu’avec le représentant de l’État et ses services, nous attendons maintenant des actes forts et une prise de décisions de la part de l’ensemble des collectivités locales, Conseil Général et Conseil Régional inclus, afin d’améliorer les conditions de vie des familles roms.

Nous restons très attentifs quant aux solutions proposées aux personnes, qui pour la plupart ne relèvent pas d’une véritable discussion avec une vision à long terme et élaborée avec les familles.

Face à ces constats, Latcho Rom souhaite :

– une implication de l’ensemble des collectivités dans le processus de recherche de solutions adaptées aux problèmes sanitaires et sociaux que rencontrent les familles

– la mise en place d’un groupe de travail régulier avec la participation des familles et des associations, de l’ensemble des collectivités locales et de l’Etat.

– l’arrêt des menaces d’expulsions sans proposition de relogement digne et adaptée.

Nous, membres de l’association ainsi que les familles roms migrantes vivant en bidonville, vous invitons ce mercredi 17 avril à 14h30 au campement St Gall à l’entrée du cimetière du même nom sur les terrains de Strasbourg pour une conférence de presse. Les familles pourront ainsi exprimer les difficultés rencontrées et nous pourrons échanger sur les solutions proposées.

Association Latcho Rom / latchorom.strasbourg@gmail.com

________________________________________________________

 

15 avril 2013

La police intervient pour des conflits entre Roms à Strasbourg

Extrait de l’article : « En fin d’après-midi, à 18h48, fin d’une intervention policière sur le pont au début de la route des Romains. Des hommes sont assis par terre. Des policiers sont à côté; d’autres font reculer des femmes et des hommes vers le campement de la Forêt. Un second groupe, de l’autre côté, se dirige vers la ville. »

L’article complet et les vidéos : http://la-feuille-de-chou.fr/archives/48480 

________________________________________________________

 

18 avril 2013

Conférence de presse Latcho Rom à Saint-Gall, et campement Petite Forêt

L’article et les vidéos : http://la-feuille-de-chou.fr/archives/48577 

8658556458_ec2c12008f_o

8658556522_91b303409f_o________________________________________________________

 

19 avril 2013

Strasbourg: nomadisation forcée de Roms sédentaires: un campement de Roms évacué

Extrait de l’article : « Ce matin, la ville de Strasbourg demande aux Roms du campement Petit Parking de quitter les lieux.

Elle leur propose d’aller sur le campement proche Saint-Gall.

Ils ne sont pas enchantés c’est le moins qu’on puisse dire, même si Saint-Gall a de l’eau et des WC, et qu’une petite parcelle a été nettoyée. Dès qu’il pleut sur cet emplacement, c’est la gadoue et les trous d’eau assurés.

Est-ce cela que le maire de Strasbourg appelle “reloger” les évacués des campements? On ne fait que les déplacer ! Jusqu’à quand durera ce traitement ? »

L’article complet, photos et vidéos : http://la-feuille-de-chou.fr/archives/48697

________________________________________________________

 

26 avril 2013

Roms Strasbourg: destruction de huit baraques par la préfecture et la ville

 P1040920-1

Extrait de l’article : « A partir de 9h, plusieurs corps de métiers étaient sur place.
 Les uns ont déplacé les barrières métalliques et les plots de béton de l’avant, pour pouvoir nettoyer et y poser une benne à ordures.

D’autres sont arrivés sur l’arrière, par le chemin qui longe le stade, avec un bulldozer qui, une fois le grillage découpé, a commencé la destruction de la première des huit baraques préalablement marquées d’une croix jaune à la bombe à peinture. Pourquoi jaune au fait? Pour la visibilité? N’empêche, ça rappelle de mauvais souvenirs aux plus anciens…

 

Il a fallu dix à quinze minutes à l’engin pour aplatir la maisonnette et mettre le tout à la benne.

 

Précisons que le responsable sur place prétendait que les familles logeant dans ces huit barques étaient rentrées en Roumanie, ce qui est vrai mais très partiel, sinon partial. Car selon des gens proches des Roms, ces familles avaient prévu de revenir à Strasbourg. Où donc logeront-elles? Devront-elles reconstruire leur habitat? Et où donc? sur le même terrain, ou ailleurs?

 

L’engagement du sénateur-maire Roland Ries, de ne pas déloger des familles sans relogement préalable, n’est pas tenu ici. Suffit-il que le terrain ne soit pas municipal pour que les pouvoirs publics s’y croient autorisés à tout?

On ne nous fera pas croire qu’il n’est pas possible de trouver des solutions plus humaines que la destruction de baraques pendant l’absence de leurs occupants.

Les Roumains, qu’il soient ou non Roms, et les Hongrois sont des citoyens d’un pays appartenant à l’Union européenne. Certes, et c’est une des difficultés pour eux, ils ne peuvent, jusqu’à fin 2014, obtenir que des visas touristiques de trois mois, renouvelables, dès lors qu’ils rentrent au pays et en repartent. Et ils ne peuvent pas travailler. Est-ce une raison pour casser leurs lieux de vie? Croit-on résoudre ainsi le “problème”?

Les Roms sont des citoyens européens et d’abord des humains comme les autres. Un peu plus d’humanité ne serait pas du luxe. »

L’article complet, photos et vidéos : http://la-feuille-de-chou.fr/archives/48918

________________________________________________________

 

3 mai 2013

Dernières Nouvelles des Roms de Strasbourg

Extrait de l’article : « Ce matin, une fois de plus, des policiers sont venus sur le campement rom de la petite Forêt, au-dessus de la bretelle d’autoroute venant de Hautepierre.

Ils étaient une trentaine, pour une fois de plus contrôler les identités des habitants qu’ils connaissent parfaitement, car certains sont là depuis des années.

A quoi riment ces contrôles permanents?

Il s’agit de faire monter la pression sur ces populations, afin qu’elles s’en aillent “d’elles-mêmes”.

La même tactique avait été utilisée contre des SDF près du Pont Saint-Guillaume, et dans ce cas, ils avaient préféré s’en aller en emportant leurs maigres bagages pour s’installer ailleurs.

Mais en général, contre les Roms, ça ne marche pas, car ils souhaitent rester chez nous en France, où ils vivent moins misérablement que dans leurs pays d’origine.

Il semble bien que certaines autorités cherchent à évacuer ces populations dont les enfants sont pourtant scolarisés et certains mêmes français car nés en France.

Il y a comme une double langage et une répartition du sale boulot.
 Le sénateur-maire Roland Ries avait déclaré qu’il n’y aurait pas d’évacuations sans relogement préalable. A pas de tortue, il a réussi à fermer plusieurs campements dont les habitants sont relogés soit à l’Espace XVI, soit à l’Écluse, soit à Saint-Gall.

Pendant que des habitants étaient partis provisoirement en Roumanie, le Préfet a fait détruire 8 baraques à la Petite Forêt.

Mais tout se passe comme si le processus d’évacuation était en marche inexorablement. »

L’article complet : http://la-feuille-de-chou.fr/archives/49460

________________________________________________________

 

6 mai 2013

Latcho Rom au campement Saint-Gall et Petite Forêt à Strasbourg pour la Pâques orthodoxe

Samedi dernier, vers 11h, des militants de Latcho Rom se sont rendus sur le nouveau parking attenant au campement des Roms près du cimetière Saint-Gall, pour y offrir un peu de nourriture, – un stock du Secours Populaire – permettant d’améliorer l’ordinaire des personnes qui y vivent dans des conditions difficiles, même légèrement améliorées suite à notre insistance auprès de la ville de Strasbourg.

Cette fête de Pâques qui dure tout le week-end est décalée du fait du calendrier julien en usage dans les pays d’orthodoxie à l’est de l’Europe.

Bonnes fêtes à tous-tes, et surtout, que très vite vous puissiez vous installer sur un terrain viable qui n’a que trop tardé à être ouvert.

Source : http://la-feuille-de-chou.fr/archives/49574

________________________________________________________

 

8 mai 2013

A l’occasion de la Pâque orthodoxe, Latcho Rom au campement Saint-Gall de Strasbourg

8719038844_7d7ba69743_b

Extrait de l’article : « Après une première intervention samedi 4 mai à 11 h, l’association Latcho Rom de Strasbourg est retournée lundi 6 sur le campement de Roms Saint-Gall pour y distribuer de la nourriture et des vêtements à l’occasion de la Pâques orthodoxe.

La Croix Rouge était venue un peu avant aussi, sans assurer la répartition, ce qui a créé quelques énervements. Ensuite la distribution s’est organisée au mieux possible de manière à ne laisser personne sur le côté.

Rappelons que Latcho Rom, tout en agissant régulièrement pour parer aux urgences, demande constamment à la Ville de Strasbourg de trouver un autre terrain plus viable et aménagé un minimum, afin que les populations puissent fabriquer elles-mêmes en auto-construction des habitations plus adaptées.

Et ceci en attente de logements plus durables pour ces Roms sédentaires dans leur pays d’origine, afin qu’ils puissent vivre et travailler pour subvenir dignement à leurs besoins. »

L’article complet : http://la-feuille-de-chou.fr/archives/49665

________________________________________________________

 

29 mai 2013

Latcho Rom Strasbourg: la police empêche des Roms de reconstruire leurs cabanes

Extrait de l’article : « Latcho Rom s’est rendu une fois de plus sur le campement Petite Forêt de Strasbourg-Koenigshoffen cet après-midi suite à l’appel de familles qui, une fois revenues de Roumanie où elles s’étaient rendues quelques semaines pour la Pâque orthodoxe, n’ont pu que constater que leurs cabanes avaient été détruites par le Préfet en collaboration avec la Ville de Strasbourg.

L’association Latcho Rom avait pourtant prévenu que ces familles allaient revenir en France. Mais rien n’y a fait. »

L’article complet, les témoignages-vidéos : http://la-feuille-de-chou.fr/archives/50866

________________________________________________________

 

30 mai 2013

Des familles de Roms reconstruisent leurs maisons détruites par le préfet du Bas-Rhin

Extrait d’article : « A mesure que les familles de Roms reviennent de Roumanie à Strasbourg; elles découvrent catastrophées l’emplacement vide de leurs cabanes sur le campement Petite Forêt.

Parmi celles qui sont déjà là de retour, une famille dont deux enfants sont scolarisés à l’école Verlaine de Koenigshoffen.

Le directeur a été prévenu, ainsi que le réseau RESF, et les enfants retournent en classe dès cette après-midi.

DSCN1389-1

Pendant ce temps, les Roms et leurs amis de Latcho Rom sont allés récupérer des éléments d’anciens chalets du Chritskindelsmarik (le marché de Noël), entreposés chez Emmaüs. Et sans tarder la reconstruction commence.

Une veille permanente est organisée sur place avec tous les ami(e)s des Roms afin d’empêcher la police de venir, comme hier, se mettre en travers de l’auto-construction de leurs abris par ces familles. »

L’article complet : http://la-feuille-de-chou.fr/archives/50940

________________________________________________________

31 mai 2013

Menaces et chantage contre des Roms à Strasbourg

Extrait de l’article : « Une quinzaine de policiers sont intervenus hier en fin d’après-midi sur le campement des Roms dit “Petite forêt, à Strasbourg-Koenigshoffen.

Selon des témoignages recueillis ce matin sur place, les policiers auraient interdit aux familles de Roms revenues de Roumanie et dont les baraques avaient été détruites sur ordre du préfet du Bas-Rhin M. Bouillon, de les reconstruire avec les chalets de Noël récupérés grâce à Emmaus-Mundolsheim.

Et pire encore ils auraient menacé les autres habitants du campement de détruire leurs propres cabanes ! (…)

Il est grand temps que le double discours de l’État et de la Ville de Strasbourg cesse!

Alors que hier, à la mairie, la Ville de Strasbourg engageait un processus de préparation à des formations professionnelles pour des Roms, le même jour, le préfet envoie ses policiers pour terroriser des populations européennes pauvres qui recherchent une vie meilleure en France. »

L’article complet : http://la-feuille-de-chou.fr/archives/50987

 DSCN1397-1 ________________________________________________________

31 mai 2013

Communiqué de presse Latcho Rom: “La journée des voisins”? Les Roms aussi?

Communiqué de presse de Latcho Rom / Strasbourg, le 31 mai 2013, 17h

« La Journée des voisins », dans les campements de Roms à Strasbourg.

Des familles de Roms, revenues de Roumanie, après la Pâques orthodoxe, ont découvert que leurs baraques au campement Petite Forêt, le long de la bretelle d’autoroute de Hautepierre à la route des Romains, avaient été détruites pendant leur absence, sur ordre du Préfet du Bas-Rhin.

Elles s’apprêtaient à les reconstruire grâce à un don de Emmaus-Mundolsheim qui stockait plusieurs anciens chalets de Noël, du Christkindelsmärik.

Mais l’opération de reconstruction a été interrompue hier en fin d’après midi, suite à la visite d’une quinzaine de policiers menaçants.

D’après des témoignages, recueillis ce matin, de personnes déjà installées depuis plusieurs années, les policiers auraient menacé de détruire leurs propres cabanes si de nouvelles installations se construisaient.

Est-ce de cette façon que la préfecture compte appliquer la circulaire du 26 août 2012 qui prévoit un diagnostic et un accompagnement social en amont des destructions de campements et des expulsions de familles ?

La politique du mépris, du racisme, de l’exclusion brutale, de la négation des droits les plus élémentaires, « c’est maintenant » ?

Parmi les familles revenues cette semaine, l’une d’elle a deux enfants d’âge scolaire. Ces derniers étaient retournés hier à leur école et les parents avaient été reçus par le directeur et les maitresses.

Toutes ces personnes ont dû dormir, la nuit dernière, et dormiront cette nuit, adultes et enfants, dans une des baraques actuellement inoccupée et qui avait échappé à la destruction. Les enfants, heureux d’être retournés hier à l’école, n’y sont pas retournés ce jour.

Ce vendredi 31 mai est, paraît-il Journée des voisins.

Les Roms, citoyens européens dont le pays, la Roumanie, appartient à l’Union européenne, ne seraient-ils pas nos voisins ?

C’est ce qu’on peut penser alors que la préfecture leur met des bâtons dans les roues dans leur lutte pour leur survie, alors qu’en même temps, la Ville de Strasbourg s’engage dans un plan de pré-formation professionnelle, lancé hier, lors d’une réunion avec Marie-Dominique Dreyssé, adjointe aux Affaires sociale, en charge des populations de Roms.

Le double langage État/Ville de Strasbourg doit cesser.

Il est temps de choisir entre le discours xénophobe du ministre de l’Intérieur qui juge ces populations « in-intégrables » et destinées à retourner dans leur pays, et celui du sénateur-maire de Strasbourg, Roland Ries, et de son adjointe qui ont engagé des processus visant à les faire entrer dans le droit commun, en terme de logement et de de travail.

Les associations soussignées exigent la cessation immédiate de la politique d’intimidation policière quotidienne contre les populations de Roms de Strasbourg.

Pas de destruction sans relogement !

Les familles dont les baraques ont été détruites doivent pouvoir les reconstruire pour se reloger provisoirement.

La ville de Strasbourg doit accélérer la mise en place du terrain viable prévu, afin d’en finir avec les conditions inhumaines des campements actuels.

Annexe :

Manuel Valls, 14 mars 2013 : «La situation, devenue intolérable, ne peut perdurer: il faut faire respecter la loi en démantelant le maximum de camps de Roms insalubres…»

« La France aux Français » ?

« Je partage les propos du premier ministre roumain quand ce dernier dit “Les Roms ont vocation à rester en Roumanie, à y retourner”. »

Latcho Rom

Avec Arpomt
, Cercle Menachem Taffel
, Changer d’R
, Cimade, 
Emmaus Mundolsheim
, Justice & Libertés
, Secours Populaire 67, 
Union juive française pour la paix-Alsace

Source : http://la-feuille-de-chou.fr/archives/51016

________________________________________________________

 

3 juin 2013

Familles Roms de Strasbourg: ” L’auto-construction, c’est maintenant ! “


DSCN1600-1

Extrait de l’article : « Dès 13 h, Latcho Rom et des Roms sont allés à Emmaüs-Mundolsheim qui a prêté un véhicule afin de transporter des éléments de chalets de Noël stockés là-bas. Merci à eux et aux compagnons qui ont aidé à charger.

Deux aller-retour ont suffi. Il y a maintenant de quoi reconstruire encore au moins une sinon deux cabanes. Il manque des bâches, des plastiques ou tout élément couvrant et imperméabilisant. et aussi, des lits, matelas, meubles, ustensiles divers pour la vie quotidienne.

Rappelons que ces familles ne sont pas nouvelles à Strasbourg. Il n’y a pas de prétendu “appel d’air”. Ce sont deux des familles dont les baraques avaient été détruites par le préfet Bouillon sur ordre du ministre Valls.

Il s’agit donc de reconstruire ce que l’État a détruit, sans qu’il ait tenu compte de la présence parmi la dizaine de personnes, de trois enfants mineurs, de 7, 10 et 15 ans, dont les deux plus jeunes vont à l’école. »

L’article complet : http://la-feuille-de-chou.fr/archives/51350

________________________________________________________

 

6 juin 2013

Latcho Rom: Une journée de solidarité avec les Roms de Strasbourg

Extrait de l’article : « Les travaux de reconstruction du campement détruit par le préfet se poursuivent. Deux cabanes ont déjà poussé, et une troisième serait achevée si les habitants avaient eu assez de bois.

Il faut donc prévoir encore d’autres reconstructions de baraques, car toutes les familles reviennent.

DSCN1657

Ce qui fait défaut, outre le bois ou tout autre matériau, pour les murs et le toit, ce sont des protections comme de la bâche, des linos, du plastique afin de rendre ces logements précaires un peu plus imperméables, d’autant que la pluie est à nouveau annoncée pour la fin de semaine. »

Article complet : http://la-feuille-de-chou.fr/archives/51591

________________________________________________________

 

25 juin 2013

Roms Strasbourg sur RBS 91.9: un débat biaisé par la Ville

Extrait de l’article : « Au Départ, une proposition de l’association Latcho Rom, très présente sur les terrains depuis que la Ville il y a un an a demandé à la justice l’évacuation de 4 campements de Roms.

A l’arrivée une émission qui selon des témoignages d’auditeurs paraissait étouffée et tendue.

Et pour cause, l’adjointe aux Affaires sociales, Marie-Dominque Dreyssé, accompagnée par le président du CRE, avait tout fait en aval pour que la radio, financée par la Ville, invite un maximum de participants, ce qui donne d’autant moins de temps de parole, à chacun, sauf à l’élue qui a tenue le micro dix minutes d’affilé, en plus d’autres interventions plus brèves.

L’adjointe, de retour d’un séjour de travail (et d’agrément aussi, avec un accompagnateur) en Roumanie, payé par les contribuables, a présenté un tableau idyllique de la situation des Roms à Strasbourg et de la politique de la Ville.

Plus grave, elle a parlé de “démanteler” et de “structure pyramidale”, laissant entendre que tous les Roms qui font la manche seraient pris en main dans des réseaux maffieux, ce qui est contraire à la réalité et la vérité. Les femmes font la manche pour manger tout simplement et nourrir leur famille et leurs enfants. Quant aux hommes, quand ils ne sont pas occupés à reconstruire leurs baraques détruites, ils font de la récupération de métaux pour les revendre, bref, une activité de chiffonniers comme à l’époque de l’Abbé Pierre. Il est honteux que des élus écologistes d’une ville se disant de gauche reproduisent les stéréotypes sur les Roms. »

Ecouter l’émission : http://la-feuille-de-chou.fr/archives/53390

________________________________________________________

 

26 juin 2013

Strasbourg: Est-ce ainsi que des humains vivent?

roms-spe

Extrait de l’article : « Dés le lendemain de l’émission de RBS avec l’adjointe aux Affaires sociales de la maire de Strasbourg, les belles paroles selon lesquelles ILS se préoccupent des familles de Roms, se désintègrent au contact de la réalité rencontrée sur le terrain par Latcho Rom.

Ainsi, cet après-midi, on a rencontré une famille avec six enfants en bas âge, de 9 ans à quelques mois pour le bébé au sein. »

L’article complet : http://la-feuille-de-chou.fr/archives/53445

________________________________________________________

 

27 juin 2013

Famille Rom avec 6 enfants, à la rue, à Strasbourg: les élus, les fonctionnaires saisis disent ne rien pouvoir faire…

roms-à-la-rue

Extrait de l’article : « Deuxième jour avec Latcho Rom pour cette famille arrivée vendredi dernier de Roumanie, dont les enfants ont entre 9 mois et 6 ans.

Comme annoncé dans l’épisode précédent, un bulldozer détruisait ce matin une maisonnette en ruine route des Romains, et avec elle la cabane très rudimentaire qui abritait cette famille. »

L’article complet : http://la-feuille-de-chou.fr/archives/53468

________________________________________________________

 

16 septembre 2013

Roms Strasbourg: est-ce ainsi que des humains vivent?

DSCN4565-1

Extrait de l’article : « L’automne arrive, avec la pluie, le froid, et des conditions de vie aggravées pour les populations de Roms qui survivent dans la boue au campement Saint-Gall de Strasbourg-Koenigshoffen.

Il s’agit du dernier campement qui doit être évacué après une décision judiciaire. La ville de Strasbourg s’est engagée par la voix du sénateur-maire Roland Ries, à ne pas faire expulser les familles sans qu’elle soient relogées ailleurs.

Un autre terrain est prévu, mais les choses traînent alors que la mauvaise saison s’est déjà installée.

En attendant, les populations vivent tous les jours, et la nuit, dans des conditions infra-humaines. »

L’article complet : http://la-feuille-de-chou.fr/archives/56669

________________________________________________________

 

19 septembre 2013

Commentaires racistes sur la vidéo “Pourquoi des Roms de Roumanie viennent en France? “

La Feuille de chou publie à nouveau une vidéo, visionnée par des milliers de personnes à ce jour, et suivie de plus d’une centaine de commentaires, la plupart racistes. De quoi intéresser la justice, les organisations de défense des droits de l’homme et des sociologues…

La vidéo : http://www.youtube.com/watch?v=u56Rb1F7dYw

Source : http://la-feuille-de-chou.fr/archives/56732

________________________________________________________

 

27 septembre 2013

Racisme anti-Roms: Eric Elkouby en rajoute à la louche

Extrait de l’article : « Décidément , il ne recule devant rien. On pensait naïvement qu’un adjoint de la ville de Strasbourg, et conseiller général, condamné pour avoir allumé un feu de conteneur, et opposé à la construction d’une mosquée à l’Elsau, se garderait de déclarations incendiaires concernant les Roms. Pas du tout ! »

« Valls a raison », « Si nous voulons être de bons politiques et gérer correctement le pays, il faut être réaliste. La position de Valls sur les Roms est exacte et je la partage, pour connaître d’immenses difficultés quant à cette affaire dans les quartiers que j’ai l’honneur de représenter et qui commencent à ressembler à de grands bidonvilles. » Eric Elkouby, conseiller général et adjoint au maire.

L’article complet : http://la-feuille-de-chou.fr/archives/56893

________________________________________________________

8 octobre 2013

Encore des baraques de Rom détruites à Strasbourg, avec un reportage de France bleu Alsace

 

Extrait de l’article : « Opération destruction de baraques ce matin sur le campement Petite Forêt à Strasbourg.

Une nouvelle baraque a été détruite ce matin au début du campement. selon les habitants vus sur place cet après-midi, alors que des ouvriers jetaient dans une benne les matelas, couvertures, tapis et autres débris misérables restant. C’est, selon leurs déclarations, Jean-Claude Bournez, fonctionnaire de la vile, accompagné de “messieurs en costumes” qui supervisait l’opération.

Preuve supplémentaire du double langage de la ville qui, d’un côté assurait ne pas déloger des familles sans relogement, de l’autre s’emploie à détruire une par une les baraques dés lors que leurs occupants s’absentent.

Rappelons que le campement Petite Forêt se trouve sur un terrain d’Etat au bord de la bretelle d’autoroute de Hautepierre à la route des Romains.

L’association Latcho Rom s’était adressée hier par communiqué de presse aux autorités et aux médias pour leur rappeler la promesse toujours non tenue de mettre à disposition un terrain viable afin que les habitants des bidonvilles, dont celui de Saint-Gall soient relogés plus dignement. »

DSCN4725-1

COMMUNIQUE DE PRESSE

L’association Latcho Rom s’interroge toujours sur la réalisation du terrain humanitaire destiné à accueillir les familles qui vivent sur les terrains dit illicites dans des conditions plus que déplorables et indignes.

L’urgence se ressent d’autant plus à l’approche de l’hiver pour les familles et leurs enfants scolarisés.

Nous avons demandé une rencontre avec le maire par laquelle nous espérons trouver des réponses adaptées aux situations des personnes roms de Strasbourg.

Latcho Rom, ARPOMT, Cercle Menachem Taffel, Emmaüs-Mundolsheim, Secours Populaire Français.

L’article complet : http://la-feuille-de-chou.fr/archives/57101

________________________________________________________

 .

28 octobre 2013

Carrefour des solidarités à Strasbourg? Pour les campements roms aussi?

Extrait de l’article : « ” Par delà les clichés!
 A la rencontre des Roumains, des Roms, de la Roumanie”

Rencontrera-t-on les Roms dont les baraques ont été démolies récemment sur le terrain Petite Forêt?

Derrière la vitrine, la réalité, pour les Roms des campements Saint-Gall et Petite Forêt qui attendent toujours d’être relogés même provisoirement dans des conditions moins indignes de la Capitale de l’Europe. »

L’article complet : http://la-feuille-de-chou.fr/archives/57925

 DSCN4987 .

.

2 novembre 2013

Double discours sur les Roms au Carrefour des Solidarités de Strasbourg !

La ville de Strasbourg a organisé différentes initiatives dans le cadre d’un Carrefour des solidarités.

Mercredi 30 octobre de 16 à 18h, c’était le tour des Roms.

Anina Ciuciu annoncée était absente pour raison de santé.

Aussi c’est Jean-Claude Bournez, fonctionnaire en charge du dossier à la Mission Rom de la ville qui a animé la soirée. Le même qui présente le visage avenant d’un humaniste ami des Roms en public et qui sur le terrain désigne les baraquements à démolir, pendant l’absence, pourtant momentanée des familles.

Après un long morceau de musique gitane à la guitare, on a eu droit à une première partie d’un film réalisé par Edouard Bacher sur commande de la Mission Rom de la Ville.

Le moins qu’on puisse dire, quand on connait un peu la situation strasbourgeoise, c’est que ce court-métrage manquait de réalisme et ressemblait plus à un film de propagande qu’à une photographie de la situation des Roms de Strasbourg. Le réalisateur nous avait pourtant prévenu: «Je ne connais rien à la situation des Roms»…

Edouard Bacher nous a ensuite longuement décrit la genèse de sa vidéo, nous expliquant que la Mission Rom de la Ville lui avait désigné les personnes à filmer, puis qu’il avait «naïvement» laisser tourner sa caméra, invitant les personnes à «montrer librement» leur quotidien. A ce stade déjà, Edouard Bacher donnait une piètre image du “faiseur d’images”: méconnaissance du sujet, absence de libre arbitre, inconscience des enjeux, démagogie… Nous nous attendions donc à un petit film d’auto-promotion des actions de la Mission Rom de la Ville confié à la technique d’un tiers.

Le résultat fut pire qu’imaginé, et même d’un tout autre ordre.

Dès les premières secondes, le ton fut donné: des images des camps misérables et boueux de St Gall et Petite-Forêt filmés sur une musique tzigane guillerette enlevait tout impact au drame des situations désespérées vécues sur place. Le choix de ne pas cadrer les trous d’eau et les immondices. Et puis très vite le choix de ne plus filmer ces 2 camps mais l’espace XVI, dont le sol goudronné et la clôture font penser à un parking privé. Et puis le choix de filmer les locataires des caravanes les plus propres pour finalement filmer non plus des Roms mais des Roumains précaires. C’est à dire des précaires. Comme la France en compte tant… Bien sûr, à aucun moment du film, on ne nous signale l’imposture, le film est, du début à la fin, présenté comme «un film sur la situation des Roms de Strasbourg».

Il a fallu les commentaires “étonnés” de personnes du public qui connaissent bien la situation des Roms à Strasbourg et la langue roumaine pour que le masque tombe et que la vérité sur les conditions et choix de tournage se dessine peu à peu: le vidéaste, les organisateurs et animateurs de la soirée obligés d’admettre que leur “bébé” n’était qu’«un certain regard sur les Roms de Strasbourg», qui plus est, tourné avec des Roumains non-Roms…

Et quel «regard»…!!!

Une juxtaposition de “portraits” cadrés de manière à montrer d’avantage le confort des caravanes, l’équipement HI-FI et les véhicules de marques, que le récit des parcours de vie. Un homme diplômé sans travail, filmé dans son fauteuil devant une caravane qui, cadrée en plan large paraissait très grande et en bon état, donnait l’impression d’un vacancier en camping à l’heure de l’apéro. Puis vint une longue séquence sur une femme cherchant du travail, montrée au volant très sport d’un gros véhicule de marque allemande qu’elle conduisait et bichonnait, avec des gros plans sur ses bagues et sur le logo de la marque de la voiture dignes d’un clip hollywoodien… Ou encore un plan tourné en intérieur de caravane où une femme nous vante les bienfaits de la musique pour oublier les difficultés au quotidien tout en tournant le bouton d’une énorme chaine hi-fi qui prenait tout l’écran! Tous les interviewés étaient vêtus de tenues immaculées et au goût du jour comme on en voit peu sur les campements, et tous, tenant peu ou prou le même discours “on veut travailler pour s’acheter une maison et élever nos enfants”, une seule femme insistant sur le fait qu’un travail lui avait été refusé parce qu’elle était étrangère.

Nous étions abasourdis et effarés.

Si, dans un premier temps, nous avions pensé qu’ il s’agissait moins de montrer la situation inadmissible dans laquelle survivent des centaines de personnes, avec des enfants souvent en bas âge, que de faire de la publicité aux actions positives de la ville, très vite le constat s’est imposé à nous qu’il s’agissait d’un tout autre parti pris, et nous avons été soulagé de voir une partie du public aussi inquiète des conséquences sur l’opinion publique d’un tel «regard sur les Roms»…

Il était désormais évident que le film d’ Edouard Bacher, d’après le scénario de la Mission Rom de la Ville, était tout sauf «naïf» !!!

Car il s’agit bien d’un film de propagande dans les règles. Les premiers effets du film sur l’opinion ne se sont d’ailleurs pas faits attendre puisque la première question posée dans le public a été de savoir si les Roms touchaient le RSA, les allocations familiales ou des aides quelconques…!! Question sans surprise puisque tout dans le film suggère insidieusement que les personnes filmées ne vivent pas dans des conditions pires que bien des “français”, au contraire !

Mais contrairement à nos attentes, ce n’est pas seulement un film de propagande de l’action de la Mission Rom de la Ville qui a été diffusé, mais aussi un film de propagande anti-Rom, reprenant tous les ingrédients des films de propagande de la “grande époque”: le mensonge sur les personnes (pas des Roms mais des Roumains), le mensonge sur leur représentativité (seuls les mieux lotis, les moins pauvres ont été montrés, ceux qui ont signé un contrat de travail ne représentant que 1% des 500 personnes…), les images qui cristallisent l’attention du spectateur (grosse voiture, chaîne hi-fi, bijoux… comme signes extérieurs de richesse), le détournement d’images (par l’ajout d’un élément extérieur changeant le sens initial, comme une musique joyeuse sur des images dramatiques), le discours démagogique et paternaliste («la caméra était leur caméra et leur moyen d’expression» dixit le vidéaste), voire néo-colonialiste (les plans sur les pauvres qui gardent le sourire même dans la boue et s’amusent à grimacer face caméra, rappellent ceux du “bon sauvage”…)

De fait, ce film n’est rien d’autre que l’exacte illustration de ce que nous, militants et associatifs, constatons sur le terrain depuis plus d’un an, à savoir un double discours permanent sur les Roms (mais aussi sur les migrants, les sans-papiers et les sans-logis) de la part du gouvernement, des élus de la majorité, de leurs alliés, et des fonctionnaires mis en place, qui, d’un côté (le visible et médiatique), nous expliquent qu’ils “agissent dans l’intérêt de ces populations”,  et de l’autre (sur le terrain, en OFF) appliquent une toute autre politique et d’autres directives -celles de détruire, d’évacuer les camps et d’expulser les personnes-, sans parler du discours raciste et xénophobe déversé à tous les niveaux, allant de celui du Sinistre Valls à celui des fonctionnaires les plus zélés (ceux qui couchent…) à la machine à café, photos de leur voyage en Roumanie à l’appui.

Ce qui nous étonne à chaque fois, c’est la rapidité avec laquelle on “monte d’un cran” dans la libération de la parole raciste et l’acte transgressif décomplexé, par l’abattage des barrières, l’effacement des lignes rouges à ne pas franchir mais aussi le dégommage systématique des sympathisants de gauche et d’extrême gauche, témoins gênants et garants des mémoires de lutte pas si lointaines. Tous les chemins qui mènent au pire et qui sont des impasses décrites et identifiées comme telles depuis des décennies sont actuellement ré-ouverts et réempruntés. Le sens interdit, qui par expérience historique était identifié et scellé comme mortifère, est de nouveau présenté comme voie possible à tous les étages de la représentation physique et médiatique de l’État.

Ce film si grossièrement et ridiculement caricatural aurait été risible il y a encore quelques années. Aujourd’hui, il fait froid dans le dos.

Bien sûr que ce petit film est dangereux à plus d’un titre. Bien sûr qu’il participe, dans sa caricature grossière et malfaisante, à pervertir l’image des Roms qui vivent dans les camps. Bien sûr que les images bling-bling l’emportent sur les paroles, d’autant plus que ces paroles pourraient être prononcées par n’importe quel français précaire. L’identification au discours se fait rapidement dans la tête du spectateur mais l’image en totale opposition avec le discours prononcé l’oblige à comparer les situations et les biens et à conclure que les Roms sont plus riches et mieux équipés que le français précaire moyen!

Quel scénario perfide de la part de la Mission Rom de la Ville de Strasbourg ! Quel scandale de laisser aux fonctionnaires impliqués dans les travaux de basse besogne le soin de présenter une soirée sur les Roms sous prétexte qu’ils connaissent le “dossier”! Le “dossier” les connaît bien aussi… Et quelle (ir)responsabilité de la part des représentants de la Ville de Strasbourg de laisser diffuser pareille horreur et pareil discours !

Ironie de la soirée, dans le débat qui a suivi le film, les responsables de cette propagande pernicieuse digne des pays ex-staliniens (voire d’un peu avant…) ne manquaient pas de reprocher à leurs opposants le négativisme et le misérabilisme de leurs discours, certains ajoutant qu’ils étaient ravis qu’enfin on nous montre «une autre image des camps Roms que celui de la misère et la gadoue»… Un camp Rom glamour et bling-bling vous soulage-t-il de votre ennui ?

Comme si la misère était indigne d’être montrée. C’est toujours dignement et avec une grande pudeur que les Roms des camps de Saint-Gall nous ont reçus, et c’est avec la même dignité et la même pudeur que nous sommes entrés et avons photographié leurs baraquements pour témoigner de cette inhumaine situation, conscients les uns comme les autres que l’indignité ne venait pas de nous mais d’une politique migratoire xénophobe et raciste qui consiste à laisser un humain patauger dans sa merde jusqu’à ce qu’il en crève (c‘est aussi pour cela qu’il faut appeler un camp un camp) plutôt que de prendre en charge une infime part de la misère du monde -à laquelle nous pourrions bien appartenir un jour prochain…

L’indécence est du côté de ceux, libéraux, élus et fonctionnaires zélés, fabriqueurs d’armes de destruction massive de Solidarité humaine, criminels de bureau d’hier, petites mains travailleuses et puantes d’aujourd’hui qui, pour conserver leur pouvoir, leur bien ou simplement leur place, piétinent sans scrupules les fondements de ce que nos parents et grand-parents, au sortir de l’horreur et de l’ignominie, avaient établi comme Droits universels de l’Homme.

Remarque:

Malgré les beaux discours de façade, très concrètement, aucune réponse ne fut apportée par l’adjointe aux Affaires sociales, Marie-DominIque Dreyssé, au sujet du projet de la ville toujours renvoyé aux calendes, de proposer un terrain viable afin de modifier les conditions de vie des habitants de ces campements dont celui, le plus grand, de Saint-Gall. On ne voit rien se concrétiser quant à l’assurance que les Roms entreraient dans le plan hivernal de droit commun en attendant le printemps…

L’association Latcho Rom avait déjà alerté la Ville il y a un an à la même époque. Voir l’article de la Feuille de Chou du 19/10/2012: http://la-feuille-de-chou.fr/archives/39290

L’article complet : http://la-feuille-de-chou.fr/archives/58011

________________________________________________________

.

.

3 novembre 2013

N’en déplaise à Valls, les Roms s’intégrent; c’est l’administration qui met des obstacles

Bianca S., Rom de Roumanie, est en France depuis cinq ans et demi. La jeune femme, aujourd’hui salariée chez Emmaüs à Mundolsheim, a connu, avant cette embauche, toutes les galères des campements sauvages et de la rue. Témoignage.

L’article : http://la-feuille-de-chou.fr/archives/58137

________________________________________________________

 

15 novembre 2013

Distribution de vêtements et de baguettes de pain au campement rom Saint-Gall de Strasbourg

DSCN5053

Extrait de l’article : « En début d’après-midi, alors qu’un froid glacial règne, une équipe de l’association Latcho Rom est venue sur le campement de Roms Saint-Gall de Strasbourg afin de distribuer des vêtements et des baguettes de pain (en association avec le Secours populaire français).

La ville de Strasbourg a parlé plusieurs fois de mettre la centaine de personnes dont de très jeunes enfants à l’abri pour la période hivernale. On y est. Mais quid du terrain annoncé? »

L’article complet : http://la-feuille-de-chou.fr/archives/58463

________________________________________________________

 

25 novembre 2013

Une famille de six personnes, dont un bébé de un mois, survit dans une voiture depuis deux ans à Strasbourg

Extrait de l’article : « Incroyable, mais vrai, l’Association Latcho Rom vient de découvrir qu’une famille de six personnes survit depuis 2 ans dans une voiture à Strasbourg dans le quartier de la Laiterie.

Le couple a quatre enfants, dont les deux derniers sont nés à Strasbourg, puisqu’ils sont âgés de un (1) mois et un (1) an; les deux autres guère plus vieux ont trois (3) et quatre (4) ans. »

L’article complet : http://la-feuille-de-chou.fr/archives/58672

 

DSCN5221

DSCN5222-1

 

26 novembre 2013

La ville de Strasbourg s’engage enfin à prendre en charge la famille sans abri avec quatre enfants

Extrait de l’article : « Hier, l’Association Latcho Rom avait découvert une famille qui vivait avec ses quatre enfants en bas âge, dont les deux derniers de un mois et un an nés à Strasbourg, dans une voiture garée sur un parking près de la Laiterie à Strasbourg.

Ce matin, ils venaient de passer une nuit supplémentaire dans les mêmes conditions de froid extrême. »

L’article complet, les interviews : http://la-feuille-de-chou.fr/archives/58708

DSCN5226

 

27 novembre 2013

Trois jours de mise à l’abri pour la famille à la rue, et après?

Extrait de l’article : « L’association Latcho Rom et la Feuille de chou ont retrouvé la famille avec quatre enfants qui vivait jusqu’ici dans leur voiture, bien que la ville n’ait pas communiqué l’adresse de l’hébergement. Elle est mise à l’abri depuis hier soir à 19h pour trois nuits dans le quartier du Port du Rhin.

Des équipes de France 3 Alsace et de RTL nous avaient contacté et nous les avons accompagnés pour voir la famille. »

L’article complet : http://la-feuille-de-chou.fr/archives/58775

________________________________________________________

28 novembre 2013

Encore une famille à la rue dans une voiture

Extrait de l’article : « Rencontrée ce matin, une famille avec un enfant, le père Marius L. la maman, Mihaela-Graneta R. étant enceinte de trois mois. Ils vivent depuis six mois dans un véhicule Fiat Ulysse à Strasbourg, d’abord près de l’école de cirque au Port du Rhin, et depuis ce jeudi dans une impasse de l’Elsau. »

L’article complet : http://la-feuille-de-chou.fr/archives/58829

________________________________________________________

 

30 novembre 2013

Encore de l’abri précaire pour la famille de quatre enfants qui dormait dans son véhicule

DSCN5257

Extrait de l’article : « Lundi matin la famille M. avec ses quatre enfants de un mois, un an, trois ans et quatre ans s’est retrouvée à nouveau pour quelques heures à la rue sur un parking, celui du lieu où la ville les avait hébergés trois nuits.

Dans l’après-midi, on apprenait qu’ils avaient obtenu un nouvel abri d’urgence jusqu’à lundi matin dans un foyer à Neuhof.

Encore fallait-il qu’ils préviennent l’administration dans un délai de une heure pour dire qu’ils acceptaient, faute de quoi, la proposition d’hébergement serait faite à d’autres.

De bricolage en bricolage, il est temps que lundi cette famille se retrouve dans un lieu adapté où non seulement elle sera à l’abri du froid, mais où elle pourra vivre décemment.

Quant à l’autre famille découverte avant-hier à l’Elsau, et signalée par Latcho Rom, qui leur a fait obtenir un rendez-vous lundi pour l’enfant de vingt mois, à notre connaissance, elle dort toujours dans sa voiture. »

L’article complet : http://la-feuille-de-chou.fr/archives/58895

________________________________________________________

2 décembre 2013

Une semaine après, retour à la case départ pour la famille avec quatre enfants

 DSCN5321

Extrait de l’article : « La famille roumaine avec quatre enfants dont les médias (DNA, FR3 Alsace, France bleu Alsace, etc) ont parlé, après la Feuille de chou, est à nouveau contrainte de “loger” dans sa voiture, une semaine après avoir été découverte.

Nous avons du mal à comprendre que cette famille soit à nouveau à la rue par le froid qu’il fait. Pourquoi n’est il pas possible de les mettre à l’abri soit dans un appartement, soit au moins dans une caravane, sur un des terrains gérés par la ville de Strasbourg?

Soulignons qu’une solidarité concrète au-delà de l’association Latcho Rom s’est mise en place. Ainsi plusieurs mères de la communauté juive ont regroupé des vêtements d’enfants ces derniers jours. »

L’article complet : http://la-feuille-de-chou.fr/archives/58944

________________________________________________________

 

4 décembre 2013

Un enfant de 18 mois et ses parents laissés à la rue par l’adjointe aux affaires sociales de Strasbourg

Extrait de l’article : « L’association Latcho Rom avait déjà repéré cette famille jeudi dernier dans une voiture garée dans une impasse du quartier de l’Elsau. La police, avertie par des voisins, les avait fait déplacer.

Un enfant de 18 mois Mario-Fabrizio L., né à Gênes, la mère, Mikaela-Graneta R., le père Marius L. Ils vivent depuis 6 mois dans leur véhicule Fiat.

On ne nous fera pas croire qu’il est impossible de mettre à l’abri un enfant de 18 mois et ses parents.

L’adjointe EELV aux affaires sociale, Marie-Dominique Dreyssé, nous avait déjà déclaré, sans rire, il y a plusieurs mois, que ce n’est pas elle qui avait le pouvoir mais les associatifs…

Si elle veut en faire la preuve au détriment de la vie et de la santé d’une famille et d’un enfant en bas âge, c’est de très mauvais goût!

A chacun son rôle. Aux citoyens et aux associatifs d’être des lanceurs d’alerte, aux élus et aux services qu’ils commandent celui de mettre à l’abri des familles dans la misère. »

L’article complet : http://la-feuille-de-chou.fr/archives/59036

DSCN548

Marie-Dominique Dreyssé, adjointe aux affaires sociales de la ville de Strasbourg

 

11 décembre 2013

Les familles de Roms du campement Saint-Gall bientôt déplacées, mais sans savoir où ni quand

Extrait de l’article : « Hier soir, au local de campagne municipale de EELV, il a beaucoup été question de “mobilité” et de “droits de l’homme” ainsi que de “dignité” à propos de la politique européenne et strasbourgeoise à l’égard des populations immigrées en particulier des Roms.

L’adjointe aux affaires sociales de la ville de Strasbourg, M.D. Dreyssé a tenté de défendre son bilan dans l’équipe de Roland Ries. La député européenne Hélène Flautre a exposé les directives du Parlement européen en général plus humaines que les politiques nationales.

Le contraste était grand entre les préoccupations européennes et la politique menée ici au jour le jour à l’égard des familles de Roms de Strasbourg.

C’est ce qui a justifié une intervention du vice-président de l’association Latcho Rom qui a souligné ce contraste.

Comment expliquer que tant de familles soient à la rue avec des enfants en bas âge? Pourquoi l’annonce, déjà ancienne, d’une fermeture du campement Saint-Gall n’est-elle suivie ni d’un calendrier précis (quelques semaines a dit Mme Dreyssé hier, alors que la date butoir du 15 décembre semblait acquise) ni d’une localisation connue du nouveau terrain prévu?

Pourquoi les familles, contrairement à ce qui a été promis, ne sont-elles pas au courant officiellement de leur déplacement proche?

N’y a-t-il pas eu même un engagement de leur faire voir l’emplacement du campement?

Mme Dreyssé a déclaré hier que ces familles pourraient même refuser les propositions de la ville de Strasbourg. Où pourraient-elles loger dans ce cas? Y aura-t-il des familles à la rue suite au déplacement?

Pourquoi la ville garde-t-elle secret le lieu du futur campement? Mme Dreyssé prétend que c’est pour éviter les oppositions des uns et des autres. Mais comment imaginer qu’un matin, sans prévenir et sans qu’ils puissent préparer leurs bagages, on déplace les Roms du campement Saint-Gall?

Cela ne rappelle-t-il pas, en d’autres temps, des déplacements forcés qui n’ont pas fait honneur aux valeurs de la République française?

S’agit-il d’améliorer le sort des familles ou de les soustraire aux yeux des habitants de Strasbourg en les recasant en des lieux sans voisinage?

On n’a pas eu de réponse à ces questions légitimes hier soir de la part de l’adjointe aux affaires sociales de la ville de Strasbourg. »

L’article complet et le son : http://la-feuille-de-chou.fr/archives/59276

________________________________________________________

 

 

12 décembre 2013

Premières images du nouveau camp rom de Strasbourg

DSCN5485

Extrait de l’article : « Depuis ce matin, grâce aux précisions obtenues auprès de la Croix-Rouge suite à la publication de son offre d’emplois, nous avons enfin appris où se trouvait le nouveau camp rom de Strasbourg qui devra accueillir la majorité des familles roms après le démantèlement de l’actuel camp St Gall.

Situé à une douzaine de kilomètres du centre ville de Strasbourg, sur un terrain militaire près du Fort Hoche et du pont Pierre Pflimlin, il servait jusqu’alors d’aire de stationnement de gens du voyage. A notre arrivée sur place, nous avons déjà pu constater la présence d’un personnel de sécurité devant l’entrée. »

L’article complet, photos, vidéo : http://la-feuille-de-chou.fr/archives/59325

 

P12709002-1024x768  

 

13 décembre 2013

Le campement rom rue Saint-Gall vidé la semaine prochaine

Extrait de l’article : « Au lendemain de la publication dans la Feuille de chou des photos du futur camp rom de Strasbourg, les autres médias (s’)informent et s’inquiètent… »

L’article complet : http://la-feuille-de-chou.fr/archives/59392

________________________________________________________

 

14 décembre 2013

Dans quelques jours ce campement de Roms à Strasbourg aura été évacué

Dernières images du campement St Gall avant sa destruction.

DSCN5435

Diaporama complet : http://www.flickr.com/photos/79179163@N06/sets/72157638662286783/show

Source : http://la-feuille-de-chou.fr/archives/59430

________________________________________________________

 

19 décembre 2013

Le campement rom Saint-Gall évacué ce matin et rasé dans l’après-midi 

 

DSCN5520-1

Extrait de l’article : « En deux heures de temps, de 9 à 11 h , ce jeudi matin, les Roms du campement Saint-Gall de Strasbourg ont été évacués du terrain, le quatrième visé par une décision de justice à la demande du maire de Strasbourg.

Un camion a emporté les bagages tandis que des camionnettes emmenaient les familles vers le nouveau camp, provisoire, selon la ville, près du fort Hoche et du pont Pflimlin.

Deux familles au moins restaient sur place, l’une dans une voiture garée sur le parking, l’autre dans une caravane sortie du camp tandis que des ferrailleurs récupéraient les métaux.

 IMG_1562

Dés le début de l’après-midi, le camp a été détruit au bulldozer, de peur que de nouveaux habitants s’y installent. »

L’article complet, photos, vidéos : http://la-feuille-de-chou.fr/archives/59568

________________________________________________________

 

31 janvier 2014

Fabienne Keller et les Roms

Extrait de l’article : « Selon les DNA, l’ex-maire de Strasbourg, accompagnée de l’ex-ministre Bruno Le Maire “laboure Koenigshoffen“.

“L’ancienne maire de Strasbourg et son invité se sont ainsi approchés de l’un des deux campements Roms installés le long de la route des Romains, à proximité de l’autoroute. Mais ils n’y sont pas entrés et n’ont adressé la parole à aucun des Roms qu’il leur a été donné de croiser.”

D’après la photo, il s’agit du campement Petite Colline juste au-dessus de l’A35, entre l’Espace 16 et le campement Petite Forêt. »

L’article complet : http://la-feuille-de-chou.fr/archives/60974

fabienne-keller-et-bruno-le-maire-en-visite-pres-d-un-campement-de-roms-photo-dna-cedric-joubert

Photo dna : Cédric Joubert

________________________________________________________

 

15 février 2014

Strasbourg: la chasse aux Roms s’accélère avant les élections municipales

Extrait de l’article : « Depuis que le campement Saint-Gall a été évacué, et ses habitants regroupés à 10 kms sur un terrain militaire renommé “Espace Hoche”, la ville de Strasbourg accélère la chasse aux Roms des campements dits illicites.

Régulièrement, la police municipale et/ou nationale se rend sur les terrains, dénombre les habitants et fait pression sur eux pour qu’ils s’en aillent. Bien entendu sans leur proposer un relogement pourtant prévu par une loi interministérielle.

La précarité s’accroit encore. Ainsi, en ce début d’après-midi, on a vu une caravane tenter de s’installer rue de l’Abbé Lemire, sur l’emplacement d’une cabane brûlée.

Mais deux heures après, elle n’était déjà plus là!

Hier en fin d’après-midi, non loin de la Laiterie, deux caravanes ont dû dégager.

Il s’agit manifestement de faire place nette avant les élections… »

L’article complet : http://la-feuille-de-chou.fr/archives/61643

 

DSCN6088

 

23 février 2014

Touffes aux abris !

 P1290109-1

Extrait de l’article : « Depuis quelques jours, la douceur quasi-printanière aidant, une initiative originale, fruit-symbole de la collaboration entre socialistes et écologistes à la Ville, a pris place sur les camps roms de l’Écluse et Montagne verte.

Suite à l’évacuation sauvage de caravanes de Roms par des pressions et menaces policières constantes, les services de la Ville ont organisé la protection des parcelles de terre afin de permettre à l’herbe de mieux repousser (selon la ridicule version de la Mission rom de Strasbourg…) !!!

Alors qu’il s’agit, à l’évidence, d’un moyen retors de limiter et restreindre la présence rom sur les terrains. »

L’article complet : http://la-feuille-de-chou.fr/archives/61862

_______________________________________________________ 

 

26 février 2014

Pendant la campagne électorale municipale à Strasbourg, les pressions et exactions contre les Roms se multiplient

Extrait de l’article : « On l’avait déjà noté ici , mais il semble que les pressions et exactions contre les Roms des campements dits illicites s’accroissent tous les jours.

Nous avons été prévenus par des Roms que la ville de Strasbourg, sous la forme du chef de mission Rom aidé par la police ne cessait de faire des descentes sur les terrains en vue d’intimider les familles en les pressant de déguerpir.

Ces responsables n’hésitent pas à joindre le geste à la parole en détruisant des extensions de cabanes ou en arrachant des tentes montées à la hâte.

 

tente-détruite-Petite-forêt-f2c

Des familles avec enfants se retrouvent soit dans des abris plus que précaires, soit sont provisoirement logées par d’autres, en surnombre, soit sont carrément à la rue.

Une famille avec quatre enfants, scolarisés, est dans cette situation indigne. Un couple avec un très jeune enfant et la femme enceinte vit sous tente.

La pression est telle qu’à peine mis en place, ces abris, détectés par des rondes quotidiennes, sont détruits.

C’est un honteux double langage qui est tenu par la ville de Strasbourg. Elle vante le relogement de certaines familles à l’Espace 16, à l’Écluse ou à l’Espace Hoche, mais en même temps elle cherche à chasser toutes les autres familles qui subsistent depuis des années sur les terrains dits illicites.

Oubliant au passage la circulaire interministérielle du mois d’août qui exige le relogement des expulsés. »

L’article complet : http://la-feuille-de-chou.fr/archives/62370

________________________________________________________

 

5 mars 2014

Nettoyage de Roms à Strasbourg

Extrait de l’article : « A 3 semaines du 1er tour des élections municipales à Strasbourg, la chasse aux Roms s’accélère.

Outre un ostensible et excessif balisage des campements (poteaux de bois, quadrillage de rubans plastiques, balises de chantier…) qui, sous un faux prétexte ou de manière entièrement assumée, limite et restreint de plus en plus l’occupation actuelle des terrains, toute nouvelle installation est désormais guettée, les abris de fortune immédiatement détruits, et leurs occupants chassés. Des clôtures et des panneaux interdisant l’accès au public sont montés dans la foulée.

Les occupants des 3 tentes photographiées ici, l’une sur le campement Petite Forêt, les deux autres en face de l’extension du dit Espace 16, rue des Remparts, ont fait l’objet de pressions et de menaces de la part de ceux-là mêmes qui sont qualifiés de “Mission Rom” par la ville de Strasbourg sous la responsabilité de deux élus (M.D. Dreyssé-EELV- et C.Spiry-PS-). 

P1290371 

ET lorsqu’ils demandent “où devons nous aller?”, la réponse leur est faite d’aller dans une autre ville, à Lyon ou ailleurs! Ou bien, pire encore, il leur est dit que les tentes iront dans la poubelle à l’entrée de l’Espace 16, et eux avec !

Rappelons un fois de plus que la trêve hivernale concerne tous les modes d’habitats aussi précaires soient-ils, que ces populations européennes sont avant tout des pauvres, et que la soi-disant “Mission Rom” viole à la fois l’engagement du sénateur-maire de Strasbourg, Roland Ries, de reloger les expulsés des campements et la circulaire interministérielle d’août dernier.

Dans d’autres pays et/ou à d’autres époques, ces pratiques se nomment épuration ethnique… »

L’article complet : http://la-feuille-de-chou.fr/archives/62749

 P12902396-

P12903176-

Read
Similar posts
  • Strasbourg antifasciste contre l̵... Près de 300 manifestants ont marché du Faubourg-National à la place de la Bourse, fortement encadrés par de nombreux gendarmes surarmés, pour protester contre l’ouverture ce jour, dans un lieu encore tenu secret, d’un local, l’Arcadia, tenu par d’ex-fascistes du GUD. A Lyon, à Lille, dans la Meuse, de tels lieux de haine entre soi [...]
  • Jauni: mort d’un exilé fiscal Bonjour à tous, On a tous quelque chose du grand Johnny, planqué en Suisse, votant pour Sarkozy … Cet hommage là, c’est le seul que j’ai réussi à apprécier et il a été diffusé hier soir sur France-Inter dans l’émission de Charline Vanhoenaeker “Par Jupiter”, vers 17h30. Sinon, on a quand même chargé la bête, [...]
  • État d’urgence, toujours. Polic... Communiqué de la famille d’Antonin Bernanos : Ce matin à 6h la police judiciaire du XVIIe arrondissement a défoncé la porte de l’appartement de la mère d’Antonin Bernanos, sans sommation, pour interpeller Antonin, afin de faire appliquer immédiatement sa peine dans l’affaire de la voiture brûlée (5 ans de prison de 2 avec sursis). Cette [...]
  • Non au local fasciste à Strasbourg ! [...]
  • 16 décembre tous-tes à Menton-Garavan... [...]

1 Commentaire

  1. Federmann Georges Yoram Federmann Georges Yoram
    12 mars 2014    

    Impressionnant et troublant.
    Paradigmatique de la fragilité de notre société.
    Merci à toi “KrautherBlatt” de continuer à veiller et à témoigner.
    Zakhor.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

  Contact : F2C.media@gmail.com

Membre

Club de la presse - Strasbourg Europe

Club Médiapart

Reporter sans Frontières

Coordination permanente des medias libres

Nos dossiers

Actions de résistance à la politique anti-Rom de la ville de Strasbourg 2012-2014

« Espace Hoche », un camp pour Roms, grillagé et surveillé, à Strasbourg, siège de la Cour européenne des Droits de l’Homme

Catégories

Matériel

Droitisation de l'échiquier politique : 5 jeux à gratter des voix

Archives

Abonnements aux flux RSS

Abonnez-vous !